75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film d'animation : Appleseed 2 : Ex Machina
Appleseed 2 : Ex Machina >

Critique du Film d'animation : Appleseed 2 : Ex Machina

Avis critique rédigé par Lionel B. le dimanche 27 avril 2008 à 1713

Du gun-fight et plus...

Après un premier opus des plus convainquant tant d'un point de vue technique que scénaristique, Appleseed revient avec une suite survitaminée dont l'histoire s'émancipe complètement du manga et à l'aspect visuel encore plus impressionnant qu'auparavant.


L'ESWAT, unité spéciale dont font partis nos deux héros Deunan Nuts et Briareos Hecatonchires, va devoir intervenir pour neutraliser des terroristes cyborgs qui menacent la paix sur la cité d'Olympus. Par la suite, c'est la population elle-même, devenue soudainement agressive, qui va devenir une menace pour l'individualité...
Si Appleseed premier du nom était directement adapté du manga de Masamune Shirow, pour Ex Machina, une toute nouvelle histoire a été écrite par le scénariste Kiyoto Takeuchi (Samurai Commando Mission 1549) en collaboration avec le célèbre mangaka. Grâce à la participation exclusive de l'auteur, cette suite apparaît cohérente à l'univers du manga et parvient même à rester dans l'esprit du premier volet avec une frontière entre hommes et machines qui semble totalement inexistante. Et pour parvenir à cette indissociabilité, le scénariste y ajoute une thématique sur l'individualisme qui va concerner aussi bien l'homme que la machine. Ainsi, l'idée d'une attaque ayant pour but de contrôler la masse par l'instauration d'une pensée unique afin d'éviter les guerres et les discriminations fait ressortir la notion d'individualité aussi bien de l'homme que de la machine. Chaque être est unique, qu'il soit doué d'une intelligence artificielle ou d'une âme humaine. Tel est le message délivré à l'issu de ce long-métrage d'animation.
Bien sûr, Ex Machina ne se veut pas un dessin animé intellectuel puisque l'action y occupe une place d'honneur. Le film commence sur un superbe gun-fight rappelant la grande époque de John Woo et se poursuit avec d'autres scènes d'actions particulièrement dynamiques ne laissant que peu de place au développement de l'histoire contrairement à un Ghost in the Shell - Innocence de Mamoru Oshii dont la philosophie avait pris le dessus sur l'action.

Si les scènes d'actions sont bien présentent, en revanche, certaines sont critiquables de par leur inutilité ou leur surenchère. En effet, certaines séquences abusent de cascades en tout genre juste pour donner davantage d'esthétisme aux combats sans rien apporter de plus. Toutefois, nous pourrons apprécier la fluidité et la lisibilité de l'action contrairement à des films comme Transformers dans lequel il m'était impossible d'apprécier les combats tant la caméra allait dans tous les sens.
Oui, d'un point de vue technique, Ex Machina fait plus fort que son prédécesseur. Le rendu CG (Computer Graphics) apparaît encore plus détaillé tant au niveau des personnages que des textiles. Même si le procédé peut encore en dérouter certains, l'incrustation des personnages très "mangatisés" dans des décors en images de synthèses est plus réussie qu'auparavant. Le seul bémol que j'émettrai au niveau de cette technique concerne l'animation. En effet, celle-ci me paraît trop parfaite, trop réaliste pour donner un rendu proche d'un dessin animé. Cette surenchère d'animation m'a perturbé à plusieurs reprises.
Qu'est-ce qu’un film sans sa bande-son ? À l'heure d'aujourd'hui, il est indéniable que la musique joue un rôle important pour imposer un rythme ou une atmosphère à un film. Dans Ex Machina, le compositeur Haruomi Hosono parvient parfaitement à créer une ambiance même si sa musique ne restera pas dans nos mémoires. De plus, afin de doper les scènes d'actions, de nombreux groupes pop-rock ont participé au film comme se fut le cas pour le premier.

La conclusion de

Appleseed Ex Machina peut-être considéré comme une bonne suite au premier opus en offrant une histoire totalement inédite et de nombreuses scènes d'actions plus spectaculaires les unes que les autres. Le tout est régi par une technique (trop ?) parfaitement maîtrisée.

Que faut-il en retenir ?

  • Une technique irréprochable
  • Des scènes d'actions très dynamiques
  • Très proche de l'esprit du manga de Masamune Shirow

Que faut-il oublier ?

  • Une animation trop réaliste qui ne colle par au style graphique
  • Une surenchère dans l'action ?

Acheter Appleseed 2 : Ex Machina en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Appleseed 2 : Ex Machina sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Appleseed

En savoir plus sur l'oeuvre Appleseed