75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Le Mystère de l'étoile >

Critique du Film : Le Mystère de l'étoile

Avis critique rédigé par Richard B. le mercredi 31 octobre 2007 à 15:01

adaptation en demi-teinte

Tristan, lors d’une soirée, fait une étrange promesse à Victoria, la plus belle fille du village de Wall. Il lui promet de lui ramener une étoile tombée du ciel si cette dernière en échange accepte de l’épouser. Pour récupérer l’étoile, Tristan devra franchir le mur interdit de Wall amenant vers une autre contrée, celle du pays des fées.
Si l'auteur, Neil Gaiman, coproduit l'adaptation cinématographique de son roman, étrangement celui-ci n'en signe pas le scénario. Ce travail est revenu à Jane Goldman, qui jusqu’ici avait travaillé essentiellement pour des produits télévisés et Matthew Vaughn le réalisateur du film. Il est très difficile d'adapter une oeuvre littéraire au cinéma, et en général les meilleures adaptations ne sont pas forcément les plus fidèles. Personne ne me contredira si je dis que l'essentiel d'une bonne adaptation est avant tout de retranscrire l'esprit d'une oeuvre. Hélas, les libertés prises ici sont énormes. L'arrivée de Tristan Thorn dans le pays des fées se fait de manière rapide, sautant toutes les péripéties intermédiaires qui le conduisent à l'étoile. En coupant ces passages, Jane Goldman et Matthew Vaughn ne font pas seulement que couper des pages du livre, mais ils enlèvent toute l'ardeur que met Tristan à traverser le pays des fées pour trouver et ramener l'étoile à sa bien-aimée. De plus, le pays des fées est beaucoup moins magique que sur les écrits de Gaiman, dans cette version cinématographique les buissons et arbres ne bougent et ne parlent plus, il n'y a plus de fées,de petits hommes et les contrées semblent beaucoup moins vastes. Mais le plus gros des changements se situe vers la fin où il apparaît des confrontations qui sont complètement inexistantes dans le roman. La trame scénaristique du film est donc beaucoup plus superficielle, le scénariste et réalisateur ayant préféré conserver et intensifier l'humour et les confrontations.

Michelle, ma belle. Sont des mots qui vont très bien ensemble

Matthew Vaughn qui avait gagné ses galons avec Layer Cake et qui s'apprête à adapter Thor, ne fait pas vraiment preuve d'innovation sur la mise en scène de Stardust. On retrouve souvent des plans qui voltigent très influencés par un certain seigneur des anneaux ; une ambiance dans la lignée d'un Terry Guilliam - période dégantée - et des films comme Princess Bride. Il est juste dommage que le réalisateur n'arrive pas toujours à cacher les trous par rapport au roman. On passe trop d'une étape à une autre comme si finalement, on était dans un jeu vidéo et que nous passions d'un "niveau" à un autre. Cependant, là où Matthew Vaughn se montre à la hauteur, c'est dans le côté épique, pas mal aidé en cela par la grandiose partition musicale de lan Eshkeri. Le réalisateur instaure des moments vraiment jouissifs ou les combats et l'humour. Au final, autant dire que si l’on fait abstraction du roman, le film n'est pas du tout déplaisant, contrairement on s'amuse bien une fois le recul établi.
Du côté de la prestation des comédiens, Matthew Vaughn s’est offert un casting quatre étoiles, cela pour mon grand plaisir. A bientôt cinquante ans Michelle Pfeiffer continus à nous (me) charmer par son talent et sa beauté toujours intacte. Claire Danes, elle aussi, fait honneur au roman de Neil Gaiman, elle est tout d'abord le personnage le plus ressemblant à l'oeuvre originale et ensuite, elle arrive à communiquer parfaitement la naïveté d'Yvaine sans la rendre pour autant demeurée. Robert De Niro, dans son rôle de capitaine Shakespeare et ses pirates sont hilarants. Au final, seul Charlie Cox qui interprète le rôle principal (Tristan) fait figure de quasi-novice dans cette distribution. Si Charlie Cox manque quelque peu de charisme face au reste de la distribution, il demeure crédible dans le rôle.

60

Stardust possède un certain nombre de défauts et n'arrive jamais à égaler le roman de Neil Gaiman. Cependant, il provoque une certaine dose de plaisir, assez pour que, une fois la déception passée de ce que le film aurait pu être, on ait envie de retourner voir le film. Ce n'est déjà pas si mal !

Critique de publiée le 31 octobre 2007.

Acheter Le Mystère de l'étoile en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le Mystère de l'étoile sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !