75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Planète bleue
Planète bleue >

Critique de la Bande Dessinée : Planète bleue

Avis critique rédigé par Richard B. le jeudi 2 septembre 2004 à 0252

Le retour de Nao


Voilà Nao qui arrive cette fois sur terre, la planète de ses parents, afin de faire valoir son héritage et surtout faire partir les hommes de sa planète d’accueil, Aquablue. Bien sûr, les choses ne seront pas simple pour Nao qui n’a jamais encore été confronté aux fourberies des hommes, qui sont prêts à tout quand il est question d’argent et de pouvoir.
La naïveté face au pouvoir et à la corruption, voilà cette fois ce que Cailleteau a réservé à son jeune héros, mais aussi cela nous permet de voir comment celui-ci réagit quand il est loin de sa famille d’adoption, et cela nous permet d’entrevoir que la prophétie déclarant qu’il serait un élu n’est peut-être pas qu’une simple superstition de villageois.
Vatine, comme toujours, nous en met plein la vue du côté de l’illustration et de la découpe, et met en scène ses illustrations comme de vrais découpages cinématographiques. Les plans se trouvent donc souvent délicats et variés. Du vrai beau travail, il n’y a pas à dire !

La conclusion de

Aquablue T2 est donc une parfaite réussite, et permet d’avoir un très bon présage sur la suite (du moins sur le premier cycle). Aquablue avec ce deuxième tome s’installe définitivement dans les références.

Acheter Planète bleue en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Planète bleue sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Aquablue

En savoir plus sur l'oeuvre Aquablue