75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : The Descent
The Descent >

Critique du Film : The Descent

Avis critique rédigé par Manu B. le dimanche 1 octobre 2006 à 0627

Au fond, on ne vous entend pas crier...

C'est en revenant d'une journée de rafting avec ses amies -dont Juno- et que Sarah, son mari et sa fille ont l'accident qui coûte la vie de ces deux derniers. Un an plus tard, après avoir repris le dessus, tant bien que mal, elle participe à une exploration spéléologique avec cinq de ses amies. L'aventure va virer au cauchemar...

The descent: Holly (Nora-Jane Noone), Sam (MyAnna Buring), Rebecca (Saskia Mulder), Juno (Natalie Jackson Mendoza), Sarah (Shauna Macdonald) et Beth (Alex Reid)
The descent: Holly (Nora-Jane Noone), Sam (MyAnna Buring), Rebecca (Saskia Mulder), Juno (Natalie Jackson Mendoza), Sarah (Shauna Macdonald) et Beth (Alex Reid)

Neil Marshall s'est fait remarquer pour son premier film, Dog Soldiers, un film d'horreur à l'ironie suintante, mettant en scène un survival avec loups-garous. Premier film mais déjà on sent chez le réalisateur anglais que le cinéma d'horreur britannique a trouvé son nouveau fer de lance. Il revient avec the descent, mettant en scène six jeunes et jolies demoiselles échappant au mal en personne caché dans ces galeries souterraines et noires. Il change donc de registre avec ce film qu'il a voulu très sombre, dont le danger principal fait appel à nos peurs ancestrales et nos cauchemars enfantins. L'idée de base est, d'ailleurs, totalement originale puisque jamais le cinéma d'horreur n'avait pris pour cadre les cavernes à l'occasion d'une sortie de spéléologie sauvage. A dire vrai, c'est le cadre idéal pour entretenir un suspense haletant, car l'obscurité ambiante est même carrément totale par instant.

The descent: Holly (Nora-Jane Noone), Sam (MyAnna Buring), Rebecca (Saskia Mulder), Juno (Natalie Jackson Mendoza), Sarah (Shauna Macdonald) et Beth (Alex Reid)
The descent: Holly (Nora-Jane Noone), Sam (MyAnna Buring), Rebecca (Saskia Mulder), Juno (Natalie Jackson Mendoza), Sarah (Shauna Macdonald) et Beth (Alex Reid)

Ce qui a laissé aux ingénieurs des éclairages des possibilités sans aucune mesure et surtout une grande économie de décors: en effet, une paroi éclairée différemment n'a pas du tout le même aspect et peut être réutilisée. L'autre originalité est l'emploi de six femmes pour les rôles principaux dans un film d'horreur, ce qui a un temps inquiété le réalisateur, mais qui finalement s'est avéré payant. L'entraînement des actrices à l'escalade et à la spéléo rend le film très vraisemblable, d'ailleurs, et le spectateur se sent lui aussi aux côtés des héroïnes, enfermé dans ces galeries étroites, éprouvant une menace grandissant, dont la claustrophobie s'il en est. La réalisation et les prises de vues sont donc très sérieuses et efficaces par leur effet, que ce soit dans la progression dans les galeries exiguës, ou bien du haut de profonds ravins vertigineux. Si l'on ajoute à cela une photographie très soignée, la première partie du film offre de beaux moments d'émerveillements en face des beautés de la nature. Puis vient l'horreur.

The descent: Hémoglobine
The descent: Hémoglobine

C'est comme une cassure qui plonge ce groupe de filles très copines dans une panique éprouvante. Et en situation de crise, les relations se distendent, les rancoeurs s'aiguisent, les secrets se dévoilent. C'est l'explosion. Neil Marshall a eu à coeur de donner un minimum de caractère à ces jeunes femmes, une psychologie, ce qui est plutôt rare dans les survivals où généralement, les gens courent et se barricadent pour échapper aux prédateurs. Ce contexte psychologique entremêlant les filles va d'ailleurs conditionner le dénouement, dont la transformation de Sarah (Shauna McDonald) en est l'aboutissement. Cette deuxième partie est d'ailleurs plutôt gore, où l'hémoglobine coule à flot, basculant le film dans la série B habituelle, où courses poursuites et combats acharnés font rage.

The descent: Juno (Natalie Jackson Mendoza) et Sarah (Shauna Macdonald)
The descent: Juno (Natalie Jackson Mendoza) et Sarah (Shauna Macdonald)

C'est donc plutôt un film sans véritable surprise finalement, mais admirablement bien traité, astucieusement filmé qu'est the descent. Pas de réinvention, mais plutôt un hommage au film et psychologique et suspense (Shining, Alien), et au film d'horreur.

La conclusion de

Au final, the descent se révèle être un bon survival, qui au lieu de révolutionner le genre, lui rend hommage avec les multiples clins d'oeil aux films cultes de Neil Marshall. Un bon moment en perspective.

Acheter The Descent en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de The Descent sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de The Descent

En savoir plus sur l'oeuvre The Descent