75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Les Fils de l'homme
Les Fils de l'homme >

Critique du Film : Les Fils de l'homme

Avis critique rédigé par Manu B. le mardi 18 décembre 2007 à 0955

Les fils des hommes

2027, c'est si loin et pourtant si proche. Le dernier enfant est né il y a déjà 18 ans et vient de se faire tuer. Le plus jeune être humain sur Terre vient de disparaître. A 18 ans! L'annonce de cette mauvaise nouvelle et l'infertilité irrésolue assène un coup de plus au moral de toute une civilisation. A Londres, sous le joug d'une dictature régie par le gouverneur d'Angleterre, Theo, cousin d'un ministre de ce gouverneur, est contacté par Julian, son ex-femme, membre d'un groupe terroriste qui défit le pouvoir en place. Elle lui demande d'accompagner une jeune femme pour lui faire traverser les frontières de l'état policier vers le continent. Il se trouve que Kee a un secret extraordinaire...

C'est Alfonso Cuaron qui a été choisi pour diriger l'adaptation du roman de P. D. James, les fils de l'homme, au cinéma. Cuaron semble avoir pris de larges libertés avec le livre de P. D. James: les dates, les relations entre Julian et Theo, le rôle de Julian, le rôle minimisé du gouverneur Xan, Miriam, Rolf et Luke, le rôle des Omegas. Le scénario a surtout gommé l'aspect le plus important du roman, à savoir son message politique. Du coup, ne vous attendez pas à une adaptation fidèle du roman de l'écrivain britannique. Considérons donc le scénario du film complètement à part du roman.

Les fils de l'homme: Theo (Clive Owen) en pleine guerre civile
Les fils de l'homme: Theo (Clive Owen) en pleine guerre civile

De ce point de vue, les divergences notables des scénaristes ont été exploitées à la fois de manière spectaculaire, et à la fois réductrice. Car si la première partie du film nous plonge dans un futur crédible, dans un Londres reconstitué après des années de guerre, de guérillas, de désespoir, sous un ciel sombre et menaçant, la deuxième partie se résume à une course poursuite de tous les instants, extrêmement impressionnante et réaliste. Il est quand même regrettable que le film n'explique pas assez bien les conditions dans lesquelles l'humanité en est réduite. Le désespoir causé par l'infertilité n'est exprimé qu'au travers de quelques scènes rappelant les moments sombres de la deuxième guerre mondiale. Images choc ? Choquantes peut-être. D'autres scènes font évidemment références aux camps de concentration pour exprimer avec force la dureté de ce nouveau régime dictatorial en Angleterre.



Les fils de l'homme: Theo (Clive Owen) et Julian (Julianne Moore)
Les fils de l'homme: Theo (Clive Owen) et Julian (Julianne Moore)

Pour ce qui est des acteurs, le choix porté sur Clive Owen a été judicieux, interprétant un Theo futuriste très crédible. Rappelons-le, 2027 c'est presque demain; le monde ne sera presque pas différent d'aujourd'hui. Julianne Moore doit être déçue que le scénario ne colle pas plus au roman, dont le rôle de Julian est ce qu'il y a de plus central. Ceci étant dit, elle remplit son contrat, tout comme Michael Caine, en fumeur de joint triste et particulièrement pathétique. N'oublions pas les actrices Claire Hope Ashitey (Kee) et Pam Ferris (Miriam) qui apportent beaucoup dans le réalisme de ce futur.



Les fils de l'homme: Theo (Clive Owen) et Kee (Claire Hope Ashitey)
Les fils de l'homme: Theo (Clive Owen) et Kee (Claire Hope Ashitey)

La vraie réussite vient de cette manière de filmer, façon reporter de guerre, qui donne un étonnant réalisme à l'action en cours. C'est durant la cavalcade de Theo que l'on trouve les meilleurs moments du film. Alfonso Cuaron innove avec la scène se déroulant en voiture en installant à l'intérieur de l'habitacle une camera permettant de filmer à 360° les cinq acteurs présents. Enfin, la meilleure scène reste la sortie de Theo et Kee de l'immeuble en ruine, offrant un pur moment d'émotion, une bulle de silence crevée par les cris de du bébé au milieu de cette guérilla urbaine.

La conclusion de

Au final, du bon sur le plan esthétique, du rythme, du réalisme et des acteurs, et du moins bon sur la fidélité de l'adaptation du roman. Le résultat est tout de même satisfaisant.

Acheter Les Fils de l'homme en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Les Fils de l'homme sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Les Fils de l'Homme

En savoir plus sur l'oeuvre Les Fils de l'Homme