75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du roman : Le Pistolero #1 [1991], par Nicolas L.

Avis critique rédigé par Nicolas L. le mardi 23 août 2005 à 10h14

Une mise en bouche prometteuse

Le premier tome de la Tour Sombre, le pistolero, nous présente Roland de Gilead, un étrange personnage ‘’eastwoodien’’ (période Léone) évoluant dans un monde nous rappelant fortement l’Ouest américain. On y apprend que Roland est à la poursuite d’un dénommé Walter, une sorte de magicien, qui a trahi autrefois la confiance de son père. On constate aussi que le héros est obsédé par un objectif mystérieux, la Tour Sombre, et qu’il est persuadé que Walter pourrait lui en apprendre plus.
Après avoir séjourné un moment dans une ville paumée où un enchaînement d’évènements amène un véritable carnage, Roland continue sa route vers l’ouest, et pénètre dans le désert. Là, dans un relais de diligence abandonné, il rencontre un enfant, Jake, qu’il prend sous sa protection. Toujours à la recherche de Walter, les deux voyageurs pénètrent ensuite dans des mines où ils sont attaqués par des sortes de mutants. Jake est en danger, Roland doit alors choisir de sauver l’enfant ou de continuer sa route vers la Tour Sombre. Il laisse mourir Jake qui, dans sa chute, lui annonce une mystérieuse phrase : ‘’Allez-vous en. Il existe d’autres mondes que ceux-ci’’.
Abandonnant, un peu la mort dans l’âme, Jake à son triste sort, Roland poursuit sa route, sort des mines et rattrape Walter dans un ossuaire. S’en suit une nuit de palabres durant laquelle Walter fait d’étranges révélations à Roland et lui tire les cartes. Le Tarot, d’une étrange facture, lui révèle trois cartes – le Prisonnier, la Dame d’ombre et la Mort (mais pas pour toi, pistolero).
Le Pistolero, premier opus de l’œuvre la plus ambitieuse de Stephen King, fut écrit il y a presque trente ans. Le style est pompeux, la narration volontairement compliquée, et la lecture finalement assez difficile. Attention, je ne veux pas dire qu’il est mauvais, juste qu’il est artificiellement alambiqué pour lui conférer une sorte de style si à la mode durant les années 70 (comme le dit si bien le maître lui-même : l’œuvre d’un étudiant chômeur barbu et chevelu). Cependant, sa lecture est indispensable, car c’est approximativement le seul ouvrage dans lequel Roland est égal à lui-même, avant d’être ‘’re-civilisé’’ par ses futurs compagnons de route. Le Roland du Pistolero n’a rien à voir avec celui de Magie et Cristal (le tome 4) par exemple. En 26 ans, l’auteur a évolué et son héros également. Aujourd’hui, il est quasi-certain qu’il ne laisserait plus tomber le jeune Jake. Et c’est en cela que la lecture du Pistolero, même si elle reste parfois un peu ardue, est si riche en information ; elle nous décrit le personnage dans son stade final de sa déshumanisation, causée par sa terrible quête au sein d’un monde qui change.
Le Pistolero nous fournit également quelques indices sur le lieu (et le quand) où se déroulent les évènements. On devine, même si à l’époque (le roman a bien sur été retouché depuis) King n’avait probablement pas encore posé sa mythologie, que le théâtre n’est pas vraiment notre Terre et que la période de temps correspond à une sorte d’ère post-apocalyptique. Cela, bien sur, fait fortement penser au Multivers de Moorcock, mais en plus trouble, comme si on essayait de voir un objet au travers d’une eau agitée de remous. De plus, l’auteur nous fait découvrir une autre facette de son caractère. En effet, rarement, dans un roman de King, un héros n’aura été si antipathique et mauvais, comme quand il n’hésite pas à massacrer toute la population d’une ville, démontrant pour la première fois sa puissance. Et pourtant on s’y attache, peut-être parce que l’on sent déjà que Roland est manipulé par le destin (le ka, qui est comme le vent) et que, comme Elric (encore Moorcock), il est victime de la violence qui émane de ses armes de pistolero, deux énormes six-coups à crosse de nacre.
Le roman s’achève lorsque, après une épuisante rencontre avec Walter, le Pistolero se retrouve au bord de la Mer Occidentale. Il a achevé son voyage vers l’Ouest, un autre beaucoup plus long (ce premier opus est le plus court de la série) va débuter. Pour notre plus grand plaisir.

La conclusion de à propos du Roman : Le Pistolero #1 [1991]

Nicolas L.
80

Un premier volet un peu hermétique mais à la lecture indispensable si l'on veut mieux appréhender la psychologie de Roland de Gilead

Que faut-il en retenir ?

  • Le début d'un oeuvre monumentale
  • L'univers fascinant et mystérieux
  • Un héros charismatique
  • Une athmosphère étrange

Que faut-il oublier ?

