75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Highlander - Le gardien de l'immortalité
Highlander - Le gardien de l'immortalité >

Critique du Film : Highlander - Le gardien de l'immortalité

Avis critique rédigé par Vincent L. le samedi 5 janvier 2008 à 1053

Encore un navet pour la franchise...

Il est des franchises maudites qui, malgré un premier film audacieux et génial, ne cessent de s’enfoncer des les méandres de la médiocrité. Mais parmi les Hellraiser et autres Freddy, Highlander tient une place vraiment à part en ce que malgré le fait qu’absolument toutes les suites aient été ratées du début à la fin, les fans attendent encore et toujours LE film qui saura prendre la relève du mythique premier opus.
En cela, The source, cinquième volet de la saga, a su, au départ, se faire alléchant : voulant se démarquer des films précédent pour partir sur de nouveaux sentiers, il proposait au fan – lors de sa préproduction – de partir en quête des origines des Immortels. Une trilogie était annoncée en grande ponte et l’on parlait, à l’époque, de The source comme du point de départ d’une grande saga qui rendrait honneur à toute la mythologie d’Highlander..
Presque quatre ans plus tard, que reste t-il de tout cela ? Et bien plus grand chose : comme d’habitude, les délais de tournages ont été dépassés et comme d’habitude, les assureurs se sont “emparés” du film pour faire quelque chose de relativement cohérent avec ce qui avait été tourné (comme d’habitude car cela était déjà arrivé pour Highlander le retour et Highlander Endgame, comme quoi, on n’apprend pas forcément de ses erreurs). En lieu et en place de la grande saga, il ne reste qu’un petit film d’1h30, un peu ringard et totalement anecdotique, déjà sorti incognito en direct-to-dvd dans divers pays et qui n’aura même pas le droit, chez nous, à une sortie cinéma.

Adrian Paul interprète un Duncan MacLeod barbu

La volonté de se démarquer du reste de la saga est visiblement tombé aux oubliettes quelque part en cours de route : pour la quatrième fois, il n’en reste plus qu’un, et pour la quatrième fois, on assiste à l’Ultime Rencontre. Même si celle-ci prend cette fois des allures différentes, le résultat final n’en reste finalement que très conventionnel. Pourtant, au point de départ du film, les choses semblaient s’engager sur une nouvelle voie, l’action se passant dans un futur proche, dans une ambiance post-apocalyptique. Malheureusement, passé le générique de début, il faut se rendre à l’évidence, toute cette toile de fond n’a d’importance que pour justifier les diverses incohérences mises en place dans le film (dans un futur proche, la Russie est peuplée de barbares cannibales se baladant avec des armes blanches et qui parlent anglais avec un fort accent de l’est).
Puis, plus le film avance, et plus on prend conscience de l’ampleur du désastre : sans queue ni tête, le scénario sacrifie absolument tout sur l’autel du “gratuit” et du “cool”, alors même que, plombé par des saynètes ringardes et un méchant grotesque, le film tend plutôt à se rapprocher de la bonne série Z (on y est pas tout à fait, mais presque, notamment sur certaines séquences, par exemple quand le méchant se bat en chantonnant “Who wants to live forever” de Queen).
Au final, donc, le film chamboule toute la mythologie mise en place. Ce faisant, il crée encore plus d’incohérences dans l’univers d’Highlander (et pourtant, le dernier Immortel vivant avait été tué par un autre Immortel dans le précédent film !). À ce niveau, la fin du film décevra les fans les plus acharnés en révélant, de manière terre à terre et pragmatique, ce qu’est le Prix.
Le Gardien de la source, ridicule méchant du film

De leur côté, les acteurs font ce qu’ils peuvent pour sauver les meubles. Si les second rôles sont globalement mauvais, Peter Wingfield et Jim Byrnes – tout droits issus de la série – font de leur mieux pour rendre honneur à leurs personnages respectifs (mais plombés par des dialogues hallucinants, ils ont parfois du mal à rester crédible). Thekla Reuten, le seul rôle féminin du film, a également du mal à être crédible. La responsabilité ne lui revient pas spécialement, le personnage étant totalement bâclé par le scénario.
Dans la peau de Duncan MacLeod, Adrian Paul est égal à lui-même (après six ans à interpréter le personnage, il sait y faire avec pas grand chose) ; on pourra tout de même regretter que le seul travail qu’il ait fait sur le personnage soit uniquement de lui faire pousser la barbe…
«Les planètes sont sorties de leur orbite pour toutes s’aligner, je crois qu’il se passe quelque chose d’anormal» Je ne vois pas ce qui te fait dire ça...

Au niveau visuel, The source est très inégal, et ce à peu près à tous les niveaux. Si derrière la caméra Brett Leonard utilise à outrance une réalisation clipesque très désagréable à regarder, force est de constater que les divers combats qui émaillent le film (exception faite du ridicule combat final) sont bien maîtrisés et correctement mis en image. De même, si les flashbacks traditionnels à la franchise Highlander sont réduits à peau de chagrin (histoire d’expliquer de manière expresse qui est le premier rôle féminin du film), ils sont filmés dans un minimalisme finalement assez classieux.
Au niveau des effets spéciaux, le résultat est le même : certains sont très réussis (l’explosion de la tour) alors que da plupart des autres sont dignes de la pire série télévisée française. La photographie du film, quant à elle, souvent réussie, sait ponctuellement se faire d’un kitch incroyable.

La conclusion de

Si l'on considère l'histoire dans son essemble, The source aurait tout de même été une déception. Néanmoins, si le film avait correctement été terminé, il aurait potentiellement pu être le meilleur volet de la franchise depuis le premier (ce qui n'est pas bien dur, vous en conviendrez!). Tel quel, et bien, il est a deux doigts d'être catalogué comme série Z.

Que faut-il en retenir ?

  • Point de départ intéressant,
  • Photographie et jeux de lumières travaillés,
  • Jeu des acteurs principaux correct,
  • Du rythme.

Que faut-il oublier ?

  • Réalisation clipesque désagréable,
  • Scénario écrit avec les pieds,
  • Dialogues ridicules,
  • Fin comique,
  • Second rôles mauvais,
  • Trop de scènes et d'effets gratuits,
  • Nombreuses incohérences,
  • Méchant grotesque,
  • Effets spéciaux globalement ratés.

Acheter Highlander - Le gardien de l'immortalité en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Highlander - Le gardien de l'immortalité sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Highlander

En savoir plus sur l'oeuvre Highlander