75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film : Super 8 [2011], par Jonathan C.

Avis critique rédigé par Jonathan C. le lundi 18 juillet 2011 à 02h29

A l'ancienne

affiche Super 8

« J’avais envie que ça soit un film Amblin », a dit J.J. Abrams à propos de Super 8. Dés le départ, le logo Amblin Entertainment apparait (aussi bien à l’écran que dans l’esprit du spectateur) en effet comme une note d’intention limpide, encore plus de la part de J.J. Abrams et Steven Spielberg. D’un coté, le réalisateur de Mission : Impossible 3 et Star Trek, également producteur de Super 8 via sa boite Bad Robot, va tenir les promesses nourries au fil d’un de ces buzz dont il a le secret (cf. Lost ou Cloverfield), à savoir : concocter un divertissement familial pop-corn comme ceux des années 80, lorsque les enfants devenaient des héros. De l’autre, le réalisateur mythique de E.T. (le plus grand représentant de cette époque) peut à nouveau produire un de ces films, comme il le faisait dans les années 80 via Amblin Entertainment (du nom d’un de ses premiers courts métrages, qui avait pour thème le voyage). Cette association de deux grands enfants, deux geeks chacun issu d’une génération différente (les films de Spielberg ont bercé la jeunesse de J.J. Abrams), ne pouvait donner autre chose qu’un grand spectacle à l’ancienne d’une profonde tendresse et d’une honnêteté à toute épreuve, loin de l’opportunisme qui ronge Hollywood ces dernières années, entre ses remakes de tout et de rien et ses nombreux revivals (les « films à l’ancienne » sont revenus à la mode), tendance old school qui aura cependant offert quelques fabuleux plaisirs coupables comme Piranha 3D, The Expendables, Machete ou L’Agence tous risques.
 
Ce n’est pas un hasard si Abrams situe l’histoire de Super 8 en 1979, à l’aube du cinéma commercial pop-corn des années 80 dominé par Spielberg et George Lucas qui, dés le milieu des années 70, commencent à enterrer le Nouvel Hollywood des années 70 avec des succès historiques comme Les Dents de la mer, La Guerre des étoiles ou Indiana Jones. On leur en voudrait d’avoir freiné les carrières de leurs camarades Scorsese, Friedkin ou Arthur Penn (qui peineront à renouer avec le succès dans les eighties, seul De Palma les traversera avec succès) s’ils n’avaient pas produits des films aussi magiques, denses, spectaculaires et émouvants, ceux dont Super 8 se réclame. Mais trêve de cours d’Histoire du Cinéma, d’autant plus que tout le monde connait ces films et cette époque, même sans l’avoir vécue ou sans y être sensible. Ceux dont la jeunesse fut bercée par les productions de Spielberg et Lucas, par les films de Joe Dante, Robert Zemeckis, John Landis, Don Bluth ou Richard Donner, retrouveront dans Super 8 une magie oubliée, et c’est le magicien lui-même, Steven Spielberg, qui va permettre de la ressusciter, ravivant cette petite flamme d’innocence qui manque terriblement dans le cinéma américain actuel dopé au cynisme.

Elle Fanning, Ron Eldard et Joel Courtney dans Super 8

Avec Super 8, retour sur deux époques : d’abord celle de l’histoire, la fin des années 70, quand le walkman faisait son apparition, quand le disco disparaissait (« Faudrait que je me remette au disco », lance l’un des jeunes dans l’optique de séduire une belle fille) pour laisser place au punk-rock (les enfants chantonnent My Sharona des Ramones), à la new wave (l’adolescent de la station-service écoute à fond le Heart of Glass de Blondie sur son walkman) et au slow Motown (on peut entendre l’immortelle Easy des Commodores dans un snack-bar), quand les gamins tournaient des films amateurs en super 8 en imitant les séries B de l’époque (nos héros tournent un film de zombies, citant volontiers Romero), quand les soviétiques avaient rendu les américains paranoïaques (les russes sont les premiers accusés après l’accident du train et les divers phénomènes qui suivirent), quand les téléphones étaient à cadran tournant, quand les ordinateurs commençait lentement mais sûrement à investir les foyers…Abrams a opté précisément pour cette année 1979, parce qu’elle marque une transition entre deux époques très différentes. Ce n’est ni vraiment les années 70, ni vraiment les années 80 : c’est une année de changement et de métamorphose qui lie deux décennies, deux époques, deux styles. C’est aussi « la fin de l’ère analogique » et du « film en tant que film tactile » comme le dit le cinéaste, et le début de la vidéo, des ordinateurs, du numérique, d’une toute nouvelle technologie justement engendrée, expérimentée et popularisée par Spielberg et Lucas, du moins dans le domaine du cinéma et des effets spéciaux. Cette transition, cette « pureté qui s’évanouit dans les années 80 », va de paire avec celle des jeunes héros du film : c’est la fin de leur enfance, ils découvrent le monde adulte, la vie, la mort, l’amour, le sexe, ils deviennent adultes ou adolescents au fil de ce récit initiatique typiquement spielbergien dont l’extraterrestre est le catalyseur.

Les gamins héros de Super 8

L’autre époque révolue que ranime Super 8, cette fois dans notre réalité et non dans la fiction, c’est donc celle des années 80, décennie pop-corn entièrement dédiée à l’entertainment, nouvelle émergence du capitalisme oblige. A bien y réfléchir, les années Reagan n’auront pas eu que des points négatifs, puisque c’est dans (et grâce à) ce contexte que sont produits des films qui auront bercé l’enfance de la plupart d’entre nous (du moins ceux qui s’intéressent de près à Super 8 pour les raisons évoquées plus haut et plus bas) et ainsi éveillé en nous la passion du cinéma, des histoires et du fantastique. Je ne parle évidemment pas du Justicier de New-York avec Bronson ni de Cobra avec Stallone (bien que je confesse volontiers avoir un faible pour les actioners de cette époque), mais bien des films de Steven Spielbergl’épicentre de tout ce que nous aimions quand nous étions enfants », dixit le producteur Bryan Burk), des Retour vers le futur, Explorers, Panic à Florida Beach, Les Goonies, Gremlins, Le Secret de la Pyramide, le Joey de Roland Emmerich, etc. Comme l’ont fait plus discrètement Gabor Csupo (avec des films charmants et désuets comme Le Secret de Terabithia ou Le secret de Moonacre), Robert Shaye (avec le très peu connu Mimzy, le messager du futur) ou Gil Kenan (avec La Cité de l’ombre et surtout Monster House, qui était produit par Spielberg et Zemeckis), Super 8 va renouer avec la magie de ces films en reprenant les mêmes ingrédients, en particulier le point de vue des enfants/adolescents, qui étaient les héros de ces histoires, ce pourquoi l’empathie fonctionnait autant sur un jeune public en quête d’exploration, de découverte, de fantaisie, tout ce que leur offraient les productions de Spielberg et sa clique. Super 8 remet ainsi les enfants héros au premier plan, les plongeant dans une aventure de science-fiction folle digne d’une bande-dessinée, incluant disparitions mystérieuses, phénomènes étranges, extraterrestre, Zone 51, et l’Armée. Avec ce point de vue à la fois naïf, lucide et vierge qu’est celui des enfants, Abrams et Spielberg retrouvent un sentiment de découverte permanente qui animait ces divertissements dans les années 80, ils retrouvent les sensations de curiosité, de fascination et d’exploration, une impression à la fois magique et cauchemardesque à l’image de la créature qui attire les convoitises dans Super 8 : gentil extraterrestre ou monstre sanguinaire ? Les peurs participent à cette euphorie de l’exploration, thème majeure chez Steven Spielberg mais aussi chez J.J. Abrams (cf. Lost, Star Trek et Cloverfield, ou même son Mission : Impossible 3 et son Ethan Hunt globe-trotter dopé à l'adrénaline). Dans Super 8 comme dans ses modèles cités quelques lignes plus haut, les enfants/adolescents vont donc mener eux-mêmes leur enquête, devenant les héros des fictions qu’ils adulent, dans des décors anodins (un bled anonyme, très proche de celui de E.T.) qui recèlent de trésors et de merveilles, par exemple la caverne du monstre (reconstituée en studio) ou le site de l’accident ferroviaire. Ils parcourent ainsi leur petite ville (l'archétype de la ville industrielle américaine, reconstituée ici à Weirton en Virginie-Occidentale, là ou fut tournée une partie de Voyage au bout de l'enfer) sur leurs vélos et brisent les interdits afin de percer le mystère qui anime leur conscience et stimule leur imagination.

