75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : USS Kearsarge
USS Kearsarge >

Critique de la Bande Dessinée : USS Kearsarge

Avis critique rédigé par Richard B. le mardi 30 décembre 2008 à 0812

Les Mystères de la plage de Janikoro

Après une première aventure de quatre tomes, voici un tout nouveau cycle de Hauteville House, lui aussi annoncé en 4 albums.
Une nuit, sur les quais parisiens, non loin de Notre-Dame, l'agent Gavroche pénètre enchaîné dans l'antre du Fantôme, le roi des voleurs qui règne sur toute la pègre de Paris. Après s'être débarrassé de ses chaines, Gavroche explique sa venue. Il souhaite l'aide du fantôme pour venir au secours de l'agent Églantine qui, dans les prochains jours, risque d'être condamné et exécuté par la Conciergerie. Pour que le Fantôme accepte, cela ne se fera pas sans une contrepartie : Gravroche devra s'arranger pour libérer l'un des lieutenants du Fantôme, emprisonné au bagne de Nouvelle-Calédonie.
À force de faire de faire du pied aux « Mystères de l'ouest » (une œuvre qui semble inspirer Fred Duval), entendez par là du 100% Steampunk sur fond d'espionnage, on ne s'étonnera pas de voir (à la page 8 de cet album) un hommage reprenant l'allure graphique du générique de la série. A coté de cela, il n'y a pas à redire : Fred Duval, entre Travis, Carmen Mc Callum et Hauteville House, montre à quel point il soigne à la fois le côté divertissement pur, mais aussi le fond. Certes, on pourra au départ se dire que l'exposition est un peu longue, que le rythme des premières pages n'est pas forcément ce que ce très bon scénariste a rendu de mieux, mais, une fois les enjeux exposés, tout n’en devient que plus palpitant. En apportant tous les petits détails, Fred Duval rend son histoire plus palpable, l'univers qui évolue autour de Gavroche plus crédible - et cela même si on se trouve devant des engins incroyables pour l'époque. Fred Duval conserve aussi cet esprit « Jules Verne » qui fait tant le charme de cette série et il nous intrigue encore plus avec une dernière page qui m’a fait saliver d’avance et depuis, j’attends la suite avec une grande impatience.


Côté dessin, c'est toujours Thierry Gioux qui assure le travail, aidé par Christophe Quet - qui depuis le premier tome signe le story-board. Comme sur les précédents tomes, le dessin est riche en détails et permet de découvrir de vastes décors ; Paris et ses catacombes ; San Francisco ; la Nouvelle-Calédonie ; sans oublier les fonds marins. C'est un véritable voyage touristique qui nous ait offert sur planche. On pourra tout juste reprocher par moment des visages pas toujours réussis, mais on y fait très vite abstraction au regard du reste, très convaincant. À noter que Carole Beau a fait un très beau travail de coloriste sur cet album, amenant une ambiance parfaitement en adéquation avec le reste du travail de l'équipe.

La conclusion de

Avec ce nouveau cycle de « Hauteville House », l'essence de la grande aventure perdure et ne devrait pas décevoir les amateurs de la série. On y découvre donc toujours une épopée aventureuse, construite sur un fond historique, avec des véhicules incroyables et imprégné d’un esprit « Jules Verne » que peu arrivent à recréer.

Acheter USS Kearsarge en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de USS Kearsarge sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Hauteville House

En savoir plus sur l'oeuvre Hauteville House