75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Cinéma : les sorties de mai

Publié il y a 4 ans par Vincent L.

Cabane, théâtre, babyphone, cercueil, vaisseau...

 

La cabane dans les bois

Exploitant un concept excitant quoique pas forcément nouveau, Joss Whedon et Drew Goddard abordent le film d’horreur avec dérision pour mieux en exploser toutes les conventions dans une dernière partie démente et pour le coup complètement inédite. Cette spirale, faite de cruauté, d’humour noir, d’imagination débridée et d'effets spéciaux saisissants, n’est pas sans évoquer le traitement des Scream de Wes Craven. C’est à la fois un vrai film d’horreur et une satire du genre, un film conceptuel de petit malin et une réflexion élaborée sur ce qu'il est, comme si le film s'auto-analysait et développait une critique de lui-même, comme si La Cabane dans les bois était aussi bien le modèle que son reflet dans le miroir. Sortie le 02 mai.

Lire la critique du film.

 

 

Babycall

Intriguant pendant une heure, instaurant un climat d’inquiétude et multipliant les indices étranges dans une atmosphère paranoïaque teintée de folie, le récit de Babycall déçoit dans son dénouement, prévisible et conventionnel malgré les chemins torturés empruntés pour y arriver et les quelques scènes-choc du réalisateur du sulfureux mais déjà pas très palpitant Next Door. Faussement tortueux et roublard, ce thriller psychologique hitchcockien et « polanskien » se suit surtout grâce à l’interprétation fiévreuse d’une Noomi Rapace habitée, aussi touchante qu’inquiétante. L’actrice porte le film sur ses épaules, comblant les lacunes du récit. Mais pour un grand prix au festival de Gerardmer, ça n’a rien de bien fantastique, surtout en succédant à L'Orphelinat, Morse et Blood Island… Sortie le 02 mai.

Lire la critique du film.

 

 

 

The Theatre Bizarre

Film à sketchs célébrant l’esprit Grand-Guignol et offrant à une poignée d’auteurs marginaux variés et plus ou moins cultes l’opportunité de se lâcher (chacun bénéficie des mêmes contraintes de temps et de budget et en fait ce qu’il veut), The Theatre Bizarre est un concentré hors normes d’audace, de fulgurances morbides, de poésie macabre et de déviance jubilatoire. S’il se dégage un thème commun (la rupture sous toutes ses formes), l’ensemble manque de cohésion (ça part un peu dans tous les sens, y compris dans le hors-sujet) et d’un solide fil narratif, d’où ce déséquilibre commun à bien des films à sketchs, l’exercice (casse-gueule) étant presque fatalement voué à un résultat inégal. Que les adeptes du fantastique soient prévenus afin de ne pas être déçus : un seul des segments (l’excellent The Mother of Toads de Richard Stanley) fait dans le fantastique pur et mythologique. Sortie le 09 mai.

Lire la critique du film.

 

 

Dark Shadows

En 1752, Joshua et Naomi Collins quittent Liverpool, en Angleterre, pour prendre la mer avec leur jeune fils Barnabas, et commencer une nouvelle vie en Amérique. Mais même un océan ne parvient pas à les éloigner de la terrible malédiction qui s’est abattue sur leur famille. Vingt années passent et Barnabas a le monde à ses pieds, ou du moins la ville de Collinsport, dans le Maine. Riche et puissant, c’est un séducteur invétéré… jusqu’à ce qu’il commette la grave erreur de briser le cœur d’Angelique Bouchard. C’est une sorcière, dans tous les sens du terme, qui lui jette un sort bien plus maléfique que la mort : celui d’être transformé en vampire et enterré vivant. Deux siècles plus tard, Barnabas est libéré de sa tombe par inadvertance et débarque en 1972 dans un monde totalement transformé… Sortie le 09 mai.

 

 

1000 mots

Et si vous n’aviez plus que mille mots à prononcer avant de mourir ? C’est le défi auquel est confronté Jack McCall, agent littéraire, grand bavard et inépuisable menteur, qui doit apprendre à se passer de mots. L’histoire d’un homme qui n'a plus que 1000 mots avant de mourir, et qui est contraint d’apprendre à communiquer réellement avec sa femme, sa famille et ses amis. Sortie le 16 mai.

 

Men in Black 3

Men in Black 3 est un spectacle gentillet, somme toute assez plaisant, mais malheureusement sans saveur et définitivement inoffensif. Dans la catégorie des films "vite vus, vites oubliés", ce troisième volet se pose donc comme un long-métrage pépère qui se contente de reprendre les ingrédients du premier opus sans y apporter quoique ce soit de véritablement nouveau. Les X-Files, les invasions extra-terrestre et les conspirations gouvernementales étant passées de mode depuis quelques années, cela confère à ce troisième film un côté gentiment ringard, au doux parfum de naphtaline, qui tend désormais à faire de cette franchise un bel objet has-been. Sortie le 23 mai.

Lire la critique du film.

 

 

 

Prometheus

Une équipe de scientifiques cherchent à dépasser leurs limites mentales et physiques et tentent d'explorer ce qu'il y a au delà du possible. Ils vont être amenés à découvrir un monde qu'ils n'auraient jamais imaginé. Un monde où leur seront apportées des réponses aux questions les plus profondes. Un monde où le mystère ultime de l'existence peut enfin être percé. Sortie le 30 mai.

Lire la critique "Pour".

Lire la critique "Contre".

Suis nous sur facebook !

Fiches de l'encyclopédie de la science-fiction en rapport avec l'article

Commentaires sur l'article

Réagissez à cet article en postant votre commentaire ci-dessous.Seuls les membres SFU peuvent poster leur avis.

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »

  • Je ne pourrais que conseiller fortement The Cabin in the woods que j'ai vu la semaine passée. Il est tout simplement excellent comme film, très dérangeant, on se pose beaucoup de questions, et qui parvient à surprendre. Le seul souci que je lui trouve c'est qu'en définitive, l'histoire est un peu trop surréaliste pour y croire encore, une fois sorti de la salle. Mais à voir absolument malgré tout.

    Pour Dark Shadows, je reste sur mes doutes concernant ce film mais j'irais quand même le voir.
    miss-phoenix, le 1er mai 2012 20:29
  • Si je ne devais en choisir qu'un, ca serait sans hésiter Prometheus. En espérant qu'il tienne ses promesses :p
    Kriss, le 2 mai 2012 09:27