75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu Vidéo : Crysis 2
Crysis 2 >

Critique du Jeu Vidéo : Crysis 2

Avis critique rédigé par Bastien L. le mardi 30 janvier 2018 à 09:00

Invasion alien sur New-York

Testé sur PS3

Véritable icône du FPS sur PC, Crysis avait fait sensation lors de sa sortie en 2007 par une technique hors du commun. Mais c'est sa suite qui fit découvrir l'œuvre du studio allemand Crytek à nos consoles de salon.

Le studio Crytek est responsable de deux FPS très appréciés tant par leur ambiance que leurs qualités techniques bluffantes (à leur sortie). Far Cry en 2004 puis Crysis en 2007 mirent à mal pas mal de configurations de PC, surtout le second qui a longtemps servi de mètre étalon à tous les joueurs acquérant une nouvelle machine. Crytek fait parti de ces équipes de développement dont les moteurs de jeu sont autant attendus que les jeux eux-même. Les équipes de Cervat Yerli (fondateur du studio et producteur/réalisateur de quasiment tous ses titres) ont conscience d'être des techniciens dans l'âme capables d'offrir des expériences intenses aux joueurs. Crysis 2 inaugure le nouveau moteur maison, le CryEngine 3 et lance le studio dans la course très concurrentiel du marché des FPS sur console. Édité par Electronic Arts, le jeu se confronte au règne de Call of Duty qui, en ce début 2011, règne sans partage grâce avant tout à des modes multijoueurs populaires tournés vers de l'action arcade très accéssible. L'équipe allemande prit un nouveau pari en quittant les jungles tropicales pour celle plus urbaine de New York où l'action y est forcément plus cloisonnée.

Le principe du Crysis 2 est un peu le même que celui du premier épisode, une rencontre du troisième type musclée et une lutte entre deux armées humaines pendant cet événement. Sauf que les aliens ne se révèlent pas dans une île isolée du Pacifique mais en plein New York ! Cela commence par une introduction nous expliquant qu'une étrange épidémie s’étend dans la ville où les choses dégénèrent. Vous incarnez le marine Alcatraz dépêché sur place avec son escouade pour assurer l'évacuation d'un scientifique. A peine le temps de sortir du sous-marin que vous êtes mortellement blessé par un énorme vaisseau. Heureusement (ou pas) pour vous, un soldat en nanocombinaison vous sauve et vous offre son équipement avant de suicider, non sans vous demander de sauver le scientifique Nathan Gould. Votre sauveur n'est autre que Prophet, notre supérieur dans Crysis. A partir de ce moment, on vous prend pour Prophet et tout le monde - à commencer par le Cell, une étrange armée privée travaillant pour la société responsable de la création des nanocombinaisons - veut soit vous sauver, soit vous éliminer. Tout cela sans oublier l'apocalypse alien se déroulant en arrière-plan...

Le scénario de Crysis 2 est une véritable déception. Celui du premier épisode n'était pas vraiment exceptionnel (ni même recherché), mais il avait au moins le mérite de tenir la route en faisant simple. Crytek s'est pourtant adjoint les services du romancier et scénariste Richard Morgan afin d'enrichir l'expérience du joueur. Mais le résultat s'avère finalement aussi confus que maladroit. L'invasion extra-terrestre n'est vraiment pas assez bien présentée et on a l'impression que tout le monde s'en moque un peu tant les guerres intestines entre les humains prennent une place importante. Le plus problématique reste que le scénario manque de cohérence, et on ne comprend pas toujours ce qui se passe ni pourquoi on doit agir. Surtout que notre personnage est muet durant toute l'aventure, une décision qui surprend vraiment en 2011. Et le mixage sonore n'aide pas car les voix, entièrement doublées en français, se perdent parfois dans l'action. On retiendra quand même un effort de narration qui fonctionne par moments. Mais les quelques grand moments sont surtout dûs à la technique du titre, pas à son scénario.

Autant le dire de suite, le jeu décalque littéralement la rétine sur PS3. Il s'agit du plus beau FPS, techniquement parlant, qui m'avait été donné de jouer sur cette console. Le titre renvoie la série des Call of Duty des années en arrière. On avait peur que le lieu de l'action, New York, desserve le titre tant on a vu la ville sous toutes ses coutures depuis des décennies. Mais le cité américaine est plus belle que jamais, qui plus est dans une ambiance d'invasion extra-terrestre que ne renieraient pas les amateurs des films de Roland Emmerich ou Michael Bay. Avancer dans une ville en proie à la destruction a toujours son petit effet surtout quand l'ensemble est extrêmement bien réalisé. Les immeubles qui s'écroulent, les éléments qui se déchaînent et les ennemis qui pullulent rendent le voyage aussi mouvementé que jouissif. Alors certes, les environnements sont beaucoup plus restreint et les couloirs sont très présents, mais l'ensemble fourmille de tellement de détails qu'on pardonne cette nouvelle orientation. Les différents effets, le nombre d'ennemis et le chaos ambiant ne prennent jamais en défaut le framerate du jeu. C'est aussi sublime que solide.

