75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la bande dessinée : Vengeance #6 [2012], par Nicolas L.

Avis critique rédigé par Nicolas L. le mardi 3 septembre 2013 à 23h43

Louis, prends garde, Hannibal te regarde !

Après avoir échappé au piège des sirènes, Hannibal Meriadec s’approche de son but : se baigner dans le sang du dragon pour acquérir une invincibilité qui lui permettra de se venger de Cagliostro, l’assassin  de sa mère. Mais ses épreuves ne sont pas finies. Pendant que son équipage, aidé de dame Elween, se décide à aborder le navire du démoniaque sorcier. Meriadec traverse le portail de Cordouan pour se retrouver face aux gardiens de l’arbre-dragon. On va alors s’apercevoir que la malédiction qui frappe monsieur Puck peut se montrer très utile…

Vengeance, sixième tome du cycle du Sang du dragon, marque un tournant dans le déroulement de la saga. Cet album aurait même pu être le dernier consacré à nous conter les aventures de cet attachant pirate. Sans trop en dévoiler, sachez que la longue quête de Meriadec va trouver ici une conclusion aussi surprenante que brutale mais que l’histoire ne s’arrête pas là. Bien au contraire, elle rebondit de façon aussi inattendue que spectaculaire ! Bref, Jean-Luc Istin démontre ici, une nouvelle fois, son réel talent de conteur en nous offrant un récit fantastique très original, riche en rebondissements.

Graphiquement, Stéphane Créty continue d’assurer la relève avec élégance. La séquence de combat maritime entre le Mac Lire et la Mary Morgane, qui voit se dérouler le duel tant attendu entre dame Selenn et Elween, est d’ailleurs de toute beauté. On peut juste regretter une certaine forme de banalité dans la représentation des Sidh, ces mondes féériques accessibles par des portails cachés. Par contre, le dessinateur est nettement plus à l’aise que Guy Michel, son prédécesseur, pour ce qui est des expressions des personnages, qui gagnent en caractère et en personnalité (avec un grand nombre de gros plans). Ils n’en sont que plus attachants… ou détestables.

La conclusion de à propos de la Bande Dessinée : Vengeance #6 [2012]

Nicolas L.
85

Pierre d’angle de la saga d’Hannibal Meriadec, Vengeance est un album qui réussit à nous surprendre et à relancer l’intrigue de manière efficace. Bien aidé par la plume élégante de Stéphane Créty, Jean-Luc Istin conclut son histoire en milieu d’album, avant de rebondir en lançant Meriadec et ses amis dans une aventure encore plus folle. Une belle réussite.

Que faut-il en retenir ?

  • Une intrigue qui rebondit
  • Des personnages qui prennent du volume
  • Des dessins très efficaces

Que faut-il oublier ?

  • Un « dénouement » surprenant en milieu d’album

Acheter la Bande Dessinée Vengeance en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Vengeance sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Le Sang du dragon