75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Caïn et Abel
Caïn et Abel >

Critique de la Bande Dessinée : Caïn et Abel

Avis critique rédigé par David Q. le mercredi 18 janvier 2006 à 0320

Un must, maintenant c'est sûr !

La mystérieuse station génératrice du mur et de son wormhole (traduisez « trou de ver »), bien qu'ayant explosée, est encore intacte. Seulement le temps, lui, ne semble pas intact et notre équipe de casse-cou se retrouve à priori dans le passé.
On aurait pu penser avec les deux premiers tomes d'UW1 que Bajram allait lever le pied et laisser couler paisiblement son histoire joliment amorcée, mais n'en est rien. Il continue à nous surprendre avec des situations terriblement efficaces, repoussant les limites de l'espace-temps et de la mort elle-même. Ce tome sous titré "Caïn et Abel" fait bien sur référence à l'histoire éponyme de la bible marquant le début de la violence et c'est sûrement le véritable début de la guerre auquel on assiste. Les membres de Purgatory devront affronter leurs fantômes pour trouver comment sortir de cette station hantée, les uns en apprenant à se contrôler, les autres à se sacrifier. Ce qui est sur c'est que personne n'en reviendra indemne.
Comme dans les deux premiers tomes, celui-ci commence par un flash-back avant de rentrer directement dans le vif du sujet. Si les premiers volumes utilisaient plutôt le rouge, ici c'est le bleu qui domine l'album. De nombreuses vues de la station et de son vortex permettent à Bajram de jolis effets de style tandis que les nombreux gros plans sur les visages nous font apprécier le détail de la palette d'émotions qui traverse l'esprit de l'équipe à bord de la station. Les vues d'Uranus sont toujours aussi belles, mais ce sont surtout les deux doubles pages consécutives montrant la prise de conscience de Balti qui sont vraiment remarquables. Elles expriment parfaitement la pensée du personnage face à sa situation tout en illustrant le mythe d'Abel et Caïn. Superbe! Ce que je trouve encore plus fort, c'est d'arriver à placer une citation de Marcel Proust dans une BD SF sans que ça fasse tache. Là, je tire mon chapeau à l'auteur. En attendant, le scénario monte encore d'un cran à tel point qu'on se demande ce qu'il pourrait bien arriver par la suite comme situation. C'est avec des BD comme celles-ci que n'importe qui deviendra amateur du format.

La conclusion de

Une saga spatiale est née sous le nom d'UW1. Si les tomes 1 et 2 nous en donnaient un bon échantillon, ce tome 3 assure avec style la place de cette saga dans toute BD thèque qui se respecte. Un must, y'a pas d'autres mots.

Que faut-il en retenir ?

  • L'explication des évènements des tomes 1 et 2
  • Les jeux temporels
  • Le parallèle biblique

Acheter Caïn et Abel en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Caïn et Abel sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Universal War

En savoir plus sur l'oeuvre Universal War