75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Cloud Atlas
Cloud Atlas >

Critique du Film : Cloud Atlas

Avis critique rédigé par Sylvain T. le mardi 12 mars 2013 à 0044

Une parfaite adaptation ?

Malgré un flop retentissant au box-office américain, l’adaptation de Cartographie des nuages arrive malgré tout dans nos salles pour nous faire vivre une épopée titanesque.

Réputée inadaptable, le roman de David Mitchell a pourtant trouvé grâce aux yeux d’Andy Wachowski et de Lana Wachowski, les réalisateurs de Matrix,  qui signent ici le scénario, produisent, mais qui sont également aidé à la réalisation par Tom Tykwer, qui a su autant nous surprendre avec Cours Lola Cours, que nous décevoir avec Le Parfum. Ce trio de tête s’est également entouré d’un casting aux petits oignons, mais nous y reviendrons un peu plus tard. Quoi qu’il en soit, regarder cette adaptation du roman que j’ai pu lire il y a quelques semaines maintenant était un véritable défi. Il y avait tant à faire, tant à décrire, à ne pas oublier. Difficile en sachant tout ce que l’on sait à la lecture de l’œuvre d’arriver devant Cloud Atlas serein. Et pourtant, l’histoire de ces différentes personnes qui ont comme point commun une simple tâche de naissance et ce voyage à travers les âges prend vie à l’écran sans aucun problème.

Alors bien sûr, qui dit adaptation, dit forcément modifications. Ce qui faisait le charme du roman, c’est sans aucun doute son don pour la description, n’hésitant pas à tartiner au maximum certains passages pour que le lecteur se sente véritablement acteur de la scène qu’on lui décrit. Dans le film, il y a cette partie descriptive, mais elle est bien évidemment moins présente, notamment pour laisser place, durant les trois heures de projection, aux talents des différents acteurs. Si l’on peut d’ailleurs souligner une chose, c’est le fait que le casting a réussi à transcender les personnages qu’ils incarnent. Tom Hanks, Halle Berry, Hugo Weaving, et même Hugh Grant… s’ils incarnent plusieurs personnages au fil des époques, et qu’on ne les reconnait pas forcément, c’est pourtant une véritable prouesse artistique qu’ils opèrent devant nos yeux. Le travail fait sur les costumes, le changement physique opéré sur les acteurs, l’ambiance générale, sont à l’image du roman : captivants et surprenants.

La narration a également subi quelques évolutions. Il n’est ici pas question de morceler en plusieurs longues séquences les différentes époques (et ses personnages et histoires). L’équipe de réalisateurs a ainsi fait le choix d’imposer un rythme bien plus soutenu, voguant entre le destin des nombreux protagonistes, perdant finalement assez peu de temps. Cela a comme bénéfice direct de garder un rythme constant tout au long du film, on est jamais dans l’ennui, toujours absorbé par cette ambiance que les Wachowski ont réussi à capturer si facilement. Mais comme pour rétablir une sorte d’équilibre, tout ce qui est bénéfique ne peut pas être forcément parfait, même si on aimerait que ça le soit en dépit du bon sens, le rythme que prend Cloud Atlas est donc à double tranchant. Des pans entiers du livre sont ainsi passés à la trappe, des personnages supprimés (certes assez peu importants dans l’ensemble), des protagonistes  qui ne devaient pas mourir - ou pas immédiatement, disparaissent pour pallier justement aux passages effacés, ce qui peut parfois prêter à confusion pour le lecteur. Mais cela ne nous fera pas oublier les grandes qualités de cette adaptation.

Si quelques cinéphiles regretteront certaines époques, notamment le passage autobiographique d’un éditeur se retrouvant dans une maison de retraite contre son gré, et l’humour omniprésent de cette séquence, sachez une chose : le scénario du film respecte à la scène près celui du livre.

La conclusion de

Cloud Atlas est une œuvre hors norme. Si l’on devait juger le film uniquement, on serait face à un univers parfaitement maitrisé par des réalisateurs de génie et par des acteurs époustouflant. En tant qu’adaptation, le résultat n’est pas parfait, pas à la hauteur du roman en tout cas, mais la sensation du devoir accompli pour l’équipe du film, autant que pour le lecteur est grande. Chapeau.

Acheter Cloud Atlas en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Cloud Atlas sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Cartographie des nuages

En savoir plus sur l'oeuvre Cartographie des nuages