75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film : Dark city director's cut, par Vincent L.

Avis critique rédigé par Vincent L. le jeudi 6 juin 2013 à 17h42

Tout simplement incontournable...

Sorti en 1998, Dark City n'avait connu qu'un succès d'estime lors de son exploitation cinéma. Il aura en effet fallu attendre les années, le bouche à oreille et l'exploitation vidéo pour que le long-métrage acquiert petit à petit un statut de film culte. Néanmoins, en dépit de ce relatif échec commercial, Dark City aura dès le départ inspiré tout un pan du cinéma SF contemporain, ouvrant notamment la voie à des longs-métrages infiniment plus célèbres qui possédaient nombre de thématiques communes : protagonistes prisonniers de mondes artificiels, perception altérée de la réalité ou personnage principal en quête d'identité (citons juste The Truman Show ou la trilogie Matrix à titre d'exemple). Et s'il n'a au fond rien inventé d'intrinsèquement nouveau - se posant clairement comme un héritier du Neuromancien de William Gibson - il est aujourd'hui encore l'un de ceux qui a réussi à traiter ces nombreux thèmes de manière la plus aboutie.

Pourtant, la gestation de Dark City s'est faite dans la douleur. Outre les nombreux retards et autres dépassements de budget dus à des complications, le long-métrage avait subit les foudres de producteurs passablement échaudés par des projections-tests apparement très négatives. Ils avaient alors demandé au réalisateur, Alex Proyas, de revoir sa copie pour fournir quelque chose de plus clair et de plus limpide, et ce afin que l'histoire puisse être comprise par le plus grand nombre. Ce dernier s'était alors exécuté et avait modifié la chronologie et la narration de son film pour que l'histoire racontée soit plus "accessible". Ce premier montage, il l'avait toutefois précieusement gardé de côté. Ainsi, plus de dix ans après la sortie du film, nous pouvons enfin découvrir ce qu'était sa vision grâce à cette director's cut uniquement disponible en Blu-Ray.

 

 

Avec quinze minutes en plus sur la durée totale, nous pouvions nous attendre à voir apparaître un certain nombre de scènes inédites (comme cela se fait traditionnellement dans de telles éditions). Il n'en est cependant rien, cette director's cut ne modifiant que très subtilement le montage d'origine : des plans un peu plus long, quelques lignes de dialogues supplémentaires, des aggrandissements de champ amenant des cadrages plus larges, les nouveautés sont quasiment invisibles (il n'y a qu'une seule véritable séquence inédite dans cette version). Finalement, pris dans sa globalité, cette director's cut n'est donc pas si différente du montage cinéma (la confrontation finale très kitch ayant même été conservée, malheureusement...), ce qui, en soit, est plutôt une bonne nouvelle.

En fait, la transformation majeure que propose cette director's cut tient quasi-uniquement dans une modification de la narration (donc de la chronologie de certaines scènes). Et si on pourrait de prime abord se dire que cela n'a pas une grande importance, cela amène cependant à des changements radicaux dans la manière d'appréhender le long-métrage (surtout pour ceux qui ne l'ont jamais vu). Ainsi, si la version cinéma vendait la mèche avant même le générique de début (une voix-off expliquait absolument toute l'histoire et montrait dès les premières secondes les spécificités de la ville), ce montage offre une construction en forme de puzzle, amenant petit à petit les nombreux éléments constitutifs de son l'histoire. En plus d'une histoire toujours aussi géniale, Dark City se dote désormais d'une construction scénaristique à la hauteur de ses ambitions.

 

 

Certes, le tout est forcément moins "limpide". Là où la version cinéma nous dévoilait tout les tenants et aboutissants dès le départ pour ensuite développer spécifiquement chaque pièce du puzzle, la director's cut propose l'exact cheminement inverse : celui d'obliger le spectateur à assembler petit à petit les morceaux sans savoir réellement vers quoi tend le résultat final. Mais si le procédé oblige à quelque peu réfléchir, il est cependant parfaitement accompagné par un scénario qui sait ne jamais perdre son audience dans les méandres d'une narration inutilement compliquée. Au final, Dark City en ressort grandi : plus abouti (il n'y a quasiment plus de raccourcis scénaristiques), plus complexe (les dialogues supplémentaires apportent nombre de petits détails qui appuient l'histoire et/ou ses thématiques) et plus construit au niveau de ses personnages principaux.

A coté de cela, rien ne change réellement par rapport à la version cinéma. Outre le fait que certains effets spéciaux en CGI prennent un coup de vieux avec le passage en Haute Définition, on retrouve l'ensemble des composantes qui avaient fait la renommée du film : la maestria d'Alex Proyas à la réalisation, la superbe photographie de Dariusz Wolski, les effets spéciaux époustouflants de Patrick Tatopoulos, la musique aux multiples sonorités de Trevor Jones et un casting absolument parfait (qui marque d'ailleurs la dernière composition un peu dingue de Kiefer Sutherland avant sa radicale transformation en Jack Bauer). A noter enfin, une fois n'est pas coutume, une VF ayant misé sur la qualité : plutôt que de partir sur des rustines maladroites (ce qui se fait généralement dans de telles éditions), le doublage des personnages a été intégralement refait lorsque les anciens doubleurs n'étaient pas disponibles.

La conclusion de à propos du Film : Dark city director's cut

Vincent L.
95

Si Dark City était déjà un excellent film, avec cette director's cut il devient un véritable chef d'oeuvre. Les quelques maladresses scénaristiques y disparaissent pour laisser place à une histoire nettement plus aboutie dans son aspect narratif. Les autres changements s'avèrent quant à eux très subtils, n'altérant en rien les grandes qualités de la mise en scène, de l'interprétation ou de la photographie déjà présentes dans la version cinéma. Cette version Blu-Ray rend donc justice à ce film précurseur de tout un pan du cinéma SF, et s'avère en conséquence tout simplement incontournable.

Que faut-il en retenir ?

  • Mise en scène maîtrisée et inventive,
  • Histoire géniale,
  • Scénario puzzle bien construit,
  • Thématiques intelligentes,
  • Rendu visuel innovant,
  • Casting parfait,
  • Des ajouts subtils et pertinents.

Que faut-il oublier ?

  • Un final toujours un peu kitch,
  • Les CGI qui passent mal l'épreuve de la HD.

Acheter le Film Dark city director's cut en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Dark city director's cut sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Dark City

  • Voir la critique de Dark City : Brillant !
    95

    Dark City Critique du film par Manu B.

    Brillant ! : Avant Matrix, avant Cube, et après Metropolis, Dark city est une référence des films où la réalité ne semble pas ce qu'elle est. C…
    Temps de lecture : 2 mn 58

  • Voir la critique de Dark City : C'est quoi ce film ?
    90

    Dark City Avis sur le film par Benjamin R.

    C'est quoi ce film ? : Bien un bon film, on n'en voit pas assez souvent des comme celui-là, l'ambiance est bien sombre, le spectateur cherche avec le hér…
    Temps de lecture : 18 s

  • Voir la critique de Dark City : Amicale Gothique
    90

    Dark City Avis sur le film par Gil P.

    Amicale Gothique : Tout dans le film, des personnages aux ambiances est maitriser par un réalisateur génial, un des derniers grands clippeurs passé a…
    Temps de lecture : 8 s

  • Voir la critique de Dark City : dark city by wedge3d
    70

    Dark City Avis sur le film par David Q.

    dark city by wedge3d : Voilà un film qui n’a pas beaucoup fait parler de lui mais qui a le mérite de miser sur un scénario original. L’ambiance est très …
    Temps de lecture : 25 s