75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Le Mystère de l'étoile
Le Mystère de l'étoile >

Critique du Film : Le Mystère de l'étoile

Avis critique rédigé par Nicolas L. le dimanche 4 novembre 2007 à 0145

Recherche poussière d’étoile blonde à forte poitrine

Le bel et sympathique, mais oh combien ! fauché Tristan se croit épris de la belle et oh combien ! bêcheuse Victoria. Pour bénéficier de son amour, il lui promet la Lune, ou plutôt une étoile filante qui est tombée non loin, au-delà de dce Mur au franchissement interdit. En fait, par-delà cette enceinte, se trouve le royaume magique de Stormhold, un univers merveilleux mais dangereux dans lequel les astres se transforment en jeune femme, les princes s’entretuent pour un trône et un trio de sorcières est prêt à tout pour acquérir la jeunesse éternelle…
Adaptation d’un petit roman jeunesse sans prétention de Neil Gaiman, Stardust le film réunit tous les ingrédients du conté de fée moderne à la sauce ketchup. Dans ce film au parfum charmant imprégné d’une imagerie empruntée à droite et à gauche mais plutôt bien remaniée, le spectateur est invité à suivre le chemin initiatique (et oui, encore un !) d’un jeune homme qui, sans le savoir, est issu d’une grande naissance et porteur d’une incroyable destinée. Les filles y sont jolies et graciles, les sorcières très laides et très méchantes, le héros naïf et au grand cœur. Bref, du coté du squelette narratif, on évolue en plein dans le classicisme le plus convenu.


Le ton lui, emprunte plus au cinéma pop-corn de Stephen Sommers qu’au second degré utilisé par Rob Reiner pour son Princess Bride, un film qui est approximativement construit à partir du même écheveau (dont les 4 fils sont humour, cape et épée, romanesque, conte pour enfant) . Il faut dire que dans le cas présent cela fonctionne plus ou moins bien, et c’est même parfois malvenu, notamment dans les séquences les plus légères, qui n’ont guère besoin d’un humour potache et insistant pour les abêtir plus (la dispute dans les nuages, le capitaine travelo…). Mais grâce à son scénario bon enfant, ce jeu vidéo à niveaux parsemé d’épreuves prévisibles mais sympathique reste divertissant tout au long de sa durée. Le problème majeur est qu’il ne dépasse jamais ce stade de produit de consommation. En fait, si l’on y réfléchit bien, plus que de ces quelques crétineries scénaristiques destinées à séduire un jeune public, la principale faute de ce manque d’excellence revient à l’absence de panache de Matthew Vaughn et de sa réalisation peu inspirée.
Car, oui, hélas, on retombe encore une fois dans le domaine de la réalisation formatée et aux prises de vue sans personnalité. Ce manque de génie se ressent surtout dans la deuxième partie du film – la première se contente de présenter rapidement les personnages, de façon un peu précipitée -, à partir du moment où Matthew Vaughn a exposé les enjeux et qu’il commence à développer sa trame narrative de résolution. Le métrage ralentit son rythme (on a carrément l’impression qu’un autre film débute) et entre dans le domaine du cinéma romanesque plus classique. Et là, on s’aperçoit finalement que tout n’était que baudruche, un camouflet entretenu au moyen d’une mise en apnée des spectateurs noyé dans un rythme trépidant.

Heureusement, les quelques qualités du film sont mises en valeur par un casting prestigieux. Peter o’Toole, Robert De Niro, et surtout Michelle Pfeiffer – nettement plus convaincante en sorcière que <Tilda Swinton dans Narnia – semblent s’être beaucoup amusés sur ce tournage. Revers de la médaille, ces pointures volent souvent à la vedette à un Charlie Cox en demi-teinte et surtout à une Claire Danes peu brillante – notamment pour une étoile. Même Jason Flemyng tire mieux son épingle du jeu que le couple vedette.

La conclusion de

Stardust est un sympathique conte de fée qui devrait contenter les plus jeunes et les fan du genre. J’ai quand même eu l’impression que l’on est passé juste à coté de quelque chose de grandiose. Il aurait suffit d’un peu plus de folie pour secouer un peu cette réalisation morne et sans relief. Un effort qui aurait sans doute suffit à lui donner le souffle épique qui lui manque. Pour cela, il aurait peut être fallu miser sur un réalisateur un peu moins laborieux et plus imaginatif.

Que faut-il en retenir ?

  • Bonne atmosphère, scénario amusant
  • Casting prestigieux
  • Quelques séquences bien enlevées
  • Produit convenable pour un jeune public

Que faut-il oublier ?

  • Manque de panache dans la réalisation
  • Une narration parfois poussive
  • Le couple vedette en demi-teinte
  • Un humour potache parfois bien relou

Acheter Le Mystère de l'étoile en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le Mystère de l'étoile sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Stardust

En savoir plus sur l'oeuvre Stardust