75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Hostel
Hostel >

Critique du Film : Hostel

Avis critique rédigé par Lucie M. le mercredi 1 mars 2006 à 1933

Sex & drugs & tronçonneuse !!!

Deux jeunes américains, Josh et Paxton, parcourent l’Europe à la cool. Cependant, ils ont un programme super chargé ; se faire le plus de filles possible et s’éclater à donff’. A la suite d’une escale à Amsterdam, ils font la connaissance d’Oli, un islandais complément barré, et rencontreront également un jeune homme qui les renseignera sur un filon à ne pas louper là où les filles sont faciles et belles. Alléchés, les trois compères se rendront dans une d’auberge de jeunesse en Slovaquie où leurs désirs les plus fous seront très vite réalisés. Malheureusement pour eux la perversité de certains rattraperont la leur en un fusionnement sanglant…
Produit par Quentin Tarantino et réalisé par Eli Roth, Hostel est un film assez froid malgré un sujet assez chaud. Un sujet qui aurait pu être traité de manière plus subtile et légèrement plus malsaine. Malsaine car le sujet s’y prête totalement! Que penseriez-vous de pouvoir réaliser vos penchants les plus sadiques contre de l'argent ?! En réel, de plus, sans avoir à passer par les snuff movies ou autre ?! Torturer des gens en vrai, leur faire mal en vrai et les déposséder de toute leur fierté ?! C’est ce qui se passe dans Hostel !!! Cependant, le film manque d’atmosphère, de tension et en devient très nettement invraisemblable.
La première partie du film est très longuette et nous laissera même un arrière goût de caricature. Eli Roth prend son temps pour l’installation de l’intrigue et pour établir le caractère de ses personnages. Josh, Paxton et Oli sont très différents de par leur sensibilité et leur caractère. L’un se pose beaucoup trop de questions, l’autre est hésitant mais ne se laisse pas abattre tandis que le dernier se lâche complètement. Eli Roth tentera même de nous dérouter quand au choix de celui qui restera en vie à la fin d’Hostel. Néanmoins, nous ne sommes même pas étonnés de ce choix et on s’en fiche un peu d’ailleurs. En tous cas, il réussit quand même à nous les faire légèrement détester et surtout l’un d’entre eux, véritable américain de base. N’étant pas dans sa patrie d’origine, il se laisse envahir par une sorte de décadence qui en devient odieuse puisqu’elle n’est pas assumée. On ressentira également le désir de les voir un peu tous se faire brutaliser.
C’est ce qui se produira en seconde partie de film mais toujours avec lenteur et sans tension. Ce retournement de situation est tout de même assez jouissif! Les trois jeunes gens ne seront plus les acteurs de leurs faits de "débauches" mais les victimes d’autres personnes encore plus "débauchées" qu’eux. Un genre de “tel est pris qui croyait prendre“ avec de plus quelques touches de violence inouïes. Néanmoins, pas tellement que ça en ce qui concerne la violence !!! Cela rend Hostel assez sage et le fait rentrer dans le moule du “pour tout public“. On s’attendait à plus dévastateur que ça et surtout plus inventif. Ensuite, le seul survivant aura malgré tout, sur ses bourreaux, une singulière revanche. D’ailleurs, l’un de ces passages est réellement mémorable et complètement drôle. Je n’en dirais pas plus pour ne pas trop spoiler mais celui-ci fut souffler à Eli Roth par Tarantino. Et il fonctionne très bien vu le déchaînement du public dans la salle.

La conclusion de

Hostel ne tient pas ses promesses de réinvention du genre et reste une œuvre assez "tout public". Il n’y a pas de quoi crier au génie ni de sauter de son siège pour se terrer en dessous par dégoût ou cause de sensation forte. Bon oui quelques passages nous font perdre notre sang froid mais ils sont très rares. De plus, Hostel manque d’atmosphère et son traitement très caricatural n’arrange rien au déroulement de l’histoire. En clair, on se fiche un peu de ce qui arrive aux personnages même si par certains moments ils nous agacent. Malgré tout on se marre bien grâce à certaines situations ou certains dialogues. Seulement, j'espère sincèrement que cela était un fait exprès !!!

Acheter Hostel en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Hostel sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Hostel

  • Voir la critique de Hostel 2 : Le Club Med’ de l’horreur…
    20

    Hostel 2 - Critique du film par Nicolas L.

    Le Club Med’ de l’horreur… : Hostel II n’a pas eu les honneurs d’une sortie remarquée. On comprend pourquoi. Non pas, comme pourrait le prétendre ce vieil et s…

  • Voir la critique de Hostel : Hostel version non censurée: sexe, gore et rock n'roll
    60

    Hostel - Critique du film par Manu B.

    Hostel version non censurée: sexe, gore et rock n'roll : Hostel aurait pu être un bon film si la réalisation avait été plus soignée. Dommage car l'idée de base était assez originale.

  • Voir la critique de Hostel : Pas de quoi fouetter une slovaque
    55

    Hostel - Critique du film par Nicolas L.

    Pas de quoi fouetter une slovaque : Ah la la, Hostel, voilà un film qui crée la polémique, même au sein du cercle restreint des véritables des amateurs de films d’hor…

  • Voir la critique de Hostel : Beaucoup de bruit pour pas grand-chose !
    32

    Hostel - Critique du film par Richard B.

    Beaucoup de bruit pour pas grand-chose ! : Beaucoup de bruit pour par grand-chose ! Voilà au final l’impression que m’a laissée Hostel. Long à démarrer et pas vraiment choqu…

  • Voir la critique de Hostel : Un Hostel de passe à 3 euros la soirée
    30

    Hostel - Critique du film par David Q.

    Un Hostel de passe à 3 euros la soirée : Tout comme dans Cabin Fever, on se retrouve face à un film qui n’a pas l’ampleur attendue et qui est loin d’être le meilleur du ge…

En savoir plus sur l'oeuvre Hostel