75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Voir la fiche Cloverfield [2008]
Saga Cloverfield >

Cloverfield - Film (2008)

Film réalisé par Matt Reeves. Etats-Unis d'Amérique


58
Staff (6)58
Membres (17)47
Date de sortie au cinéma en France : 6 février 2008
Avec : Chris Mulkey (Lt. Col. Graff) , Lizzy Caplan (Marlena Diamond) , Odette Yustman (Beth McIntyre)

Cloverfield synopsis

Alors que cinq jeunes New-yorkais organisent une soirée pour le départ d'un de leurs amis, un monstre de la taille d’un gratte-ciel envahit Manhattan...
Caméra au poing, ils nous livrent l’unique témoignage de la lutte sans merci qu’ils vont mener pour leur survie.

Titre Original : Cloverfield
Cloverfield fait partie de l'oeuvre Cloverfield.
Thèmes abordés dans Cloverfield : Science-Fiction , Horreur et épouvante , Créatures imaginaires et fantastiques , Aventure Marine , Action ( Guerre , Aventures, Combat)

Critiques du staff de Cloverfield

Critiques de produits

Voir toutes les critiques

Photos, Images, Affiches & Vidéos de Cloverfield

  • Cloverfield 01
  • Cloverfield 02
  • Cloverfield 03
  • Cloverfield Trailer - 01
  • Cloverfield Trailer - 02
  • Cloverfield Trailer - 03
  • Cloverfield Trailer - 04
  • Cloverfield Trailer - 05

DVD / Blu-Ray de Cloverfield

Casting de Cloverfield

Les personnalités principales et leurs rôles dans le casting

Donnez votre avis !

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »

Commentaires des membres (17)

L'avis de la communauté SciFi-Universe.

  • Fffff quelle claque je me suis pris, ce film est vraiment, mais alors vraiment prenant!
    Le film débute tranquillement sur une fete entre amis, puis d'un coup une secousse, on croit un tremblement de terre mais les infos disent qu'un bateau c'est echoué au abord de New York, donc là on monte sur le toit pour voir ce qui se passe : et là tout s'enchaine, le petit quart d'heure où on voit la fête s'évanoui totalement, un immeuble explose, la tete de la statue qui voltige, puis des tirs, d'autres explosion, un pont qui s'écroule etc... le tout filmé comme si on y était, je dois l'avouer on est tellement immergé dans le film que l'on a envie de courir avec eux pour s'echapper au plus vite surtout lors du passage dans le metro!
    Franchement je dois dire que cela faisait longtemps que j'avais pas pris autant de plaisir a mater un film au cinéma (avec toute ces basses...)
    Et finalement le fait de ne pas savoir grand chose du monstre en rajoute énormement sur la tension du film, ce qui je trouve est vraiment pas plus mal, sachant que le film est assez court (1h15 sans le générique)!
    Un film que je conseille vivement a voir au cinéma, après, à mon avis, pour ceux qui le veront seulement en dvd l'impact en sera bien attenué!
    rabinouze, le 6 février 2008 19:10
    100

  • Pourquoi pas, une nouvelle façon de placer le spectateur au coeur de l'action. Un "Guerre des mondes" revisité et pour une fois, sans les habituels éloges aux troupes Américaines. La fin laisse le spectateur imaginer le pire ou le meilleur !
    Un conseil, non conseillé pour les enfants en dessous de 12 ans...
    Fil_o_Fax, le 6 février 2008 22:34
    70

  • Salut à tous...
    Depuis la rentrée que je voyais au cinoch les premières images de ce film, j'avais trop envie!!!
    Je l'ai vu mardi en avant première, eh bien la fin laisse quand même à désirer!!!
    Sinon, bon délire dans l'ensemble avec le système de caméra à l'épaule!
    leya, le 6 février 2008 23:23
    60

  • ATTENTION CRITIQUE ET REVELATION §§§§

    ha Zut dommage .. quand on fait un film camera au poing pour fair credible ok

    Mais quand une nana a moitier dans un coma qui se reveille au moment ou son petit ami arive à son secours, lui detache un morceau de fer d'un bloc de beton , et reussi a courir plus vite que le mec qui a la camera ( la personne qui film est un personage dans le film) on rigole !!

