75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu Vidéo : Crysis Warhead
Crysis Warhead >

Critique du Jeu Vidéo : Crysis Warhead

Avis critique rédigé par Sylvain T. le mardi 7 octobre 2008 à 1509

FPS Grand Spectacle

Prolongement du FPS Crysis, Warhead est un jeu à part entière, disponible à prix modéré. Il apporte également dans ses cartons, une refonte du mode multijoueurs, nommé Crysis Wars. Analyse d’un succès annoncé.
CRYSIS WARHEAD – Le Mode Solo
C’est dans l’ile du Pacifique, témoin des évènements du jeu original, que l’on retrouve Psycho. La différence avec la première aventure, c’est que vous allez pouvoir explorer un nouveau versant de cette fameuse ile. Psycho est un personnage à la fois brusque, mais qui va laisser entrevoir sa sensibilité à travers des écrans noir et un dialogue torturé avec l’un de ses compagnons. On le découvre lorsqu’il va partir plusieurs fois, contrairement aux ordres, à la rescousse de ses amis. Comme Nomad (celui que vous contrôliez dans Crysis), Psycho dispose d’une nanocombinaison qui va lui permettra d’obtenir de grands pouvoirs. Vous pourrez par exemple aller plus vite, frapper plus fort, sauter plus haut, devenir invisible et tout cela durant une courte période. L’ile est donc déjà sous occupation Nord-Coréenne et elle est la cible d’une attaque mystérieuse qui gèle instantanément l’environnement où elle a lieu. Votre but est de poursuivre le colonel Ji-Sung Lee qui a mis la main sur une entité extra-terrestre et qui compte bien s’en servir pour mettre à mal les États-Unis. Petit bémol dans cette histoire passionnante, c’est que lorsque vous effectuez une action dans la campagne solo de Warhead, elle n’a aucune répercutions sur le scénario initial de Crysis. Vous aurez droit à des remarques concernant Nomad ou Prophet, mais ce sera tout.
Nul doute que le rythme que l’on vous impose tout au long de l’aventure est plus travaillé que dans Crysis. Vous n’aurez jamais de répit durant les quelques 6 heures de jeux que vous passerez sur Warhead. L’environnement est sans aucun doute, le point fort du jeu. Malgré le fait que vous vous retrouvez sur une ile aux décors idylliques, les développeurs ont su diversifier le monde qui vous entoure. Au départ, vous commencez dans une jungle somptueuse (à faire pâlir votre bronzage fraichement débarqué de l’été), puis petit à petit, vous allez découvrir que les extra-terrestres ont envahis l’ile et la gèle progressivement. Vient alors un décor basé sur une mer de glace, ou encore, des tunnels abandonnés, un niveau dans une gare glauque est également au rendez-vous. Tous inédits, les niveaux sont extrêmement détaillés mais sont aussi moins ouverts que dans Crysis. Warhead souffre en effet d’une linéarité accrue dans le sens ou vous ne pourrez pas vous aventurer où bon vous semble. Preuve de cela, le mythique passage sur le train, où l’on vous dicte quoi faire, à savoir détruire des ennemis du coté gauche ou droit de la route. Mais ce petit point faible est aussi un point fort puisqu’il permet vraiment d’avoir un rythme soutenu, ne laissant que peu de place à la réflexion. Les ennemis sont également plus intelligents, lorsque vous devenez invisible, après avoir été vu par l’un d’entre eux, il n’hésitera pas à appeler des renforts et à vous traquer. Des moments épiques et stressants !
Mais Crysis Warhead n’apporte pas qu’un complément d’information sur le scénario de Crysis, puisque vous aurez droit à de nouvelles armes, bien utiles. Vous pouvez maintenant apprécier la puissance destructrice du lance-grenades, ou détester la précision exécrable des redoutables pistolets mitrailleurs. Les véhicules ne sont pas en reste, vous aurez le droit de piloter des véhicules blindés, ou encore des aéroglisseurs, ces derniers sont d’ailleurs particulièrement instables, et demandent beaucoup d’entrainement ! Cette « non-suite » est également plus facile que le jeu d’origine, les munitions sont ainsi plus courantes, les armes trouvées sur les ennemis sont pour la plupart, chargées à bloc, et l’on vous prend plus facilement par la main durant vos missions, pour ne pas que vous vous perdiez. Pour terminer sur cette partie consacrée à Crysis Warhead, le jeu souffre encore de quelques bugs, notamment les ennemis se coinçant dans les décors (rochers, arbres…) sans pouvoir les contourner, et qui attendent patiemment que l’on vienne les tuer, il manque quelque peu de finition. Sachez aussi que le moteur graphique (l’excellent CryEngine 2) a été optimisé, ce qui permet de jouer en « ultra » beaucoup plus facilement qu’avant et de profiter des somptueux graphiques du jeu, même si les autres niveaux de détails sont tout aussi beaux à voir.
CRYSIS WARS – Le Mode Multijoueurs Je vous l’ai dit plus haut, Crysis Warhead ne brille pas par sa longueur. Aussi passionnant soit-il, le scénario est assez court et ne vous prendra pas plus de 6h pour le terminer. Heureusement, un second DVD vient s’ajouter à celui du mode solo, outre le fait qu’il rajoute 5Go sur votre disque dur, il s’agit en fait du mode multijoueurs de Crysis Warhead, intitulé Crysis Wars.
Les développeurs allemands ont revu leur copie déjà initiée dans l’opus d’origine puisqu’ils y ont apporté pas mal de nouveautés. On retrouve tout d’abord le contenu de Crysis, à savoir 14 maps reprenant les décors de l’original, mais il y a aussi 7 nouvelles cartes toujours aussi ingénieuses. Parmi les modes disponibles, vous aurez le choix entre le « Lutte pour l’Energie » qui consiste à prendre des usines pour y créer des prototypes de véhicules très sophistiqués et s’en servir pour détruire le QG ennemi, ou encore le simpliste mais jouissif mode Deathmatch, qui vous demande tout simplement d’éliminer en solo ou en équipe, les joueurs ennemis. Il est par contre impossible de jouer avec des joueurs de Crysis si vous jouez à Warhead et vice-versa.

La conclusion de

Chef d’œuvre en solo, sympathique en multi, Crysis Warhead est le FPS incontournable de cette fin d’année. Le talent du studio Crytek est encore une fois montré aux yeux de tous. Grâce à un scénario efficace, une action omniprésente, et surtout un prix mini (30€ / 24€ sur Steam), le jeu saura se faire, à coup sur, une place sous le sapin cet hiver, à condition d’avoir la configuration adéquate.

Que faut-il en retenir ?

  • La bande-son
  • L'ambiance
  • Les graphismes
  • Scénario prenant...

Que faut-il oublier ?

  • ... mais qui n'avance pas assez l'histoire principale
  • Ennemis buggés

Acheter Crysis Warhead en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Crysis Warhead sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Crysis

En savoir plus sur l'oeuvre Crysis