les gamins de Super 8 tournent leur film

L’imagination, c’est justement un autre des grands thèmes des productions Amblin, dans lesquelles les enfants fabriquaient toutes sortes de choses (par exemple un vaisseau pour partir dans l’espace) et inventaient de nombreuses histoires ou un univers fictif, la plupart du temps pour fuir l’ennui du quotidien et pour pallier à l’absence du père ou de la mère (c’était le thème principal du très beau Secret de Terabithia). Dans Super 8, comme dans Panic sur Florida Beach, ils réalisent un film amateur, The Case (un détective affronte des zombies créés par une multinationale), à travers des scènes de tournage aussi hilarantes et touchantes que le film en question, visible pendant le générique de fin.
Ce sont donc les enfants qui font le film (The Case mais aussi Super 8 et ses modèles), c’est leur imagination qui fabrique le récit. Super 8 redonne aux enfants le pouvoir de l’imaginaire, la soif de la découverte, de l’expérience, de l’interdit. C’est en tournant leur série B qu’ils se retrouvent plongés dans une aventure extraordinaire, autrement dit : par l’intermédiaire du Cinéma, tout est possible. Sur ce modeste tournage, le héros Joe est ainsi responsable des effets spéciaux, statut fantasmatique de créateur qui lui permet métaphoriquement de tout inventer, et même de ramener devant lui la fille de ses rêves tel un effet spécial qu’il aurait créé. Le jeune réalisateur Charles (excellent Riley Griffiths), véritable chef de chantier miniature, est prêt à prendre tous les risques pour obtenir des « plus-values » pour son film (avoir l’Armée ou un décor apocalyptique en fond, exploiter un train lancée à grande vitesse…). Avec ce tournage de fiction à l’intérieur de la fiction, J.J. Abrams et Steven Spielberg évoquent avec tendresse et humour leurs débuts, leurs souvenirs, lorsqu’ils étaient encore gamins et tournaient des films amateurs en 8 mm avec les copains. Les courts métrages en super 8 de J.J. Abrams et son ami Matt Reeves (le réalisateur de Cloverfield) furent même très remarqués, au point que les deux jeunes cinéastes furent engagés pour remonter les premiers courts métrages en 8 mm de…Steven Spielberg ! C’est dire si J.J. Abrams et Steven Spielberg étaient liés depuis longtemps (alors qu’il était en pleine préproduction sur Mission : Impossible 3, Abrams allait d’ailleurs souvent rendre visite à Spielberg sur le tournage de La Guerre des Mondes). 

Joel Courtney et Kyle Chandler dans Super 8

La réflexion de Super 8 sur les moyens de filmer à l’époque (tout ne monde ne possédait pas une super 8) pourrait être comparée à celle, tragiquement plus cynique car adaptée à nos jours (tout le monde peut filmer n’importe quoi n’importe comment, car tout le monde possède de quoi filmer), du formidable Cloverfield, dans lequel un jeune réalisait aussi, malgré lui, son film de monstre. Il y a filmer pour témoigner (le film devient une preuve) ou pour créer le buzz (Cloverfield), et il y a filmer pour l’art et la passion (Super 8) ; d’un coté l’immédiateté, de l’autre l’anticipation. Super 8 dresse le tableau nostalgique d’une technologie oubliée remplacée par une nouvelle technologie en plein balbutiement, là ou Cloverfield, qui se situe 30 ans plus tard, en montre les ravages et l’omniprésence (tandis que Star Trek imagine une nouvelle ère technologique). Il faut remarquer également que Mission : Impossible 3, le premier long-métrage d’Abrams, exploitait également une technologie high-tech, confirmant ainsi que les évolutions technologiques et le « processus organique » sont au cœur de l’œuvre d’Abrams, voir aussi Lost (ou comment des personnages se confrontent à l’absence totale de technologie, du moins au début) et Fringe (Abrams y prolonge sa réflexion sur les sciences et la spatio-temporalité).

La manière très spielbergienne avec laquelle Super 8 fait intervenir le fantastique dans le quotidien est là encore typique des films pop-corn des années 80, qui injectaient émotions, comédie et mélodrame au B monster movie. La science-fiction prend de nouveau place au sein d’une petite bourgade tranquille des Etats-Unis, et au sein de familles brisées dans lesquelles il manque ici la figure maternelle, que ce soit chez Joe/Joel Courtney (dont la mère a été tuée dans un accident de voiture) ou chez Alice/Elle Fanning (une mère absente). Dans Super 8, Spielberg renoue avec un thème qui lui est très cher et pour lequel il aura pourtant été trop souvent critiqué (il y en a encore qui réduisent Spielberg à du « cinéma familial guimauve et niais ») : la famille. L’absence d’un des deux parents pèse énormément sur un enfant, qui s’évade alors dans son imagination ou avec ses amis. C’est d’ailleurs ainsi que s’ouvre le film, très sobrement, sur un enfant en deuil. Chez Spielberg, le thème de la famille est régulièrement lié à un thème beaucoup moins « guimauve » : l’acceptation de la mort par l’enfant ; l’enfant doit accepter l’idée que les proches meurent et qu’il mourra un jour aussi, mais continuer à vivre jusqu’à ce jour. Les évènements surnaturels autour de l’enfant vont d’abord nourrir la crise familiale et ses angoisses, mais permettront au final la reconstruction du cocon familial et l’acceptation des aléas dramatiques de la vie. « Des malheurs arrivent, mais la vie continue ». Cette idée universelle, qui dans le film s’adresse autant à un enfant qu’à un extraterrestre, Abrams et Spielberg en font leur émouvante conclusion. Derrière l’aspect entertainment, Super 8 est un récit initiatique existentiel dans lequel un enfant timide et renfermé apprend la valeur de la vie (dont l’amour, l’amitié et la famille) et l’inéluctabilité de la mort en même temps qu'il prend confiance en lui (ses vêtements sont d'ailleurs de plus en plus colorés au fil de l'histoire). Pour Spielberg, le merveilleux fait office de remède et d’exutoire, plus efficace qu’un cours de philosophie ou qu’une séance chez le psy. 