    Quand les acteurs ont une mauvaise direction artistique sur les emotions apres le choc .. exemple le heros perd son frere, il pleure quelques secondes et va chercher quand meme son ex (moyen, sans compter la stupidité des 2 nanas et leur pote qui ne parlent pas de leur famille ni s'inquietent pour eux, et preferent risquer leur vie pour l'ex d'un pote ?) et fini qu'a la fin du film par avoir un niveau de pleur et de choc, des emotions qu'is auraient du avoir avant ? on est loin de la volonté de faire un film credible camera au poing .. Enfin credible pour un film avec un monstre .. c'est hard ? bien non coté monstre parfait , coté armée, boom sonore et Fx parfait.. c'est donc dommage.

    l'attente du film etait mieux que le film lui meme! c'est certain

    Lobo-graphik
    LoBO-GraphiK, le 7 février 2008 06:35
    50

  • Je vais etre franche au départ j'ai cru a un mélange de blairwitch (caméra), de godzilla et de the day after tomorrow.
    Bref ''c'est quoi ce film de M....?"

    MAIS!!!!
    pendant le film j'ai complétement changer d'avis. car on est tellement accroché a l'histoire qu'on fini par s'y croire. Il effrayant de part son réalisme.
    Ce film m'a fait vivre la peur, l'angoisse, le sentiment de survie, l'amitié, le desespoir, la joie, ... pendant toute sa durée.
    J'ai vraiment aimée, seul point négatif: on reste sur sa faim!
    pq? comment? Mais quoi?
    tant de question qui vous pousserons a faire la conversation avec vos partenaire cynématographique (amis, famille...)

    je le conseil!
    oleli, le 8 février 2008 00:14
    80

  • Dire que cela faisait plusieurs mois que j'essayais d'en savoir toujours un peu plus sur ce petit bébé de Reeves. Le teaser était des plus alléchant et les spoils laissés en pature à tous les cinévores semblaient bien prendre en sauce... cependant c'est bien loin de toute ses promesses..


    Déja il faudrait arrêter le sympôme chez tous ces gens qui associeront un filmmettant en scène une " Attaque des US par un gros monstre " comme une représentation forte en symbole d'un 11/09.

    Dans un premier temps, la bête : Peut être ce qui m'a le moins déçu, sans trop de détails, la chose qui sert de monstre n'est bien entendu pour la prod pas l'intéret du film ( bien que fichtrement bien foutue ), juste un élément déclencheur permettant de mettre en scène une poursuite folle pour réussir à survivre et mettre en place un twist de fin très bancal.
    La scène de l'attaque des Marines à coups de missile SOl-Air et de chars ou encore celle où la bête réussi à gober notre pauvre héros nous justifiera le fait de payer la place pour du cinéma " Grand écran ".
    Pour ce qui est de l'effet " Caméra au poing " Cloverfield fait pale mine si l'on se souvient d'un "Saving Private Ryan" ou encore d'un "Vol 93", on resteras certe immergé dans le film pendant une petite heure, mais certains plans restent assez exagérés dans l'effet et promettent pas mal de maux de têtes aux pauvres personnes ayant trouvés des places trop près de l'écran.
    Dommage que ce pauvre homme chargé de filmer la soirée n'apporteras sur certaines scène qu'un ton débile alors qu'il ne décollera pas son oeil de la caméra même lorsque suivant son meilleur pote en haut d'un des plus grand gratte ciel de la ville ikl devra sauter sur celui d'en face ( Caméra sur le nez ! ).. ou encore lorsque des centaines de choses venues d'ailleurs les poursuivront dans les égouts ( "J'immortalises..", voilà ses merveilleuses paroles ).

    On notera les petits passages où l'on voit les moments de complicité du jeune couple, tentative misérable de nous rapprocher de leur triste histoire et de faire perler une larme au coin de notre petit oeil déja bien agité par les changements de plans, sans trop prendre quand même on aurait presque envoyé des dons aux familles.

    Enfin bref, on le devinera ce Cloverfield m'aura bien déçu sur beaucoup de plans, je le reverrais peut être en format DvD pour essayer de me reconcilier avec le binome Abrams/Reeves.

    Pour ce qui est de film caméra au poing, on ferais mieux de compter sur le petit dernier de Romero " Diary of The Dead " qui lui fera surement mouche dans le cinéma spectacle/réaliste/fantastique.

    A bon entendeur, salut.
    Vinnie, le 8 février 2008 14:43
    10

  • Ce nouveau mode " caméra amateur" donne au film une perspective de réalité-show et surtout un aspect d'un film mal tourné et vraiment primitif.
    C'est très décevant et mérite le remboursement de son entée au cinéma.

