75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Nifff 2011 : sixième jour à Neuchatel

Publié il y a 5 ans par Richard B.

des héros, des morts et une revanche.


Pour nous, la seule véritable nouveauté en ce jeudi 7 juillet fut Todos Tus Muertos (avant dernier film de la compétition internationale qui me restait à voir). Ce film de Carlos Moreno (qui avait déjà réalisé Dog eat Dog) se trouve plus être une étude sociologique de la population et des autorités qui exercent en Colombie qu'un film de « genre fantastique » proprement dit. On peut donc légitimement se poser la question de sa légitimité à apparaitre dans la sélection. Le seul élément « bizarre » du film se trouve dans le fait qu'un fermier du nom de Salvador va découvrir une cinquantaine de cadavres entassés au milieu de ses champs. Si les acteurs de Todos Tus Muertos se montrent convainquant et attachants, si la mise en scène de Carlos Moreno intrigue suffisamment pour qu'on se questionne et qu'on ne s'ennuie jamais trop à suivre le déroulement des évènements (et pourtant, il ne se passe pas grand-chose), on aurait tout de même aimé que le film nous conte une vraie histoire, car la conclusion paraît aussi logique que peut créative, et conduit à penser qu'un court-métrage aurait largement suffi pour raconter la même chose.

Todos Tus Muertos

Par la suite je me suis offert un petit intermède nostalgique en allant (re)voir l'un des fleurons des studios de la Hammer : La Revanche de Frankenstein. Pour rappel, ce classique de Terence Fisher projeté ici dans le cadre de la thématique « Les prémisses du genre », prend place juste après l'issue de Frankenstein s'est échappé dans lequel on nous avait laissé croire que Peter Cushing tombait  sous la guillotine. Erreur, puisque désormais celui-ci exerce, sous le nom du docteur Stein, en Allemagne. Un peu moins réussie sur la forme que son aîné, cette suite opte pour un ton plus léger grâce à quelques passages d'humour et pourrait apparaître comme une conclusion idéale à la saga Frankenstein - bien que 3 autres films furent donnés par la suite. Le cadre de la projection fut ici décevant puisqu'au final il s'agissait ici d'une projection de DVD et non d'une copie 35 mm (bien oui le festival nous a habitués à un certain luxe). Reste tout de même là un filmà la vision indispensable, comme un grand nombre de films signés Terence Fisher.

La revanche de Peter Cushing

 

Hier soir, fut aussi pour moi l'occasion de retourner voir « Super », qui avait déjà été notre « coup de cœur du BIFFF! Une belle occasion donc pour les Neuchatelois de découvrir cette petite perle d'humour noir de James Gunn. Il faut dire que ce dernier est pourvu d'un casting quatre étoiles avec en tête une Ellen Page incroyable. L'actrice de Juno semble en effet complètement heureuse de faire partie de ce projet et offre une prestation simplement majestueuse. Pour le reste, on n’oubliera pas de citer les présences déjà bien remarquables de Rainn Wilson, Liv Tyler, Kevin Bacon, Michael Rooker ou encore Nathan Fillion. Super se montre être totalement irrévérencieux, drôle, saignant, et rien que le générique de départ mériterait le déplacement. Batman et Robin n'ont qu'a bien se tenir, car Crimson Bolt et Boltie sont dans la place et autant dire que ça fait mal !

Super

> voir la critique de Vincent L.




Suis nous sur facebook !

Fiches de l'encyclopédie du fantastique en rapport avec l'article

Commentaires sur l'article

Réagissez à cet article en postant votre commentaire ci-dessous.Seuls les membres SFU peuvent poster leur avis.

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »