75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la bande dessinée : La malédiction #1 [2019], par Nathalie Z.

Avis critique rédigé par Nathalie Z. le jeudi 4 avril 2019 à 14h00

Under York, de l’occulte contemporain mouvementé !

Quelle surprise en découvrant cet album, nouveauté du mois de mars de chez Glénat ! Le format est original entre comics et BD franco-belge, mais hyper pratique : du 21.5 cm x 29.3 cm, une feuille d’imprimante donc, assez grand pour apprécier le dessin mais facile à emporter partout. Et pour cause, la BD vise un public young adult. En l’ayant lue, je me suis dit que la BD faisait aussi un bon supplément pour rôlistes amateurs d'occulte contemporain, d'urban fantasy ou des Dresden files. Les chapitres de ce premier tome ont la particularité de commencer par des pages du journal de l’héroïne et dévoile les ressentis et des expériences du personnage. Assez immersif, ce procédé permet de rajouter des éléments qui auraient été moins judicieux en dessin ou n’auraient simplement pas eu de place dans l’histoire elle-même.

Les Chroniques d’Under York est une série fantastique prévue en trois tomes (vive les trilogies !). Ce premier tome place l’histoire et l’univers secret que côtoie l’héroïne, Alison Walker. Cette jeune femme de 22 ans est artiste peintre. Elle bosse dans un food truck pour survivre mais a désormais une chance de percer dans le milieu de l’art contemporain. Nous sommes à New York et ce soir a lieu le vernissage de sa première expo !

Mais ce qui devait être la soirée qui allait changer sa vie va se transformer en désastre quand déboule un individu qui n’a pas été invité. Alison semble le reconnaître et celui-ci lance un sort qui pourrit franchement l’ambiance. Contrainte de le suivre, elle découvre que les clans de sorciers de l’Under York sont remontés contre sa famille et qu’il est temps qu’elle assume sa part sorcière. Son clan est en effet accusé d’avoir provoqué l’arrivée d’un démon ancien dans la ville. Maîtrisant la magie vaudou, Allison ne peut croire que sa famille soit responsable d’un tel sacrilège et va devoir le prouver.

Ce nouvel univers proposé par Sylvain Runberg et Mirka Andolfo pour le label Log In chez Glénat cible un public plutôt young adult mais pas que. Il prend racine dans les entrailles de la ville qui ne dort jamais et offre une nouvelle version de la New York occulte que l’on trouve déjà dans d’autres œuvres notamment en romans ou en jeux de rôle. Deux ambiances, celle de la surface, dynamique et moderne, et celle des profondeurs magique et secrète se côtoient dans une histoire prometteuse. New York est un cadre palpitant pour tout récit.

Grâce à la partie journal intime qui sépare les chapitres, la bande dessinée développe son background et étoffe son univers tout en nous plongeant dans les pensées et le ressenti de l’héroïne. La jeune sorcière au centre de cette histoire est en rupture de ban, elle refuse son appartenance à ce monde souterrain et le rôle qu’elle est censée y tenir. Pourtant, alors que les événements la rattrapent, il faudra bien qu’elle accepte cet héritage si lourd. Sylvain Runberg le scénariste n’en est pas à son coup d’essai, ce sont plus de 70 albums qu’il a écrit dans des genres assez variés : adaptation de la saga Millenium pour le polar, Drones, Reconquêtes… ou encore L’ombre des Shinobis, une histoire dans un Japon médiéval fantastique.

Côté dessin, Mirka Andolfo est une artiste italienne connue aux Etats-Unis pour son travail chez DC : Harley Quinn, Wonder Woman, Teen Titans, Justice League… Mais aussi chez Marvel avec Ms Marvel, et bien sûr en Italie. Le choix de travailler sur une héroïne féminine est pour elle une évidence. Son dessin est fin, détaillée, très beau avec des couleurs flamboyantes. L’ensemble est dynamique, les parties magiques ont un cachet superbe, c’est un plaisir à regarder.

Les Chroniques d'Under York sont une nouvelle série prometteuse d'urban fantasy aux dessins superbes et au rythme soutenu !

La conclusion de à propos de la Bande Dessinée : La malédiction #1 [2019]

Nathalie Z.
88

Les Chroniques d'Under York, une trilogie d'urban fantasy young adulte chez Glénat commence fort avec ce premier tome intitulé La Malédiction. On y fait connaissance avec une ville de New York occulte tenue en secret par des clans de sorciers, une jeune artiste peintre qui devra accepter son héritage et des tensions face un danger émergent. Le magnifique dessin de Mirka Andolfo a une inspi comics Us et manga, et retranscrit une ambiance dark réussie. Avec de superbes couleurs de Piky Hamilton, un découpage dynamique et un scénario de Sylvain Runberg qui laisse présager une intrigue intéressante, Les Chroniques d'Under York sont une belle surprise de ce printemps BD. La suite sortira en septembre 2019 !

On a aimé

  • Des couleurs sublimes
  • De l'urban fantasy
  • Un univers à secrets qui intriguent
  • Cahier graphique et interviw en fin de première édition

On a moins bien aimé

  • Ciblé young adult mais pas que !
  •  

Acheter la Bande Dessinée Les Chroniques d'Under York : La malédiction #1 [2019] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Les Chroniques d'Under York : La malédiction #1 [2019] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+