    Ce scénario aurait pu avoir un meilleur impact sur le spectateur si le film avait été tourné comme un vrai film et non pas en film amateur .

    Cette nouvelle façon de tourner un film ne va pas remplir les salles de cinéma.
    C'est une catastrophe et relève de l'escroquerie !
    Rouki, le 10 février 2008 10:35
    10

  • Nous avons trouve ce film comment dire ... intéressant
    Nous avons pas d'y tout aimer.
    Il n'y a pas de scénario, l'action est lente.
    Réactions pas d'y tout realistent.
    Si je rencontre un monstre je m'enfuis... et plutôt deux fois qu'une.
    Sachant qu'il y a des petites betes, si je dois me balader, je m'arme un minimum.
    Et puis la nana se fait transpercer par une tige d'acier qui se met à courir : c'est fort.
    Dans le tunnel du metro ou il fait tout noir, il se battent plutot bien.

    Certains disent que c'est super bien filmer et tout... le cinema ce n'est pas que des specialistes.

    Le concept camera a la main, ce n'est pas nouveau ex : Le Projet Blair Witch.

    En conclusion, nous sommes super decus.
    pp, le 17 février 2008 19:52
    10

  • quand on sort de la salle on na envie de vomir a cause de la façon que c'est filmé on a jamais d'image net si se serai filmé comme un film normal se serai un film genial lhistoir est trés bien.
    nirti, le 17 février 2008 23:56
    10

  • J'ai rarement pris autant de plaisir a voir un film au ciné..
    Franchement il était génial même si on est un peu déçu par la fin qui est plutot triste...
    Getting-away, le 24 février 2008 20:39
    90

  • Le cinéma de monstre géant est un genre déjà ancien. Il y a eu King Kong bien sur mais cette oeuvre bien que majeure n'est pas pour ainsi dire aussi liée au monde en devenir et n'use pas autant de la critique est de la métaphore comme ce fut le cas avec la série des Godzilla au Japon. La créature géante japonaise est certainement "la" référence. Le Japon a d'ailleurs été le pays précurseur dans la création de personnages géants. De Ultraman à Gundam, il existe un nombre impressionnant de créatures et robots qui ont foulé le sol japonais. Les créateurs japonais ont fait évolué le concept. Surtout dans le domaine de l'animation. Comment oublier "Akira" qui bien avant matrix et sans avoir recours à une batterie d'effets spéciaux numériques, nous a impressionné par son originalité, son histoire, son graphisme et sa dimension imaginaire. D'autres ont apporté une poésie visuelle ou l'approche du gigantisme va au delà du simple monstre dévastateur. Miyazaki avec "Le chateau dans le ciel", ou "Naussicaa", puis plus récemment avec "la princesse Mononoke" n'hésite pas à impliquer des personnage sur-dimensionnés. Mais l'approche est bien différente. Les géants ont une histoire, une âme plus subtile et un graphisme renouvelés. La dernière production japonaise qui me vient à l'esprit est "Paprika" de Satoshi Kon. Le gigantisme sert l'histoire, la narration et le thème ; le rêve. Comme dans Ponpoko Tanuki la procession de monstres et de chimère mi-homme, mi-machine nous projette dans un monde qui bien qu'il soit d'une originalité affolante, semble reproduire une imageries évocatrice profondément ancré dans notre imaginaire à tous.
    Cette dimension inédite dans le cinéma de monstre prouve la richesse des productions japonaises. Avec "The Host" du koréen Joon-ho Bong, c'est l'humour et la finesse d'esprit du réalisateur qui renouvelle le genre. En fait c'est toute la question. Somme nous encore tenter d'aller voir des monstres qui détruisent une ville entière et voir 4 protagonistes sauver la planète ou se faire avaler? En 97 nous avons eu droit à deux films dont le thème était identique: l'invasion par des extra-terrestres. "Indipendence day" et "Mars Attacks". L'un au premier degré made in USA et l'autre plus subtile et surtout à l'humour aiguisé. Le premier, une vitrine d'effets spéciaux numérique, l'autre une vision décalé d'un réalisateur.
    Donc pour en venir à "Cloverfield" nous avons un double retard: 1) "Le projet Blair witch" est déjà passé par là, 2) Le genre "monstres géants" a bien évolué grâce à des cinéastes de talent et des projet beaucoup plus ambitieux. Ce film n'a donc que très peu d'intérêt. J'ajouterai que la première partie est extrêmement pénible. La caméra au poing sensé nous plongé dans un voyeurisme bon enfant est là pour rendre l'apocalypse d'autant plus forte. Mais c'est raté. Rien ne sonne vrai. Le jeu des acteur est mauvais, les plans sont trop scénarisés, les dialogues plus que téléphonés et de surcroît le grain de l'image fait pensé à une caméra de film.
    Pour conclure, ce film est très en retard sur son époque. Ce film n'apporte rien...
    mijinko, le 27 février 2008 18:10
    10

  • "Cloverfield" part d'une idée simple et géniale, à l'instar de "La guerre des mondes" de Spielberg : refaire "Godzilla" du point de vue du quidam dans la rue, celui qui court pour ne pas être piétiné par un pied géant ou écrasé par un building pulvérisé soit par le monstre soit par l'armée qui lui tire dessus. De fait, le sentiment d'urgence et de panique qui habite "Cloverfield" est proprement saisissant, du moins au premier abord. En fait, l'efficacité du film s'étiole au fil de la projection, la faute à un parti pris de mise en scène audacieux, mais complètement limité.
    "Cloverfield" est un film de monstre qui se veut réaliste. Aussi, pour souligner et verrouiller l'authenticité de son sujet, Matt Reeves opte pour une intention de réalisation unique et culottée : la caméra subjective. Malheureusement, les efforts et les effets du film sont rapidement sabotés par cette forme astreignante et terriblement restrictive : la caméra subjective finit par soulever des questions qui ne réussissent qu'à sortir le public du film au lieu de mieux l'y impliquer.
    Le premier constat est évident, presque trop même : face à de tels évènements, il n'est plus question de filmer, mais de courir, et vite !!! On ne cadre pas des hélicos qui filent dans le ciel alors qu'on est poursuivi par un monstre et que la ville s'écroule, on ne filme pas quant on joue les funamnules au sommet d'un building menacé, toujours, par la bébête et les tirs de missile de l'armée ! De même, dans de telles circonstances, celui qui continue de nous braquer une caméra sur la tronche alors qu'on est pétri d'angoisse, en état de choc ou dévoré par le chagrin, on lui colle simplement notre poing dans la figure ! Le "caméraman" a beau expliquer qu'il veut tout enregistrer pour la postérité, cela ne suffit pas à justifier l'emploi du subjectif pendant toute la durée de l'histoire. De fait, les personnages adoptent rapidement des comportement incohérents et peu crédibles face à des situations extrêmes, ce que soulignent des dialogues purement fonctionnels. Ils perdent de leur humanité, ce qui les rendaient palpables et attachants. Plus l'intrigue progresse, plus les protagonistes se voient réduits au rôle de marionnette au service du réalisateur. Cette sensation est soulignée, confirmée, par le fait qu'un des héros n'a en fait PAS LE DROIT DE POSER LA CAMÉRA sous peine d'interrompre le métrage. Cette réflexion vaut d'ailleurs pour "Rec" et "Le projet Blair Witch", et aussi certainement pour le prochain "Diary of the dead" de Romero. Dans le cas du film de Matt Reeves, la réalisation finit par créer une barrière entre le spectacteur et l'action. Plutôt que d'impliquer le public, le découpage (ou plutôt son absence) le sort du récit, de l'intrigue, confèrant un aspect presque mécanique et froid au drame qui se joue. Et c'est ici que s'impose le second constat : le cinéma de genre n'est pas un cinéma de plan séquence (du moins en tant qu'idée principale et unique de mise en scène). A partir d'un moment, l'enjeu des séquences impose de découper, de varier les grosseurs de plan, les focales, de bouger ou de rester immobile (pour ceux qui s'apprêtent à citer "La corde" en contre-exemple, Hitchcock découpe son film grâce à la mobilité très structurée et précise de la caméra !). "Cloverfield" est un concept de court-métrage car, au bout du compte, passé les 45 première minutes, le film devient monotone, il propose toujours la même scène avec quelques variantes : des gens qui fuient dans un cadre "Parkinsonien", plus ou moins éclairé et plus ou moins flou.
    En conclusion, avant d'être un film, "Cloverfield" est d'abord un concept. Le problème c'est qu'il en devient un produit hautement intellectuel alors que le genre abordé est avant tout un cinoche d'émotion et de sensation. C'est bien dommage car "Cloverfield" avait des arguments pour être le film de monstre de cette décennie... Au lieu de ça, quand les lumières se rallument, l'audience a le sentiment d'avoir brassé du vide, de s'être gentiment fait arnaquée, de s'être fait possédé par le "teaser".
    Hal 9000, le 5 avril 2008 16:30
    30

