75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Les Fils de l'homme >

Critique du Film : Les Fils de l'homme

Avis critique rédigé par Lucie M. le mardi 24 octobre 2006 à 03:50

Fils de… ?

Les Fils de L' Homme est un roman de 1992 écrits par Phyllis Dorothy James une auteure anglaise de thrillers. Nous sommes en 2006 et c’est le mexician Alfonso CuaronHarry Potter 3 - qui prend en charge l’adaptation cinématographique de ce roman de science-fiction apocalyptique. 2027, à force de jouer aux plus forts les hommes provoquent l’absence totale de ressources naturelles sur la Terre et pire encore l’absence totale de naissances. Les faits sont là et ils sont aberrants : les frontières se ferment, la guerre dévaste tous les pays, la violence des hommes prône sur Terre. Il n’y plus d’espoir ; l’humanité se meurt. Néanmoins, Théo, bureaucrate monotone, va malgré lui être propulsé dans une quête des plus importantes et des plus troublantes sur cette Terre dévastée. Il va protéger une jeune fille du nom de Kee qui s’avère être tout simplement enceinte !


L’action se déroule en Angleterre et la répression militaire fait rage. Des messages publicitaires retransmis dans les transports invitent le peuple britannique à la délation de manière répétitive. Ces messages publicitaires enjoignent les gens à protéger l’Angleterre contre les immigrés en les dénonçant pour qu’ils soient enfermés dans des camps. Ces immigrés sont surnommés les Refs. Et il ne fait pas bon vivre quand on est un Ref. sans passe d’identité. Mais des groupuscules révolutionnaires luttent contre cet état militaire et délétère. Ils sont connus sous le nom de Poisson et vivent en reclus dans les campagnes alentour. Le climat ambiant est sombre dans la ville et dans les banlieues rurales. Nous distinguons les rues grises de Londres et par moment des animaux qui brûlent dans les champs. Alfonso Cuaron nous montre le côté ravagé de la situation avec réalité et prosaïsme sans tomber dans l’excès. Pourtant c’est ce qu’il aurait pu se produire vu le sujet abordé. Alfonso Cuaron aurait pu choisir de traiter son sujet plus théologiquement et nous démontrer par des mysticismes spirituels une situation proche du miracle puisqu’après 18 années de stérilité une jeune fille porte enfin un enfant.
Toutefois, il n’a pas choisit cela et nous immerge dans une ambiance réaliste qui est proche de ce qui pourrait survenir au gré des années. C’est assez angoissant la manière dont il projette l’humanité et cela nous prend aux tripes grâce à cette réalisation qui alterne avec sagacité des scènes d’une totale violence avec des moments bouleversants. Les scènes violentes envahissent l’écran de manière impudique et se jettent sur nous telles des monstres hargneux. Tandis que les passages bouleversants qui partagent l’écran avec la misère dévastatrice de l’homme se montrent à nous de manière contemplative et sereine. Des moments très forts et intenses où Alfonso Cuaron n’hésite pas à faire des gros plans sur ses acteurs pour décupler les émotions qui se dégagent de leurs visages.
Et quels acteurs ! Un Clive OwenThéo – indispensable au déroulement du récit, un Michael CaineJasper : le fumeur de Toux à la fraise - toujours aussi surprenant et une Julianne MooreJulian - dure et en même temps si douce ! Puis n’oublions pas des acteurs aux noms moins connus, mais qui sont absolument importants dans Les Fils de L'Homme grâce à la justesse d'interprétation de leur rôle comme Claire-Hope AshiteyKee : la jeune fille au miracle -, Pam FerrisMiriam : la protectrice sage-femme -, Peter MullanSyd : le sale cochon de facho – et bien d’autres encore qui n’apparaissent qu’à un moment donné, mais qui sont tout aussi importants. Le tout rehaussé par des moments musicaux de toute beauté comme le morceau "Court of the Crimson King" de King Crimson ou une reprise lente et douce de "Ruby Tuesday" des Stones par une voix qui j’avoue m’est inconnue ! Des musiques qui collent à l’ambiance du film comme la combinaison vinyle colle à l’actrice Kate Beckinsale dans Underworld.

100

Comment retranscrire les émotions qui nous ont été transmises par la vision de ce film ? C’est très difficile, mais cela dit Les Fils de l’Homme est un film digne de ce nom. C’est du grand cinéma qui nous fait réfléchir sur notre futur tout en nous disant de garder une note d’espoir dans l’humanité même si au vu de la perspective actuelle nous courons à la catastrophe ! Néanmoins, je vous rassure je suis exactement comme vous je ne fais rien pour arranger les choses et je me laisse porter telle une feuille morte comme la plupart des millions d’êtres humains vers un avenir sombre et triste pour nos générations futures. Cela dit de temps en temps j’ai envie de changer certaines choses et c’est grâce à des films tels que Les Fils de l’Homme…bravo à Alfonso Cuaron qui nous offre pendant un instant l’envie de changer !

Critique de publiée le 24 octobre 2006.

Acheter Les Fils de l'homme en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Les Fils de l'homme sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !