75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : Stardust
Stardust >

Critique du Roman : Stardust

Avis critique rédigé par Richard B. le samedi 6 octobre 2007 à 1446

L’aventure féerique visitée par Gaiman !

Si un jour, accompagné de celle que vous pensez aimer, vous apercevez une étoile tombée, promettriez-vous d’aller chercher celle-ci pour gagner les faveurs de la belle ? Tristran Thorn ne se pose pas la question ! Ce dernier ne perd pas de temps pour promettre de récupérer l’étoile en échange d’un baisé et aussi que celle-ci accède à une de ses volontés. Aidé par son père Dunstan Thorn, Tristran trouve un moyen pour passer la haute muraille séparant le village "réaliste" de Wall et atteindre les terres "magiques" de Faërie.
Neil Gaiman c’est un peu monsieur touche-à-tout. On le trouve auteur de Comics avec des œuvres fortes comme «Sandman», «1602», «Eternals» ; puis avec autant d’aisance, il semble marquer l’univers des romans avec des titres tels que «Neverwhere», «American Gods» ou justement « Stardust». Et comme il est difficile, semble-t-il, de restreindre son imagination, il scénarise au cinéma des œuvres telles que «MirrorMask», et de plus produit d’autres comme «Beowulf(version Zemeckis)».
Dans «Stardust», Neil Gaiman ne cache pas ses diverses influences, inversement il joue avec elles ! Donc, il ne sera pas rare de penser à la contrée de Tolkien séparée du monde des hommes, à Peter Pan et son pays imaginaire et à divers autres Contes de Grimm. L’auteur puise ses sources dans ce qui a pu le bercer et nous en fait un patchwork autant réussi que dépaysant. À l’inverse de chez Tolkien qui à une carte bien précise de son monde, celui de Gaiman, nommée Faërie, ne possède pas vraiment de limite, celui-ci évolue telle l’imagination. Et c’est avec cette conception de pays sans limites, se nourrissant des songeries de l’homme, que Gaiman peut s’offrir le luxe de crédibiliser son "Best off" des comptes de fée et nous permettre de rencontrer une licorne, des sorcières, des fées, des nains, des arbres vivants et toutes sortes d’autres créatures entrevues à travers d’autres œuvres.
Si sur les premières pages j’avais quelques craintes de somnolence, celles-ci ont disparu dès la fin du deuxième chapitre. Une fois la muraille du village de Wall franchie, l’ensemble devient exaltant et on a souvent qu’une envie : celle de tourner la page pour connaître les aventures qui attendent Tristran Thorn et de la fameuse étoile. Une étoile qui est non seulement convoitée par le héros, mais aussi par un grand nombre d’autres personnages de Faërie.
Côté reproches, on peut aussi constater qu’un grand nombre d’évènements se devinent à l’avance et que le roman est rempli de clichés propres au genre. Mais voilà, la magie de l’auteur est là ! Il arrive à nous faire passer outre tout ça et fait qu’on accepte tout de lui ! Même les pires clichés ! Tout cela en jouant justement sur le fait que l’ensemble reste avant tout un conte fait pour s’évader et se divertir. Mais surtout par son style d’écriture, Gaiman nous permet d’avoir régulièrement le sourire, tel un enfant émerveillé devant un feu d’artifice.

La conclusion de

Neil Gaiman, s’offre son pays imaginaire ! Une fois arrivé à la fin, le lecteur en vient même à souhaiter une suite qui nous conterait de nouvelles aventures. Le monde de Faërie ne manque pas de piquant et il est bon de retrouver pendant quelques instants de lecture un regard d’enfant émerveillé par le monde qui se présente devant lui.

Acheter Stardust en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Stardust sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Stardust

En savoir plus sur l'oeuvre Stardust