Kyle Chandler, Joel Courtney, Elle Fanning et Ron Eldard

A l’heure ou les films d’invasion extraterrestres reviennent à la mode, Super 8 renoue avec une époque dans laquelle les films ne montraient pas toujours les extraterrestres comme des monstres belliqueux trucidant les humains pour dominer le monde ou, plus simplement, pour chasser. Spielberg, qui croit fermement à l’existence extraterrestre, aura d’ailleurs évoqué les deux possibilités : les extraterrestres gentils (Rencontre du troisième type, E.T. l'extraterrestre, A.I. Intelligence Artificielle ou, moins directement, Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal) et, certes plus rarement (et pour un remake, en plus) les extraterrestres méchants (La Guerre des Mondes), exploitant cette fois (avec l’imagination de J.J. Abrams) le mythe de la Zone 51. Dans les années 80, les productions Amblin tranchaient avec des films comme les Alien, Predator, Hidden & Cie en affichant des extraterrestres non pas inoffensifs, mais qui se défendaient en cas d’attaque et cherchaient simplement à rentrer chez eux (« E.T. téléphone maison » et tout ça…), bref des aliens qui ne veulent pas de mal et qui sont, finalement comme le jeune héros de l’histoire, paumés, seuls, sans repères et marginaux (la différence est un thème qui touche personnellement Spielberg). (SPOILERS) Lorsque l’extraterrestre retourne enfin chez lui, l’enfant peut lui aussi retrouver sereinement son foyer. C’est autant le cas dans E.T. l'extraterrestre que dans Super 8, dans lesquels l’extraterrestre n’est pas un ennemi, mais un alter égo de l’enfant. C’est au premier contact qu’ils se comprennent mutuellement (cf. dans Super 8 la séquence de face-à-face très touchante).

Malgré son apparence terrifiante, qui n’est pas sans rappeler le monstre de Cloverfield (on ne s’étonnera pas de retrouver le même créateur sur les deux monstres, Neville Page ; à se demander si ce n’est pas le monstre de Super 8 qui revient se venger dans Cloverfield), l’extraterrestre de Super 8 ne tue que ceux qui veulent le tuer (dans le cas présent, les militaires) et ne cherche qu’à construire un vaisseau (ou une « maquette » du vaisseau, d’où les mystérieuses disparitions d’objets et d’humains dans la ville) dans le but de rentrer chez lui, un peu comme les gosses d’Explorers qui construisent un vaisseau spatial en faisant de la récup. La créature de Super 8 est simplement apeurée et en colère, comme le gamin Joe. Super 8 revient à une vision plus pacifique de l’extraterrestre sur Terre, confronté à la violence des hommes (que Spielberg n’a cessé de démontrer dans la plupart de ses films), ici analysé et torturé pendant des années dans la Zone 51. (FIN SOILERS) Bien que numérique et cauchemardesque, la créature apparait comme très vivante, organique, belle dans sa monstruosité (le plan sur ses yeux la rend définitivement attachante et presque « humaine »). Effrayante ou attendrissante, stressante ou apaisante, furieuse ou inoffensive, elle n’est pas un simple gadget spectaculaire et fonctionnel, mais un personnage à part entière doté d’émotions et servant de levier pour développer celles des autres protagonistes qui s’agitent autour d’elle. Elle est le centre névralgique du film, ce pourquoi J.J. Abrams l’aura longtemps gardé secrète, comme si c’était son bébé (exactement comme sur Cloverfield, dans lequel le monstre avait cependant une toute autre fonction). On ne découvre ainsi son design que lors de sa toute première et tardive apparition dans le film.

Elle Fanning

Entre les tensions familiales père-fils (notamment deux belles scènes de dialogue de sourds entre Joe et son père) et l’éveil amoureux d’un joli début de romance (la fille splendide inaccessible à Joe le devient ironiquement en acceptant de jouer une zombie dans un film amateur), Super 8 retrouve surtout l’esprit groupe d’amis comme dans Les Goonies ou Explorers. Motivés par le gout du risque, et surtout par l’envie de faire un film, ils se lancent ensemble dans l’aventure. J.J. Abrams voulait de vrais enfants et non des « enfants d’Hollywood » blasés (des « fake kids » comme les appelle le cinéaste) trop conscients de leur jeu et trop habitués à être devant une caméra. Elle Fanning fut une exception puisqu’elle avait déjà une grande expérience derrière elle (Ecole Paternelle avec Eddie Murphy, Sam je suis Sam avec Sean Penn, Lignes de vie avec Jeff Bridges et Kim Basinger, Winn-Dixie mon meilleur ami, Déjà vu de Tony Scott, Babel d’Inarritu, The Nines avec Ryan Reynolds, Reservation Road avec Joaquim Phoenix, le Somewhere de Sofia Coppola, L’Etrange histoire de Benjamin Button de Fincher et plusieurs séries dont Disparition, avec sa propre sœur Dakota).

