75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : La Pierre des Larmes
La Pierre des Larmes >

Critique du Roman : La Pierre des Larmes

Avis critique rédigé par Nicolas L. le jeudi 10 mai 2007 à 1448

Des Bisounours dans un monde de brutes

A part son pouce et son index, qui jouaient distraitement avec l’os rond de son collier, Kahlan était parfaitement immobile en étudiant la ville qui s’étendait à ses pieds. Le versant de la colline descendait en pente douce vers les murs d’enceinte, les tours du palais se dressant à l’extrémité nord de la cité. Des volutes de fumée montaient de centaines de cheminées de pierre des habitations. De là où était l’Inquisitrice, on ne distinguait pas de mouvement. La route qui conduisait aux portes principales était déserte, comme les plus petits chemins qui desservaient les accès secondaires…
Copieux ouvrage de 750 pages, La Pierre des Larmes est le second tome du cycle de l’Epée de Vérité, la saga fantasy de Terry Goodkind. Le précédent volet se présentant plus sous la forme d’un one-shot qu’autre chose, avec pour apothéose la mort du super vilain, je me demandais comment l’auteur allait réussir à relancer l’intrigue. C’est donc avec une curiosité route particulière que j’ai entamé la lecture de ce nouveau récit.
En fait, malin, le romancier a joué la carte de la surenchère. Un peu comme un personnage de jeu de rôle ayant franchi un niveau, le Sourcier va devoir affronter un défi bien plus hardi. Il va devoir mettre en échec le Diable (le Gardien) en personne. Le livre reprend donc où il s’était arrêté et met en scène les mêmes personnages que le précédent opus. On retrouve donc Richard Dahl, mais aussi l’Inquisitrice Kahlan et le sorcier Zedd, ainsi que les principaux acteurs secondaires du tome 1. A ceux-ci, vont se greffer de nombreux nouveaux protagonistes, la plupart très intéressants et ne manquant pas de relief. Un élément principal de ce background très riche, et qui fourni en fait la principale source de satisfaction de cette saga.
Le récit est toujours aussi bien structuré. L’univers toujours aussi parfaitement maîtrisé. Les éléments s’imbriquent les uns dans les autres sans difficulté, malgré leur nombre et trois intrigues (la plus intéressante, à mon goût, reste celle de Kahlan) qui se développent parallèlement au gré des chapitres. Cette vision générale du monde et ce sens de la cohésion, malgré des ajouts incessants et souvent inattendus, sont réellement impressionnants. Impossible de trouver le moindre défaut structurel ou la moindre incohérence mythologique et sociologique (il faut dire qu’au niveau théologique, l’auteur ne s’aventure pas trop dans une construction sophistiquée). Il en ressort un univers plein de vie et parfaitement réaliste malgré ses aspects fantastiques.
Grâce à cela, le récit est agréable à suivre, avec de longues descriptions de voyages aventureux, de combats épiques, et de rencontres insolites et diversifiées. Le style d’écriture, très facile, facilite de plus la lecture rythmée. Un choix narratif qui donne au roman un petit air de série télévisée. L’arc général traite bien entendu de la quête du Sourcier, le jeune Richard, porteur de l’Epée de Vérité. Comme dans le précédent volet, il va encore énormément souffrir, physiquement et psychologiquement, avant d’arriver à ses fins au cours de cette nouvelle quête initiatique. Il va se découvrir de nouveaux pouvoirs, et en accord la tenue philosophique du livre, se rendre compte qu’il est un focus générateur de Chaos aussi bien que de Bien. Pendant ce temps, dans les deux autres récits, Kahlan va opérer une douloureuse transformation ; elle va abandonner sa chrysalide de prêtresse pour déployer les ailes de sa féminité, et Zedd, le vieux sorcier, va en compagnie de sa chère et tendre Adie découvrir les affres de l’obscurité, privé de sa magie.
Par contre, le récit souffre toujours du même défaut, parfois agaçant, parfois risible ; la naïveté. Au gré des pages, on découvre de temps à autres, mais beaucoup trop souvent, des passages mièvres ou étonnamment crétins. Le pire se produisant dans les moments d’intimité et notamment lorsque Richard et Kahlan sont réunis (heureusement, c’est très rare dans ce tome). Cette naïveté puérile nuit grandement au personnage principal, qui en vient à raisonner parfois comme un gamin de dix ans, et aux scènes de violences, qui sentent l’exutoire adolescent à plein nez, surtout dans le domaine érotique. Un traitement qui ferait presque passer Terry Goodking pour un écrivain ado surdoué (imaginez un peu un Christopher Paolini sachant écrire, et vous n’êtes plus très loin de mon impression). Cet aspect se reporte aussi sur ces fameuses leçons du sorcier, ces leçons de vie disneyennes qui ferait passer les propos de maître Yoda pour des dissertations de Nietzsche. Bref, ça pisse encore un peu le lait par le nez lorsqu’on le presse trop fort…

La conclusion de

La Pierre des Larmes comporte les mêmes qualités et les mêmes défauts que le premier tome. Le monde est passionnant, avec sa structure parfaitement maîtrisée et ses nombreux seconds rôles remplis de vie. L’esprit aventurier est présent, et on ne s’y ennuie pas une minute tant les trois récits qui composent ce tome sont riches en rebondissements. Par contre, au niveau purement narratif, c’est souvent très niais dans les rapports humains et bien mièvre dans l’exposition psychologique des principaux personnages (surtout Richard). Et ce n’est pas les quelques explosions de gore ou de sexe - qui sentent encore plus la transgression de censure adolescente que dans le tome un - qui rattrapent cet aspect un peu trop naïf.

Que faut-il en retenir ?

  • Monde riche et cohérent
  • Nombreux personnages secondaires
  • Lecture facile et rythmée

Que faut-il oublier ?

  • Description très puérile des rapports humains
  • Trop de naïveté dans l’analyse psychologique des personnages

Acheter La Pierre des Larmes en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de La Pierre des Larmes sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de L'épée de vérité

En savoir plus sur l'oeuvre L'épée de vérité