75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Last Night on Earth >

Critique du Jeu de société : Last Night on Earth

Avis critique rédigé par Benoît F. le samedi 19 février 2011 à 0048

SMELL LIKE TEEN ZOMBIE

 

Last Night on Earth fut le premier jeu édité par Flying Frog Productions, un an avant A Touch of Evil. On retrouve donc la marque de fabrique de l’éditeur, autant d’un point de vue esthétique que thématique. En ce mois Zombie, il nous était donc impossible de passer à côté de l’un des jeux les plus aboutis du genre en termes d'ambiance.

 

BIENVENUE A WOODINVALE

Cette charmante petite ville de l’Amérique rurale connaît une vie paisible et sans heurt, du moins tant que le soleil ne s’est pas couché… En effet, dès l’extinction des feux, un brouillard étrange se lève, camouflant l’avancée inexorable de créatures d’outre-tombe. Woodinvale est assiégée de toutes parts, les héros locaux vont devoir se lever contre cette invasion étrangère qui ferait froid dans le dos à Sarah Palin.

 

GIMME GIMME GIMME A GUN AFTER MIDNIGHT…

Voici un matériel de jeu qui plaira à tous les amateurs du genre. Tout est orienté série Z en commençant par le traitement des héros que vous allez incarner. Les standards du genre sont bel et bien présents allant du Shérif de la ville au quaterback de l’université en passant par le Père Joseph et le clochard du coin. Tous ces personnages possèdent évidemment des capacités spéciales liées à leurs statuts dans la communauté. De plus, le rendu esthétique est particulièrement convaincant, mélangeant photographies et illustrations, pour une immersion complète.

L’ensemble du matériel est de très bonne qualité alliant sens pratique et solidité. Les 22 figurines en plastique (8 héros et 14 zombies) jouissent d’une très belle sculpture et n’attendent qu’un petit coup de pinceau pour prendre vie. Rassurez-vous, vous pourrez pratiquer le jeu sans avoir à jouer les Rembrandt (ou les Avi 3000, selon votre style). Par ailleurs, l’éditeur nous propose un plateau de jeu modulable en fonction des scénarios que vous choisirez et composé d’un élément central entouré de quatre modules en forme de L, tous recto-verso. Le design de ces derniers n’est cependant pas à la hauteur du reste du matériel sans être pour autant repoussant.

Le reste du matériel se compose de : 120 cartes (Héros et Zombie) ; 8 fiches de personnages ; 5 cartes Scénario ; une planche cartonnée symbolisant la course du soleil ; 16 dés et d’une multitude de pions et marqueurs en tout genre. N’oublions pas le fameux CD d’ambiance, symbole de la marque, que vous remplacerez rapidement par de la musique Country ou une bande originale de film plus adéquate.

Le livret de règles, en anglais dans le texte, est relativement clair et bien organisé. Des traductions dans la langue de Yvette Horner sont disponibles sur la toile. N’hésitez pas à utiliser votre moteur de recherche préféré.

 

« RETIENS LA NUIT… »

Le jeu peut se pratiquer de 2 à 6 joueurs. En fonction du nombre de participants, certains vont interpréter les héros tandis qu’un ou deux joueurs endosseront le rôle ingrat de la horde de zombies.

Avant d’entamer les hostilités, un scénario doit être choisi. Celui-ci définit les conditions victoire de chaque camp ainsi que la durée de l’aventure (en nombre de tours). Puis les héros reçoivent leur fiche de personnage et placent leur figurine sur le plateau. Le joueur Zombie place également ses figurines sur les fosses de prolifération marquées d’une croix rouge sur l’aire de jeu.

La mise en place


Un tour de jeu se déroule en deux phases :

- La phase des zombies durant laquelle le joueur concerné va déplacer et attaquer les héros tout en tentant de mettre de nouveaux morts-vivants en jeu. Le marqueur de course du soleil devra être avancé d’une case au début de cette phase.

- La phase des héros au cours de laquelle il sera permis de déplacer sa figurine et d’attaquer une créature de l’au-delà, dans l’ordre que vous le souhaitez. Au lieu d’effectuer un mouvement, vous pourrez choisir d’entreprendre la fouille d’un bâtiment. De même, il vous sera possible d’échanger des objets et des armes avec d’autres héros présents sur la même case.

Venons-en au combat. Celui-ci revêt deux formes : à distance et au corps à corps. Comme dans tous les jeux d’affrontement tactique, les combats à distance sont soumis à la pertinence d’une ligne de vue établie entre le tireur et sa cible. Afin de déterminer l’issue de ce type de manœuvre, il faudra appliquer l’effet indiqué sur la carte Arme utilisée. Concernant, le combat au corps à corps, celui-ci se déroule de manière simplissime : le héros lance deux dés, un seul pour le zombie ; le résultat le plus élevé parmi les dés lancés l’emporte. Des cartes Héros et Zombie peuvent être jouées durant l’affrontement. Une touche suffit à éliminer un mort-vivant tandis que les héros encaisseront des points de blessure jusqu’à ce que mort s’en suive.

Les fiches de personnage

La partie s’achève lorsque l’un des deux camps a rempli ses objectifs ou dès que le marqueur de course du soleil atteint son but final. Le joueur Zombie peut également l’emporter s’il élimine les héros ou si la pioche de cartes Héros est épuisée.

D’autre part, des règles avancées sont proposées en fin de livret fournissant des options supplémentaires telles que le retour, sous forme de zombie, des héros décédés en cours de partie.

 

LAST NIGHT A ZOMBIE TAKES MY LIFE

Sous ses airs de jeu d’ambiance, Last Night On Earth est avant tout un jeu d’affrontement dans la veine de Earth Reborn, Claustrophobia et Okko. Certes, les règles de combat sont beaucoup plus simples, voire simplistes, mais l’accent est mis, en premier lieu, sur le traitement du thème et l’immersion des joueurs.

En effet, l’atmosphère se dégageant du jeu colle parfaitement à l’ambiance émanant des films de séries Z et autres « teen movies » horrifiques. Les clichés liés à ce genre cinématographique sont très présents et raviront les fans de films de zombies. Les cinq scénarios proposés enfoncent le clou dans une thématique déjà bien ancrée tout en évitant le piège de la redondance scénaristique. Le renouvellement des parties est donc assuré par ce biais, sachant que le site officiel (cliquez ici) et les diverses extensions apportent moult scénarios supplémentaires. De la même manière, l’alternance des rôles (héros / zombies) entretiendra cet aspect.

Deux des cinq scénarios proposés

Cependant, ce jeu n’est destiné qu’à ceux qui oseront tremper leur cerveau dans ce type d’ambiance. N’oublions pas qu’il s’agit d’un jeu coopératif dans lequel les héros doivent collaborer afin d’accomplir les objectifs liés au scénario. Avec Last Night on Earth, on lorgne un peu du côté du jeu de rôle, l’interprétation des personnages soutenant grandement l’atmosphère autour de la table. Le joueur Zombie devra y mettre aussi du sien afin d’éviter tout forme d’attentisme. Heureusement, les tours de jeu sont relativement rapides et la durée des parties demeure dans la norme, 60 à 90 minutes, selon le scénario choisi.

Néanmoins, il est regrettable d’avoir affublé ce jeu d’un système de déplacement aussi peu inspiré. Lancer un dé à six faces afin de connaître la capacité de mouvement de son personnage tient plus du jeu de l’oie que du bon vieux jeu de baston des familles. Néanmoins, certaines cartes viendront pallier à ce manque cruel d’originalité tout comme la possibilité de fouiller un bâtiment au lieu de se déplacer après avoir pris connaissance du résultat du dé.

La conclusion de

En tout état de cause, Last Night on Earth s’impose comme l’une des références en matière de jeux de zombie et de rendu thématique. Le challenge imposé aux héros sera à la hauteur et l’immersion de ces derniers sera complète pour peu qu’ils adhèrent à ce genre de thème. En outre, l’utilisation de la langue anglaise pourra freiner certains, les cartes comportant une abondance de texte. Au final, seul le système de déplacement des figurines nuit à l’ensemble sans pour autant entamer la qualité fondamentale de ce jeu qui demeure la retranscription parfaite du thème traité.

Que faut-il en retenir ?

  • Le matériel
  • Le traitement du thème
  • L'alternance des rôles
  • Idéal pour les fans du genre

Que faut-il oublier ?

  • Le système de déplacement des figurines
  • Un jeu d'ambiance qui ne parlera pas forcément à tous

Acheter Last Night on Earth en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Last Night on Earth sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Last Night on Earth

En savoir plus sur l'oeuvre Last Night on Earth