Tous les jeunes acteurs de Super 8, à commencer par Elle Fanning (qui, comme sa sœur, joue la maturité avec une réelle innocence, et l’innocence avec une réelle maturité) et Joel Courtney (dont c’est le tout premier rôle !), sont ainsi bluffants de naturel et de spontanéité, à coté d’acteurs adultes discrets mais chevronnés (et de vraies gueules) comme Kyle Chandler (l’acteur raté du King Kong de Peter Jackson et le héros de Friday Night Lights), Noah Emmerich (le faux ami de Jim Carrey dans Truman Show, le shérif dans La Tête dans le carton à chapeaux et le député dans Copland, vu ensuite dans Windtalkers, Fréquence interdite, Cellular, Little Children, Fair Game, Le prix de la Loyauté et Walking Dead) ou Ron Eldard (Sleepers, Deep Impact, La Chute du Faucon noir et Le Vaisseau de l’angoisse). Les gamins, évidemment des stéréotypes du cinéma américain des années 80 (tout comme les personnages adultes : le vaillant père policier qui cherche la vérité, le voisin doux-dingue que personne ne veut croire, le colonel douteux qui veut exterminer l’alien…), sont ainsi tous attachants et permettent d’injecter des touches d’humour et de dérision dans cette improbable histoire à laquelle on croit avec la naïveté d’un môme. Un peu comme Monster House, qui avait su si bien les saisir, Super 8 fait (re)vivre des stéréotypes juvéniles (le petit gros autoritaire, l’intello aux lunettes, le blond avec appareil dentaire, la jolie fille mystérieuse et inaccessible, l’ado boulet…) sans s’en moquer. J.J. Abrams semble par exemple se projeter dans le personnage du cinéaste en herbe Charles, qui parvient à exister autrement que par le fait qu’il soit gros ; contrairement au gros des Goonies, qui apparaissait comme l’abruti demeuré du groupe, celui de Super 8 est au contraire le plus intelligent, usant d’une manipulation aussi affective qu’artistique qui le place comme le leader du groupe. Disons que, dans Super 8, Charles est plus cinéaste que gros (il s’agit dans les deux cas d’une certaine forme de marginalité). C’est aussi ce qui est fort dans Super 8 et les productions sur lesquelles il se modèle : les plus jeunes s’y passionneront en suivant l’histoire au premier degré (assimilant ainsi les nobles valeurs prônées, car ce sont des films aussi ludiques que pédagogiques), tandis que les plus vieux peuvent retomber en enfance tout en ayant un regard plus affuté sur le message, la profondeur et la densité du film. 

 

Super 8

Il est étonnant de constater que le style de J.J. Abrams se soit si bien adapté au cinéma de Spielberg. Un style lumineux (Abrams aime jouer avec les effets de lumières, les halos, les flares…), ample (donc en Cinémascope), coloré (les couleurs, vert olive, bleu nuit, orange foncé ou ocre, sont celles des années 70) et alerte (la caméra est toujours aux aguets, prête à bondir sur une cible) hérité de la télévision (milieu dans lequel Spielberg et Abrams ont commencé), un style qui rend Super 8 très vivant. Les décors de Martin Whist (nommé à l'Oscar pour son travail sur Les Désastreuses aventures des Orphelins Baudelaire) et la photo de Larry Fong (le chef opérateur de Zack Snyder et des premières saisons de Lost, à noter que ce vrai prestidigitateur travaillait déjà sur les films en super 8 de J.J. Abrams) renvoient au La Guerre des Mondes de Spielberg, dont Super 8 pourrait être une version gentille ; on y pense d’autant plus que les deux films sont chacun habités par une sœur Fanning, la grande Dakota (héroïne spielbergienne par excellence puisqu’elle l’était aussi dans la série Disparition) pour le premier et la petite Elle (que J.J. Abrams avait remarqué pour la première fois sur le tournage de…La Guerre des Mondes !) pour le second. Les scènes de panique et de chaos en pleine ville font d'ailleurs fortement penser à celles de La Guerre des Mondes, en évidemment moins violent.

