75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Musique : BO-OST Wall-e
BO-OST Wall-e >

Critique du Musique : BO-OST Wall-e

Avis critique rédigé par Manu B. le jeudi 7 août 2008 à 0852

Wall-e

Thomas Newman n'est pas le premier venu. D'après certains, c'est un surdoué, capable de rassembler les meilleurs musiciens pour jouer ses compositions. A seulement 53 ans, il a déjà composé plus de 55 musiques de films: de the man with red shoe jusqu'à wall-e, en passant par the lost boys, flesh and bone, meet Joe Black, the horse whisperer, le monde de Némo (un Disney, déjà) et la ligne verte. Il a travaillé avec le gratin des réalisateurs.
Wall-e est donc l'histoire d'un robot dont la mission s'il l'accepte (et s'il a le choix), est de nettoyer la Terre de ses ordures. C'est donc une fable écolo fardée de bons sentiments. Car inexorablement, au hasard de ses prérgrinations, Wall-e tombe sur de véritables trésors, des souvenirs de la belle époque. C'est donc tout naturellement que l'on retrouve des chansons mythiques telles la vie en rose interpretée par Louis Armstrong. On nage en pleine nostalgie et on partage la solitude de ce petit robot, à travers quelques tubes et musiques très '60 (it takes a moment, put on your Sunday clothes, BNL, first date). Ceci étant dit, Thomas Newman est surtout un inventeur de textures musicales. Il est capable de nous faire voyager et de nous laisser imaginer quel voyage nous effectuons par le seul biais de la musique. Comment ne pas s'imaginer flottant dans l'espace parmi les étoiles en écoutant 72 degrees and sunny ? N'y-a-t'il pas aussi quelque chose de magique et de féérique dans define dancing ? La magie, le rêve qu'il procure se prolonge aussi grâce un thème facile à retenir, un air que l'on retrouve dans march of the Gels, Wall-e, bubble wrap, 72 degrees and sunny, no splashing no diving, et qui fait tout le charme de ce score, un cocktail futuriste et humoristique pour le moins détonnant.
Il y a, outre la similitude entre Wall-e et R2D2 (mais plus grande encore notre héros et les robots du Trou noir, également produit par les studios Disney), la ressemblance entre les morceaux de Thomas Newman et la musique de John Williams (celle de Star Wars, bien entendu). Ce petit air de famille apparaît dans Tilt, Hyperjump, desperate Eve, the spaceship, Eve retrieve, Wall-e's adventure, essentiellement des morceaux rapides où le compositeur (comme l'a toujours fait John Williams) exploite les capacités maximales de son orchestre symphonique. Enfin, j'ai un gros coup de coeur pour foreign contaminant et typing bot, des morceaux qui font penser aux musiques de vieux jeux vidéos, ainsi que les très jazzy repair ward et M-O.

La conclusion de

Notre robot étant si bavard, Thomas Newman a dû prendre sur lui pour composer une bande originale qui donne apporte un gros plus à la personnalité de Wall-e. Un exercice réussi.

Acheter BO-OST Wall-e en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de BO-OST Wall-e sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Wall-E

En savoir plus sur l'oeuvre Wall-E