75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la bande dessinée : Initiation #1 [2019], par Nathalie Z.

Avis critique rédigé par Nathalie Z. le samedi 21 septembre 2019 à 09h00

Quand la magie sert l'espionnage

Nouvel opus de la collection Grindhouse publiée par Glénat, L'agent est une série policière matinée de sorcellerie, d’espionnage et de mystère. Le premier tome intitulé Initiations dévoile la rencontre entre les deux principaux protagonistes de l’histoire.

Dans la veine d'un Black Magick, cette nouvelle série nous propose sa vision de l'occulte contemporain. Cette fois, la magie est devenue une arme que les services secrets manipulent sans scrupule.

Rhym Bekthi est une jeune femme policière intrépide et intuitive, très intuitive. Cela en fait un excellent flic des stups mais ses collègues ne comprennent pas toujours comment fonctionnent ses déductions. En pleine surveillance de dealer dans le métro parisien, elle assiste à une scène chaotique : après que son suspect ait tué leur indic, il jette une sorte d’herbe dans l’air. Soudain, les gens semblent devenir fous, tous sauf elle. Elle en sort indemne et attire l’attention d’une section bien particulière des services secrets français.

Sébastien Ferrant est un homme du don et travaille pour les services secrets français dans une section antiterroriste hautement classifiée. Il est envoyé pour protéger la jeune femme et l’initier à la sorcellerie. L’intuition de Rhym n’était pas un hasard…

L'agent explore le monde du renseignement, ce mélange de secrets et d’affrontements : un bureau des légendes mâtiné de fantastique car la sorcellerie est bien présente. Cartes de tarot, mauvais œil, dagydes… Bien des aspects du monde occulte sont mis en avant dans cette histoire. Et les services secrets n’ont pas de honte ni de morale quand il s’agit de l’utiliser, en particulier la CIA.

Que ce soit les espions ou les sorciers, ils vivent dans le secret et inspirent la peur. Un mélange efficace pour une ambiance originale, plus que l’on pourrait envisager au premier abord.

Mathieu Gabella (Conan le Cimmérien) au scénario propose une histoire bien ficelée et très documentée. L’intrigue est fluidifiée par un dessin ultra dynamique de Fernando Dagnino (Batman, Superman, Blackest Night, Suicide Squad). Les couleurs sont superbes, l’ensemble fonctionne parfaitement. Vivement la suite !

L’album fait 144 pages et contient un cahier graphique nommé dossier confidentiel et une interview des artistes. Vous y découvrirez des informations supplémentaires sur la série via un procès-verbal, une lettre, un extrait de journal intime. Les illustrations sont en noir et blanc, en couleur : storyboard, étude de personnages.

 

La conclusion de à propos de la Bande Dessinée : Initiation #1 [2019]

Nathalie Z.
87

Initiations ouvre la nouvelle série de la collection Grindhouse chez Glénat : L'agent. Scénarisée par Mathieu Gabella qui s'est documenté autant sur la sorcellerie que sur le milieu du renseignement, l'intrigue est bien ficellée et passionnante. Le dessin dynamique et précis de Fernando Dagnino sublime le tout. Bienvenue dans un univers où il vaut mieux porter une amulette qu'un gilet pare-balles et où une  malédiction jetée par email vous détruira plus sûrement qu'une bombe !

On a aimé

  • De l'occultisme contemporain
  • Un des dessinateurs de Batman et Suicide Squad
  • Le scénariste de Conan le Cimmérien
  • Un style dynamique très comics 

On a moins bien aimé

  • Pourrait sembler déjà vu au premier abord

Acheter la Bande Dessinée L'agent : Initiation #1 [2019] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de L'agent : Initiation #1 [2019] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+