Une reconstitution sobre et très respectueuse (cf. l’utilisation des chansons originales de l’époque et non de leurs reprises), jamais kitsch ni parodique (pas même dans les looks des personnages, habillés et coiffés comme quelqu'un de normal à l'époque), donne réellement l’impression d’y être, notamment grâce à une accumulation de détails d'époque et de références discrètes (cf. les décors de la station-service ou de la boutique photos), qui en disent parfois long sur les personnages (cf. la maison de Joe ou celle de Charles). C'en devient un réel plaisir de fouiller dans un film comme Super 8, qui du coup pourra se revoir plusieurs fois avec le même bonheur et le même esprit de découverte et d'observation. Tout est visuellement ancré dans une réalité tangible, afin de renforcer l’intrusion de la science-fiction dans l’anodin ; les effets visuels, dirigés par le légendaire et multi-oscarisé Dennis Muren, ont ainsi aussi permis de discrètement peaufiner les décors et de faire exister tout ce qui passe à l’écran, de la ville au monstre en passant par les décors plus fantasmatiques (la caverne cachant le sublime vaisseau reconstruit, le site post-apocalyptique de l’accident…). Il se dégage de ce travail d'orfèvre une certaine douceur atmosphérique (celle de la fin des années 70), que viennent évidemment perturber les évènements dramatiques sans cependant briser la légèreté du ton et de l'ambiance.
Contrairement aux apparences, avec Spielberg à la production et le réalisateur de Star Trek et Mission : Impossible 3 ($150 millions de budget pour ces deux films) aux commandes, Super 8 n’est pas vraiment un blockbuster, il n’en a d’ailleurs ni les ambitions, ni le budget (seulement 50 millions de dollars !), ni les stars (pas grand-monde de connu dans le casting). Les intentions du tandem Abrams/Spielberg, sortir un divertissement pop-corn alliant spectacle et émotions comme ceux des années 80, orientent Super 8 plus vers les personnages que vers l’action. Comme toujours, le créateur de Lost privilégie ses personnages à une quelconque surenchère d’effets spéciaux (qui, cependant, sont de très haut niveau, ILM oblige) que ne lui permettait pas un budget relativement modeste, ce qui ne l’empêche pas de se laisser aller à quelques morceaux de bravoure très spielbergiens, tendus, superbement mis en image (tout en travellings amples et rapides) et parfaitement équilibrés dans un récit linéaire, immersif et classique, par exemple (et ce sont d’ailleurs les seuls) l’incroyable accident de train qui rendrait jaloux le Alex Proyas de Prédictions ou les David R. Ellis et James Wong des Destination Finale, et la séquence du bus stressante à souhait qui pourrait sortir tout droit d’un Jurassic Park….C’est surtout le magnifique final qui créer définitivement la magie, (SPOILER) lorsque le vaisseau, absolument superbe, se fabrique et s’envole devant des yeux à la fois émerveillés et terrifiés : (FIN SPOILER) vision à couper le souffle, d’une puissance évocatrice rare, sur la musique intense d’un Michael Giacchino (le fidèle compositeur de J.J. Abrams) en état de grâce qui, tout au long du film, aura fait du John Williams (dont Giacchino, révélé par Spielberg en composant d’excellents musiques pour les jeux vidéo de Dreamworks Interactive, est l’un des rares héritiers). Bien que Super 8 cible un jeune public (mais pas seulement), il se permet effets pyrotechniques (l’accident de train est hallucinant), langage ordurier (mais naturel) et effusions sanglantes (cf. la séquence du bus). Quand aux effets sonores, immersifs, ils sont concoctés par le grand Ben Burtt, qu’on ne présente plus. Autant dire que le spectacle est 100% Spielberg, alors qu’il n’est paradoxalement pas réalisé ni écrit par Spielberg.

Super 8

Super 8 marque un retour dans le passé à plusieurs niveaux : un retour en enfance, un retour dans une autre époque (la fin des années 70), un retour à un cinéma abandonné (l’entertainment spielbergien des années 80). Mais il ne s’agit pas d’une relique poussiéreuse à l’odeur rance, il s’en dégage au contraire une fraicheur euphorique, dopée par les nombreux clins d’œil qui rendent le film encore plus ludique. Abordant et reconstituant une nostalgie au premier degré tout en restant moderne et dans l’ère du temps, Super 8 est un divertissement d’une honnêteté devenue rare, conscient de ce qu’il est (un revival, un hommage) et de ses limites (cette même nostalgie) sans jamais verser dans le second degré. La démarche semblera pourtant pour certains opportuniste et cynique, alors qu’elle prend la forme d’un exercice libérateur et d’une belle déclaration d’amour d’un cinéaste à son modèle, d’un film à ses modèles, d’artistes à leur art.
A l’instar des productions qu’il ressuscite, Super 8 peut se voir entre amis, entre amoureux, en famille ou tout seul. A la fois réalisateur, scénariste et producteur, J.J. Abrams mêle divertissement mainstream et film d’auteur, naviguant avec aisance et naturel entre l'intime (qui fait mouche à chaque fois) et le spectaculaire (jamais gratuit). Super 8 pourra être aux enfants d’aujourd’hui ce qu'Explorers étaient aux enfants d’hier. Il en va de même, en plus vulgaire et plus bourrin, pour Transformers 3, autre production Spielberg/Paramount sortie le même été 2011 et dédiée aux rêves de gosse. 

affiche Super 8

La conclusion de à propos du Film : Super 8 [2011]

Jonathan C.
80

Autant mélodrame que pur B monster movie, plus axé sur les personnages que sur l’action, Super 8 renoue avec une certaine forme de divertissement pop-corn qui avait pour principale ambition de raconter une histoire et de créer du rêve avant d’en mettre plein la vue. Spielberg et Abrams renouent avec les fantasmes de gosse pour lesquels le cinéma semble avoir été inventé. Ceux qui ont été bercés par les productions Spielberg des années 80 et les films de Joe Dante, John Landis, Robert Zemeckis, Don Bluth & Cie ne pourront que tomber sous le charme de Super 8, qui est comme un film d’enfance oublié ou comme un jouet retrouvé tout neuf dans une malle pleine de souvenirs et de trésors.

Que faut-il en retenir ?

  • C’est comme du Amblin donc c’est bien
  • Un superbe hommage au cinéma de Spielberg
  • Des personnages attachants (y compris l’extraterrestre)
  • Une production design irréprochable

Que faut-il oublier ?

  • L’exercice de revival nostalgique a ses limites

Acheter le Film Super 8 en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Super 8 sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Super 8

  • Voir la critique de Super 8 : TEST DVD Super 8
    80

    Super 8 Critique du film par Richard B.

    TEST DVD Super 8 : Cette édition DVD est d'une très grande qualité et les suppléments présents se montrent vraiment très plaisants à découvrir. On re…
    Temps de lecture : 2 mn 53

  • Voir la critique de Super 8 : Un super film !
    88

    Super 8 Critique du film par Sylvain T.

    Un super film ! : Super 8 est une production divertissante qui place le cinéma grand public dans les hautes sphères des productions américaines qui …
    Temps de lecture : 4 mn 30