  • Un style un peu démodé

Acheter le Roman Le Pistolero en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le Pistolero sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de La Tour Sombre

  • Voir la critique de La Tour Sombre [2017] : Shining...
    45

    La Tour Sombre [2017] Avis sur le film par Vincent L.

    Shining... : Des romans de Stephen King, je ne connais que leur réputation flatteuse (a priori LE chef d'oeuvre de l'écrivain) et le résumé sur…
    Temps de lecture : 42 s

  • Voir la critique de La clé des vents : Coup de givre
    73

    La clé des vents Critique du roman par Nicolas L.

    Coup de givre : La clé des vents nous permet de retrouver avec plaisir l’envoutante atmosphère dégagée par cette œuvre monumentale qu’est le cycle…
    Temps de lecture : 4 mn 25

  • Voir la critique de Le chant de Susannah : La transition
    70

    Le chant de Susannah Critique du roman par Manu B.

    La transition : Avant dernier volet du cycle de la Tour Sombre, le chant de Susannah apparaît comme un livre transition, avant la grande déferlant…
    Temps de lecture : 2 mn 8

  • Voir la critique de Les Loups de la Calla : Le retour de Stephen King
    90

    Les Loups de la Calla Critique du roman par Manu B.

    Le retour de Stephen King : Les loups de la Calla sonnent le retour de Stephen King sur ce cycle, qu'il a eu du mal à poursuivre. Son accident, le déclic, a a…
    Temps de lecture : 3 mn 39

  • Voir la critique de Magie et Cristal : Magie et cristal
    90

    Magie et Cristal Critique du roman par Manu B.

    Magie et cristal : Magie et cristal est le roman clé car il nous dévoile les germes de la quête de Roland. Des racines douloureuses et merveilleuseme…
    Temps de lecture : 2 mn 28

  • Voir la critique de Terres perdues : Blain le mono
    95

    Terres perdues Critique du roman par Manu B.

    Blain le mono : Le trio composé de Roland, Eddie et Suzanne s'enfoncent dans les Terres Damnées. Ils vont faire d'heureuses rencontres comme de mo…
    Temps de lecture : 2 mn 60

  • Voir la critique de Les Trois cartes : Roland pioche ses trois jokers
    95

    Les Trois cartes Critique du roman par Manu B.

    Roland pioche ses trois jokers : Le ka-tet prend forme. Qu'il est difficile de parler de ce roman sans tout dévoiler... La Tour Sombre est un cycle qui vous pre…
    Temps de lecture : 3 mn 3

  • Voir la critique de Le Pistolero : L'aventure commence
    95

    Le Pistolero Critique du roman par Manu B.

    L'aventure commence : Le pistolero nous plonge dans le monde de Roland, où l'ambiance est désolée, où le but ultime du pistolero est dévoilé: la Tour So…
    Temps de lecture : 2 mn 31

  • Voir la critique de Le chant de Susannah : Comme-à-commala ou Stephen King, star de la chanson…
    100

    Le chant de Susannah Critique du roman par Nicolas L.

    Comme-à-commala ou Stephen King, star de la chanson… : Véritable exercice de style jubilatoire et dynamique, le Chant de Susannah, est à mon avis le meilleur opus des 6 premiers volume…
    Temps de lecture : 5 mn 34

  • Voir la critique de La Tour Sombre : Magnifique clôture de ce cycle d'anthologie
    95

    La Tour Sombre Critique du roman par Manu B.

    Magnifique clôture de ce cycle d'anthologie : Ce roman est le point d'aboutissement du cycle,voire d'une carrière d'un des plus grands auteurs de fantastique.
    Temps de lecture : 2 mn 27

  • Voir la critique de Les Loups de la Calla : Qui a peur des méchants Loups ?
    100

    Les Loups de la Calla Critique du roman par Nicolas L.

    Qui a peur des méchants Loups ? : Les Loups de Calla représente un tournant narratif de la saga, car Stephen King commence à apporter un bon nombre de réponses. Bie…
    Temps de lecture : 4 mn 6

  • Voir la critique de Magie et Cristal : Il était une fois dans l'est
    80

    Magie et Cristal Critique du roman par Nicolas L.

    Il était une fois dans l'est : Magie est Cristal est un roman d’une lecture facile, bien rythmé, avec une belle histoire romanesque, mais aussi ses moments d’ang…
    Temps de lecture : 4 mn 45

  • Voir la critique de Terres perdues : La vitesse de croisière de Blaine la Peine
    100

    Terres perdues Critique du roman par Nicolas L.

    La vitesse de croisière de Blaine la Peine : Terre Perdue est, à mon avis, le meilleur tome de cette excellente saga. Les personnages sont approfondis, on apprend énormément d…
    Temps de lecture : 5 mn 19

  • Voir la critique de Les Trois cartes : La mise en place de l'intrigue
    85

    Les Trois cartes Critique du roman par Nicolas L.

    La mise en place de l'intrigue : Evolution plus sophistiquée du premier tome, on devine que King commence à avoir une idée de la route à parcourir pour trouver la …
    Temps de lecture : 3 mn 55