  • Si tu ne connais rien au film, tu vas le voir, ça marche, t'es dedans. LA direction d'acteur, ouais on s'en fout de toutes façons on les voit pas triop, ça va trop vite...
    Moi j'ai bien flippé et j'ai aussi eu mal au ventre après. Don ça marche.
    Le but est atteint comme la tarte...
    Big Creator, le 2 mai 2008 15:39
    80

  • Un film pas très interessant. Le coté "temoignage camera à l'épaule" n'apporte rien, sauf de ne jamais filmer ce qu'il faut. Imaginez, vous avec une camera, un monstre attaque la ville, l'armée arrive et tire sur le monstre, vous filmez quoi ? Le monstre. Et bien le cameraman, lui, filme l'armée qui tire en l'air... :-/
    Mais ce n'est qu'un detail, parmis tant d'autres qui rendent finalement peu crédible cette histoire, et qui fait qu'on ne se prend pas au jeu.
    Vous voulez voir un monstre detruire la ville, regardez plutot Godzilla.
    Yom, le 12 septembre 2008 16:37
    20

  • Je suis toujours dubitatif envers un film qui a eu une telle campagne de promotion. Généralement les produits qui ont besoins de pub sont les moins bons ... j'ai été obligé de réviser mon jugement.

    En mettant à part l'aspect "kikoo j'veux faire gerber les spectateur", qui après tous est aussi l'interet du film, ce long métrage est une tuerie visuelle, technique et surtout immersive. La caméraau poing, gerbante à souhait, est aussi la meilleurs astuce que j'ai vu depuis longtemps. Je me prend à rêver de la Guerre des Mondes de Spielberg refait entièrement caméra à la main, là aussi ça serait une claque visuelle. Bref seul défaut du film ... pourquoi ce couillon s'obstine jusqu'à un immeuble à moitié effondré à aller chercher sa nana, merde quoi un monstre de 40 mètre de haut aux trousses et je me casse (heureusement ma copine ne passe pas par là)

    Bref très bon film que je conseil de regarder en mettant à part dans son esprit le buzz monstre !
    Tritri, le 24 janvier 2009 23:15
    90

  • Jamais vu un film aussi plate et ennuyant, pas d'histoire, pas d'explications sur le monstre, tout est flou, on sait pas ce qui arrive, la caméra à l'épaule est carrément insupportable.
    Danielsan, le 8 février 2009 22:40
    10

  • Bien que ce film soit un film de monstre faisant très Godzilla, je ne pense pas qu'il soit a jeter pour autant. Déjà pour commencer, son principal atout vient du fait qu'il est tourné uniquement en caméra amateur. Du coup, l'immersion est total (surtout lumières éteintes). De plus, un des pièges dans lequel n'est pas tombé le réalisateur est celui de dévoiler entièrment le monstre trop vite. En fait, on ne le voit (vraiment) qu'à la fin. Côté casting, il est dommage de noter l'absence de grands acteurs bien que ceux dans le film soit assez compétents. Il est aussi interressant de voir les différents effets de la caméra (lumière, vision infrarouge). Pour reparler du monstre, non content d'être original du point de vue physique, il ne se fait pas trop attendre (il apparait à la vingtième minute environ). De plus, les effets spéciaux sont bien menés. Alors qu'est-ce que l'on pourrait reprocher au film ? Peut-être au niveau de son scénario : même après avoir vu le film jusqu'au bout, on ne sait ni d'où vient la créature ni si elle a péri. La fin est d'ailleurs décevante sur plusieurs points. Cela étant, c'est un bon film.
    Harts, le 28 mars 2010 21:24
    70

Autres films du même auteur Matt Reeves

  • Voir la fiche Let the Right One in : Laisse moi entrer [2010]
  • Voir la fiche La Planète des Singes : Suprématie [2017]
  • Voir la fiche Future Shock [1994]

Autres films de la même oeuvre Cloverfield

  • Voir la fiche 10 Cloverfield Lane [2016]

Informations complémentaires sur Cloverfield