On sait donc construire de sacré moteur de jeu chez Crytek, aucun problème là dessus. Mais c'est toujours la fibre artistique qui semble leur faire défaut. Le design des aliens, mélangeant robotique et organisque, n'est pas vraiment ce qu'on a vu de plus original et il manque un véritable grain de folie pour permettre au jeu de prendre cette teinte futuriste auquel il prétend. On aurait aussi aimé des armées un peu différentes de celles génériques des FPS avec des armes plus novatrices, voire plus de soldats en nanocombinaison comme c'était le cas dans le premier opus. Néanmoins, Crytek récite toutes les gammes du FPS militaire sans fausse note, le titre s'avérant tout de même efficace. Les situations sont assez bien amenées pour que l'on ne s'ennuie jamais. On peut aussi saluer l'ambiance sonore très bien travaillée et une musique assez efficace.

Cette technique au point permet de prendre très souvent son pied pendant la majeure partie de la campagne solo de Crysis 2. Le gameplay reste donc le même que dans son prédécesseur, à savoir un FPS assez nerveux qui propose des pouvoirs afin de faire face aux différentes situations. Notre nanocombinaison nous permet différentes prouesses à commencer par la possibilité de se rendre invisible ou notre super-armure encaissant les dégâts. Sans oublier une force extraordinaire, une super-vitesse et la possibilité de faire des sauts incroyables. Chaque action consomme notre barre d'énergie que se recharge ensuite d'elle-même comme notre vie. Puisque notre nanocombinaison semble compatible avec les spores émis par les aliens, on peut l'améliorer. Cela permet enfin d'avoir plus de pouvoirs et de changer légèrement le gameplay du titre. Malheureusement certaines améliorations s'avèrent tout de même assez inutiles (mais on appréciera celles nous permettant de consommer notre barre d’énergie moins vite ou se régénérer la vie plus vite). Enchaîner les différentes capacités de notre armure est un véritable plaisir quand tout se passe bien, nous donnant le choix entre y aller en force ou se la jouer infiltration. Cette seconde alternative s'avère néanmoins parfois trop efficace puisque les ennemis ne nous voient vraiment pas...

Comme il a été dit, le jeu est plus linéaire et les environnements beaucoup plus cloisonnés que le premier Crysis. Il existe toujours des passages où le champ de bataille s’élargit assez pour offrir différentes routes et différentes méthodes. Le level-design s'avère parfois assez ingénieux, jouant beaucoup sur la verticalité. Les scripts sont assez souvent bien pensés et ne gênent pas grâce à l'excellente réalisation du titre. Les échanges de coup de feu avec les forces humaines sont un véritable plaisir et procurent un excellent feeling tout au long de l'aventure. C'est moins le cas en ce qui concerne nos confrontations avec les aliens, et ce pour pour trois raisons. Tout d'abord cette propension qu'ils ont à vouloir attaquer au corps à corps en nous fonçant dessus (alors que ce FPS n'est pas assez pensé pour ça). Deuxièmement, les développeurs aiment ous mettre dans les pattes des véritables sacs à HP sur lesquels il faudra vraiment vider ses munitions ; ces combats s'avèrent malheureusement trop souvent brouillons et on préfère parfois foncer en mode invisibilité pour ne pas s'en occuper (ce qui est assez paradoxal dans un FPS militaire). Enfin, l'IA souffle le chaud et le froid, s'avérant parfois très convaincante dans sa volonté de travailler en équipe et de nous contourner en se mettant bien à couvert, là où, d'autre fois, elle perd un peu les pédales en restant coincée ou en se déplaçant en boucle...

Les fans du premier opus seront donc sceptiques face à cette nouvelle orientation plus "couloiresque" mais resteront conquis par les bonnes sensations offertes par ce gameplay se reposant sur les pouvoirs de notre héros. La campagne solo s'achève en 6-8 heures de jeu, ce qui est dans la lignée des FPS de cette génération. Le titre propose évidemment un inévitable mode multijoueur, assez classique pour ceux ayant écumé les serveurs des différents Call of Duty. On nous propose des modes classiques (deathmatch chacun pour soi ou en équipe et des variantes de capture the flag et assaut...) et une évolution façon RPG : augmentation de niveau, armes et améliorations de la nanocombinaison à débloquer... Cela permet à terme de bien personnaliser son avatar. Le gameplay y est très nerveux avec des maps plutôt petites pour des parties intenses où tout le sel vient des capacités d'armure et d'invisibilité. L'ensemble est solide mais reste somme toute trop classique.

73

Si Crysis 2 est sans conteste un bon FPS, il s'avère finalement assez décevant sur plusieurs points. Son scénario est raté et n'arrive jamais à impliquer le joueur plus que par son envie d'en découdre. Le gameplay, très souvent jouissif, possède malgré tout quelques passages souvent maladroits. Néanmoins, le jeu est techniquement impressionnant et on plonge la tête la première dans ce New York dévasté qu'on oubliera pas de sitôt.

Critique de publiée le 30 janvier 2018.

Que faut-il en retenir ?

  • Techniquement sublime
  • New-York
  • Les possibilités offertes par la Nanocombinaison

Que faut-il oublier ?

  • Une direction artistique trop générique
  • Les combats face aux aliens
  • Moins bon que le premier opus

Acheter Crysis 2 en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Crysis 2 sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !