75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film : Highlander #1 [1986], par Richard B.

Avis critique rédigé par Richard B. le lundi 24 février 2003 à 15h44

"Rassemblement de divers talents"

Highlander 1
Après un match de catch plutôt bien animé, Russell Nash s’apprête en rentrer chez lui, comme tout homme normal. Mais il ne l’est pas : il est un highlander, un homme des Hautes Ecosse, un immortel, et sa destinée, c’est de combattre jusqu’à ce qu’il n’en reste plus qu’un seul. Sur son retour dans le parking ce sera donc un combat à l’épée qui l’attendra et ni le premier, ni le dernier.
Le sujet ici est matière à une grande fresque et à un grand film. L’idée de ces Highlanders immortels qui traversent le temps et s’affrontent jusqu’à décapitation, car seul moyen de tuer, est devenu mythique.
Pour un tel sujet en or, il fallait un réalisateur ambitieux, jeune et qui en veut, c’est donc Russell Mulcahy qui sera choisi et qui mènera la barque. Ce film révolutionne la mise en scène par une approche de scènes clips et rythmées, chose rare à l’époque et innovatrice. On peut rajouter à tout cela des travellings et effets de caméra tout aussi rares et parfois même jamais vus. Dommage que les futurs choix de carrière du réalisateur furent mauvais, les potentiels étaient bien là.
Même si l’histoire et la mise en scène sont des éléments très importants pour un film, il faut aussi choisir des acteurs de charisme pour transmettre et faire suivre les différents éléments d’une bonne intrigue. Le choix de Christophe Lambert et Sean Connery était judicieux, ceux-ci en effet détenaient tous les potentiels, autant au niveau carrure que présence.
Les décors naturels d’Ecosse mis merveilleusement en avant, les costumes très travaillées, les musiques mémorables de Queen et Michael Kamen, ajoutent la touche finale à ce film.

La conclusion de à propos du Film : Highlander #1 [1986]

Richard B.
89

Un rassemblement de divers talents créatifs au meilleur de leur potentiel et à une période idéale pour renouveler un genre font aujourd’hui de ce Highlander un « ovni », un film « culte » d’une saga qui ne suivra pas le potentiel de départ. C’est peut-être le pourquoi : « il ne peut y en avoir qu’un »

Acheter le Film Highlander en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Highlander sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Highlander