Nifff - Voyage à travers le temps, l'âme et autres contrées.

Publié il y a 4 ans par Richard B.

Notre deuxième journée au Nifff sous le charme de Metropolis.

Cette deuxième journée du Nifff restera mémorable grace à un seul et unique titre : Métropolis. Bien oui, voilà une oeuvre qui ne date certes pas d'hier, mais qui a conservé tout son impact visuel sur grand écran. Et si jusqu'ici l'expérience pouvait sembler loin d'être unique (pas forcément besoin de se rendre à Neuchâtel pour découvrir l'oeuvre de Fritz Lang sur écran), le voir projeté avec un orchestre symphonique rend déjà l'expérience bien plus rare, voir quasi unique, et surtout procure un frisson de bonheur comme on en a rarement l'occasion de le ressentir. Un chef d'orchestre et dix-huit musiciens ont ainsi joué durant 145 minutes la partition musicale d’origine, devant une salle comble et multigénérationnelle. Ce fut une parfaite réussite, les applaudissements ont mis du temps à s'arrêter, et confirme que l'expérience mérite de perdurer à travers les années du festival qui s'était déjà essayé à ce type de représentation (avec belle réussite) l'année précédente avec voyage sur la lune. Le niveau supérieur aussi qualificatif que de durée a été franchi avec ce grand classique intemporel, offrant en cela le meilleur de ce dont nous pouvions rêver. Difficile de s'en remettre.

Forcément le retour sur la Terre du présent fut plus douloureux en enchainant juste derrière avec le film lithuanien, Vanishing Waves de Kristina Buozyté et Bruno Samper. Film faisant partie d'ailleurs de la sélection internationale de 2012.

Lukas décide de participer à un projet scientifique auquel il serait question de voyager dans une âme. Et comme Lukas a beaucoup de chance, il se retrouve projeté dans l’âme d’une demoiselle aussi ravissante que charismatique, mais en réalité plongée dans un long coma. Loin des restrictions de la réalité, se complaisant dans ce fantasme virtuel, ils vont donner libre cours à leurs instincts primaires. Pour Lukas, au fur et à mesure de l'avancée de l'expérience, le retour à la réalité devient de plus en plus difficile.

Vanishing Waves

Voilà l'exemple redondant d'un film – pseudo prise de tête – cherchant à explorer la nature du désir humain. Ça baise beaucoup, les deux comédiens principaux n'hésitent pas à livrer au public le moindre détail de leur anatomie, on a même le droit à une séquence partouze qui n'est pas sans rappeler la fusion des chairs dans le Society de Brian Yuzna (sans l'aspect gore). Mais voilà, ça brasse beaucoup de vide, n'apportant rien de vraiment neuf en terme d'idées et surtout on s'ennuie grandement à suivre des personnages au final peu sympathiques qui semblent plus prédisposés à faire les lapins et vivre dans des sensations extrêmes que nous raconter réellement quelque chose. Et même si Jurga Jutaite à une forte belle poitrine à contempler, cela ne fait pas pour autant un film, et il ne suffit pas de signer des séquences pensées comme « artistique » pour rendre un film intéressant. On ne doute pas de la sincérité du projet, mais il paraît prétentieux dans le fond comme dans la forme, et on n’en retire rien hormis un fort ennui.

Ce dimanche s'est terminé pour nous avec le « gorissime » Inbred de Alex Chandon. Il est question ici de suivre quatre jeunes délinquants (une fille et trois garçons), ainsi que leurs deux référents qui ont décidé de leur faire passer un week-end dans un village lointain de Mortlake pour des travaux d’intérêt général (à ce stade le scénario est déjà débile). Tout pourrait bien se passer, sauf que, comme souvent dans ce type de films, le groupe à lale groupe a la malchance de tomber sur des villageois attardés ayant un penchant pour le spectacle et la tuerie avec un sens particulier pour le sang qui tache.

Inbred

Le public adepte de morts sanglantes, de têtes arrachées ou autres festivités du genre devrait être – presque conquis – tant le film en la matière fait preuve d'une certaine générosité. Le problème est que pour en arriver là, il faudra patienter un très long instant devant une présentation aussi vaine que peu crédible et que lorsque commencent les grandes réjouissances on ne se soucie toujours guère des personnages. L'esprit n'est pas très éloigné d'un 2000 Maniacs avec quelques croisements de Massacre à la Tronçonneuse - nous sommes chez des dégénérés aux visages difformes (on à même droit à un visage de porc) - sauf qu'ici tout semble trop « surjoué », trop appuyé, manquant d'un certain naturel pour qu'on ait envie de participer au trip, surtout que le film vogue de temps à autre aussi sur la mode du "torture porn", un peu comme s'il essayait de bouffer à tous les râteliers sans avoir une réelle identité ou un style bien à lui. Nous sommes donc très loin des fous d'un Tucker & Dale fightent le mal, de l'efficacité d'un Saw ou d'un Massacre à la Tronçonneuse, d'un délire à la BrainDead ou encore d'un survival au panache assumé comme Severance. Inbred a pour lui deux ou trois morts assez inventives, mais cela ne suffit pas pour que celui-ci laisse une trace, cela même si le public semble en partie avoir accroché à ce délire indigeste.

> nifff j1
> nifff j2
> nifff j3
> nifff j4
> nifff j5
> nifff j6
> nifff j7
> nifff j8

Lien permanent de partage |

Suis nous sur facebook !

Fiches de l'encyclopédie de la science-fiction en rapport avec l'article

Commentaires sur l'article

Réagissez à cet article en postant votre commentaire ci-dessous.Seuls les membres SFU peuvent poster leur avis.

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »