75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la bande dessinée : Nico et le cœur de Cronos #1 [2019], par Nathalie Z.

Avis critique rédigé par Nathalie Z. le dimanche 27 janvier 2019 à 09h03

De la fantasy steampunk poétique et drôle !

Encore une perle chez Akiléos ! 

Pleine de finesse et de douceur, Nico et le cœur de Chronos est une bande dessinée italienne que les éditions Akiléos ont traduite pour notre bon plaisir. Et ils ont eu raison ! Originale, cette œuvre est à mettre dans toutes les mains. Elle plaira aux plus jeunes et aux adultes pour sa lecture plus sombre.

Elle sortira le 29 janvier 2019 dans une superbe édition toilée rouge et or.

Mais de quoi parle cette histoire ?

À la suite d’un dysfonctionnement de leur vaisseau, les Cronocrooks, des petits humanoïdes au teint pâle venus d’un autre espace temps, se sont échoués au cœur des Terres du Nord, près du village de Jacktown. Depuis, le roi Olzon mène contre eux un combat sans relâche. Et on raconte que c’est au cours d’une attaque que le cœur de Cronos, le moteur du vaisseau sacré des Cronocrooks, aurait été irrémédiablement détérioré, créant des dommages dans le cours naturel du temps tout autour du vaisseau, et engendrant de terribles créatures de glace appelées Nauchts. 

Ceci est la présentation du monde par l'éditeur Akiléos. Si on comprend rapidement ce qui se passe en lisant la bande dessinée, ces éléments ne nous sont pas donnés au début de l'oeuvre et il faut quelques pages pour faire les liens et comprendre où nous nous trouvons.

Dans ce contexte, nous faisons la connaissance de notre héros, le jeune Nico. Celui-ci est un outsider, trop grand pour un Crook il n'a ni le teint blafard ni les gros yeux de ses congénères. Il rêve en lisant des livres humains remplis d'aventures passionnantes. Cette activité futile le rend bizarre voire dangereux aux yeux des siens. Différent de son peuple, il est mis au ban, rejeté et ne trouve pas sa place. Au début de notre histoire, les Crooks sont attaqués par des humains mais les gardes n’ont pas pu prévenir, trop occupés qu’ils étaient à chercher des poux à Nico. La bataille est sanglante, les Crooks ont été surpris et n’ont pu réagir. Les humains de Jacktown font beaucoup de victimes et de prisonniers dont le jeune prince crook, Shinn. Pour Nico, cette situation est insupportable, Shin est le seul crook à avoir toujours été gentil avec lui. En effet, le gamin l'admire et Nico décide de partir à sa recherche accompagné du renard Aryu.

Commence alors une quête pour retrouver le jeune et naïf Shinn au main du roi humain Olzon qui désire ardemment le secret des Crooks. Nico affrontera moult péripéties, un ennemi cruel Maître Zéo et sa capuche en renard mais se fera de vrais amis, une compagnie de soldat qui rêve de paix : la brigade des Blaireaux. Nico est un personnage attachant, doux et courageux. Ses rencontres sont essentielles dans son évolution et sa prise de confiance en lui. Le capitaine Léa en particulier est une guerrière qui ne veut plus se battre mais qui n'abandonnerait jamais un ami. Ses sautes humeur en font un personnage très drôle, imprévisible mais sur lequel Nico pourra compter. Après des aventures rocambolesques dignes des livres adorés par Nico, l'histoire se conclue par un coup de théâtre qui fera réfléchir le lecteur. Ce conte aborde ainsi des thèmes forts comme la différence, la mémoire, l'importance de la culture, mais également le rapport au temps. Il dépeint la façon dont la guerre, le conflit en général efface les autres préoccupations et écrase les valeurs qui font de nous des humains comme l'amitié. Grâce à un humour bien dosé, ces thèmes durs passent sans difficulté et le lecteur est pris par ce récit fin et dynamique en trois actes. 

Avec un style poétique et drôle, Eduardo Natalini nous emmène en voyage sur les Terres sans temps. Amateur de mangas et fan de Walt Disney, cet artiste offre un dessin rond, cartoonesque pour ses personnages et des décors très travaillés. Architectures et paysages sont variés. Mais revenons aux personnages : animaux, humains, crooks et monstres sont originaux, très expressifs : les émotions sont très bien retranscrites dans les traits du visage dessinés y compris pour les bestioles et les nauchts. J'ai particulièrement aimé les couleurs utilisées qui subliment le reste. Vous l'aurez compris : Nico et le secret de Cronos est une perle !

La conclusion de à propos de la Bande Dessinée : Nico et le cœur de Cronos #1 [2019]

Nathalie Z.
83

Nico et le cœur de Cronos est une œuvre originale entre le steampunk et la fantasy qui sort chez Akiléos en cette fin de mois de janvier. L'artiste Eduardo Natalini y développe un dessin adorable et des couleurs pleines de vie, c'est un plaisir à regarder comme à lire. L'entrée dans son univers se fait cependant sans introduction et il faudra quelques pages pour prendre ses marques. Ses personnages sont attachants et leurs aventures vont transporteront à travers les Terres sans temps. Sous des dehors humoristiques et cartoonesques, l'artiste aborde des thèmes forts comme la guerre, la mémoire, le rapport au temps mais aussi la différence et l'amitié. Un récit fin et dynamique porté par un dessin expressif et de superbes couleurs.

On a aimé

  • Des couleurs flamboyantes
  • Un dessin adorable
  • De l'humour
  • Un monde original

On a moins bien aimé

  • Un univers dans lequel l'entrée se fait sans précision

Acheter la Bande Dessinée Nico et le cœur de Cronos #1 [2019] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Nico et le cœur de Cronos #1 [2019] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+