75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film : Destination Finale 3 [2006], par David Q.

Avis critique rédigé par David Q. le jeudi 23 mars 2006 à 03h49

Plus jamais de grand huit...

Nous voici embarqués dans une nouvelle Destination Finale, sorte de mort aux trousses moderne où des teenagers bourgeois se font charcuter sec par la grande faucheuse en colère de les avoir ratés la première fois. On connaît maintenant bien le principe de ces morts extravagantes présentées comme la faute à pas de chance où l'accumulation et la succession d'évènements fortuits donnent un final brutal et sanglant.
Dans le premier, le point de départ était un crash aérien. Dans le second c'était un accident de la route. Dans cette suite c'est le grand huit d'une fête foraine qui déraille et tel un cobra dérangé pendant sa sieste va se débarrasser de ses victimes. Point de grande originalité dans le concept pour ceux qui ont vus les précédents puisque tout reste identique de la cible (les jeunes) à leur nombre (7) en passant par les visions et l'ordre des futures victimes. Il ne faut donc voir Destination Finale 3 que comme un agréable divertissement sans nouveauté.
Les mécanismes tordus conduisant à des morts le plus souvent inattendues ont été semble t-il écourtés. Moins subtils, ces mécanismes sont plus directs et prévisibles, basant l'angoisse du spectateur sur cette prévision qu'on voit se mettre en place doucement, plan machiavélique de la mort pour reprendre ses âmes perdues. Souvent la vraie mort arrive d'une manière différente de nos prévisions, largement guidées par la réalisation, et tel un couperet décisif, s'abat d'une manière brutale, violente et sans aucune chance d'en réchapper pour la personne visée. De ce point de vue, l'amateur de gore sera servi car on a droit à de nombreux tranchages de membres, des écrabouillements extrêmes et autres traversées corporelles par des corps étrangers souvent pointus métalliques et tranchants.
A coté de ces scènes clés élaborées avec la précision d'un horloger suisse méticuleux, on nous rabache la même mythologie issue du fameux vol 180 du premier film. Utile pour les nouveaux spectateurs mais ennuyeux pour les autres. Surtout que les acteurs ne sont pas là pour briller mais simplement pour représenter un cliché de personnalité. On a ainsi le gothique activiste, le militaire borné et bourrin, les deux garces gavées au Loréal et aux UV, la soeur rebelle, le looser dragueur du dimanche et bien sur les deux personnages principaux, couple de beaux gosses malgré eux destinés à sauver les autres par remord et bonté d'âme. Vous me direz on s'en fou puisque leur destinée est de mourir, mais quand même ça vole pas bien haut coté acteurs.
Glen Morgan et James Wong, ex-scénaristes des X-Files et parmi les meilleurs, font ici preuve d’imagination créative pour les scènes mortelles mais restent très basiques pour le reste. La scène d’ouverture est à mon sens la plus réussie du film. Chaque plan de la fête foraine nous fait penser à la mort et les photos prises au début seront cruciales pour le reste du film. Ca nous rappelle à la scène d’ouverture de Snake Eyes qui durait 10 bonnes minutes non-stop et qui contenait tous les indices du film. La scène du grand huit, qui était censée être « The Big Scene Of The Movie » est sympa mais pas aussi impressionnante qu’on le croit au vu de la bande annonce. En effet, tout est filmé de trop près, les wagons sont trop rapides, et comme c’est la nuit on ne voit finalement pas grand-chose à ce tourbillon de la mort. Quelques mini-passages sont tout de même bien fait et flippants mais ça ne rattrape pas ce mélange de synthèse moyenne, d’incrustes ratées et l’impression qu’on préfère nous montrer du flou plutôt que de rater ouvertement les effets numériques du déraillement de la machine. Notons quand même le changement du type de cri, passant du cri jovial du départ du grand huit au cri de terreur quand tout dérape.

La conclusion de à propos du Film : Destination Finale 3 [2006]

David Q.
65

Un film à voir si on s’attends exactement à la même chose qu’aux premiers, des morts sanglantes et brutales selon un schéma connu mais toujours aussi surprenant. Rien n’évolue dans cette suite et le plaisir malsain de voir les victimes y passer selon des mécanismes hautement improbables est toujours là. On n’en demande pas plus du concept. Le pop-corn movie par excellence.

Que faut-il en retenir ?

  • L’intro bien pensée
  • Des morts bien gores et plus brutales qu’avant
  • Des mécanismes toujours aussi improbables mais finalement bien « funny »

Que faut-il oublier ?

  • Des séquences trop rapides et filmées de trop près
  • La scène du grand huit est à mon sens ratée

Acheter le Film Destination Finale 3 en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Destination Finale 3 sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Destination Finale