75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film d'animation : Nausicaä de la vallée du vent
Nausicaä de la vallée du vent >

Critique du Film d'animation : Nausicaä de la vallée du vent

Avis critique rédigé par Lucie M. le dimanche 20 août 2006 à 1256

Nausicaä…une princesse pas comme les autres !

« Nos vies sont comme le vent ou les sons…Nous naissons, raisonnons avec ce qui nous entoure, puis disparaissons… » Hayao Miyazaki


Second long métrage animé d’Hayao Miyazaki, Nausicaä de la vallée du vent est un conte philosophique sur les hommes et de leur incompréhension face à la nature et ses habitants puis sur leurs croyances religieuses ou mythologiques qui les guident à travers leurs choix et leurs façon de vivre. Dans ce long métrage d’animation, Hayao Miyazaki entame également un thème cher à son cœur la nature et il nous démontre par la même occasion son inquiétude pour l’avenir de notre planète.
Adapté des deux premiers volumes du manga éponyme de 1982, composé de 7 volumes et paru tout d’abord dans la revue Animage, Nausicaä de la vallée du vent fait un véritable carton dès sa sortie cinéma japonaise le 11 mars 1984. Il est projeté dans 90 salles, visionné par 915 000 spectateurs et rapporte 742 millions de Yens sur une durée de 52 jours. Cet énorme succès permettra à Hayao Miyazak, à son ami Isao Takahata et à Yasuyoshi Tokuma, la création des studios Ghibli et marquera d’une pierre rouge le début des longs métrages d’animation japonais.
Nausicaä dans la vallée du vent est une œuvre inspirée de la princesse phocéenne Nausicaä présente dans "L’Odyssée" d’Homère et elle est également inspirée d’une vielle légende japonaise médiéval "La princesse qui aimait les insectes". Hayao Miyazaki s’est inspiré de ses œuvres pour créer un personnage féminin authentique et puissant, l’intrépide Nausicaä la princesse de la vallée du vent. Un personnage d’une bonté et d’une volonté hors norme pour appréhender toute forme de vie autour d’elle mais surtout pour comprendre les Oomu – les insectes-rois – qui vivent dans la Mer de la Corruption. Nausicaä est l’élément central de ce récit où notre planète a été détruite après sept jours d’incendie.
Désormais devenue stérile, notre planète est envahie par des insectes mutants et les humains subissent couramment des attaques toxique venant de la Mer de la Corruption. Une mer qui n’en aie pas vraiment une puisque c’est en réalité une forêt peuplée par des champignons géants et venimeux. Les humains sont éparpillés sur des parcelles de terre restantes qui sont placées tout autour de la Mer de la Corruption et vivent dans une harmonie fragile. Une harmonie fragile qui sera très vite inexistante quand les habitants de la vallée du vent seront attaquer par l’armée Tolmèque menée par Kushana. Ce sera l’intrépide Nausicaä qui viendra à bout de ce début de guerre stupide et destructrice et essayera par tous les moyens d'arrêter les deux ennemis de s’entretuer bêtement en utilisant leurs armes respectives comme l’énorme robot soldat et les Oomu.
Pour nous français, il nous aura fallu patienter un peu plus de 20 ans pour avoir la chance de découvrir cette œuvre d’Hayao Miyazaki sur grand écran. Mais c’est là où le bas blesse, malheureusement, puisque datant de 1984 où à cette époque les longs métrages d’animation japonais n’étaient pas encore monnaie courante certains traits caractéristiques des séries TV et des OAV affaiblissent quelque peu Nausicaä et la vallée du vent. Nous le remarquons à la morphologie des personnages ou à la technique d’animation usitée mais surtout quand certains bruitages se font entendre. Ces sons que l’on entendait quand nous regardions Goldorak ou tous autres mangas projetés à la télévision française il y a de ça un bon nombre d’années. Cela peut paraître ridicule comme point faible mais à nos oreilles, et de nos jours, ils nous choquent et semblent très décalés par rapport à l’œuvre poétique qui s’écoule devant nos yeux.
Malgré cela, Nausicaä dans la vallée du vent est une œuvre superbement dirigée par Miayzaki. Elle peut paraître au premier abord assez lente à démarrer puisque le réalisateur s’arrange pour nous présenter son fabuleux personnage Nausicaä profondément et lentement tout en nous distillant le monde où celle-ci évolue. Cependant, elle reste une oeuvre sensible, belle où certains passages nous subjuguent de par leur beauté spirituelle et avec tout ce qu’ils nous inspirent. Une inspiration spirituelle que nous découvrons vers la fin de Nausicaä de la vallée du vent au moment où la princesse est ranimée par les Oomu, les insectes-rois qui furent amenés à déchaîner leur fureur contre les humains. Un moment fort et émouvant où le début des notes de la "Sarabande" de Handel se fait entendre puis oublier par le thème musicale composé par Joe Hisaishi qui reprend son emprise sur les spectateurs.

La conclusion de

Certes Nausicaä de la vallée du vent comporte quelques petits points assez vieillots, puisqu’il date de 1984, mais il est néanmoins l’un des premiers longs métrages d’animation à aborder des thèmes forts. Hayao Miyazaki s’inquiète de l’avenir de notre planète et il le fait de manière émouvante et poétique en nous donnant une œuvre mémorable où évolue un personnage féminin hors du commun. Le dessinateur français Moebius a très bien défini celui-ci en disant : « Tout y est de ce qui fait un vrai film. La patte d’un auteur, une humanité sans prétention, une force de l’histoire qui transcende le barrage de la langue. »

Acheter Nausicaä de la vallée du vent en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Nausicaä de la vallée du vent sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Nausicaä de la vallée du vent

En savoir plus sur l'oeuvre Nausicaä de la vallée du vent