75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la bande dessinée : L'éveil du pouvoir #2 [2001], par Nicolas L.

Avis critique rédigé par Nicolas L. le mercredi 28 juillet 2010 à 16h52

La crise d'adolescence d'un demi-dieu

Pendant que Merlin continue son éducation sous la tutelle du père Blaise, Ahès tente de rallier à sa cause les dieux et les dirigeants du Petit Peuple. A force d’insistance, elle finit par trouver un soutien en Nuada, le dieu lunaire. Il ne lui reste plus qu’à isoler Merlin de ses amis et parents afin de lui révéler son extraordinaire destinée…

Deuxième tome du cycle de Merlin, L’éveil du pouvoir épouse le même style de traitement que l’opus précédent, avec une narration lente et détaillée, qui pourrait apparaître, pour les amateurs d’action, comme un inutile remplissage. Les autres, par contre, apprécieront le fait que Jean-Luc Istin se penche longuement à développer une atmosphère fantastique empreinte de conspiration. Le scénariste s’attarde donc dans la présentation des personnages, mettant en avant leurs motivations et leurs moyens, et il consacre du temps à nous exposer le développement psychologique d’un Merlin ado qui supporte de plus en plus mal l’autorité de Blaise. Ainsi, tout en demeurant dans un univers brassant légendes celtiques et héroic-fantasy,  Istin développe son arc principal en entretenant trois sous-intrigues (Ahès, Merlin et Maëlle) dont les deux premières vont se recouper aux deux tiers de l’album.  Ce tome, qui continue de poser les bases de l’histoire, est donc assez chiche en passages spectaculaires mais laisse entrevoir des évènements futurs assez riches en péripéties, exploits épiques et prouesses magiques. Le mystère, lui, est simplement entretenu par le mystérieux visiteur qui va partager la couche de Maëlle.

Techniquement, Eric Lambert continue de nous proposer un travail qui alterne entre le moyen et le très bon. Les grandes cases livrées à bords perdus sont très souvent superbes (page 5 & 36) alors que les plus petites pèchent souvent par un trait un peu trop simpliste. On retrouve d’ailleurs cette irrégularité dans la qualité du trait un peu partout. C’est assez dommageable (sans être catastrophique), surtout quand la case se doit de marquer un moment important dans le déroulement de l’intrigue (la pleine page 48, par exemple, manque de force dans son expression graphique).

La conclusion de à propos de la Bande Dessinée : L'éveil du pouvoir #2 [2001]

Nicolas L.
70

Istin continue de prendre son temps pour développer sa vision de la légende de Merlin. Un choix qui me parait judicieux si l’on désire entretenir durablement des personnages forts dans une intrigue visant le long terme. Cependant, il est évident que ce rythme posé et ce déroulement peu spectaculaire peuvent être ressenti s par bon nombre de lecteurs comme un désagrément. Quoiqu’il en soit, cette manière de poser des éléments de légendes celtiques dans un environnement d’heroic-fantasy et à la fois assez originale et agréable à suivre. Techniquement, Eric Lambert continue d’exprimer sur papier de la manière la plus forte possible l’imaginaire du scénariste. Il n’y parvient pas toujours mais, dans l’ensemble, la qualité de son ouvrage reste de bonne facture.

Que faut-il en retenir ?

  • Agréable mélange de légendes celtiques et d’heroic-fantasy
  • Un scénario qui s’attarde sur les personnages
  • Merlin, qui commence à devenir intéressant
  • Le charisme d’Ahès
  • Des dessins de bonne qualité

Que faut-il oublier ?

  • Un rythme un peu lent
  • Un album vraiment pas spectaculaire

Acheter la Bande Dessinée L'éveil du pouvoir en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de L'éveil du pouvoir sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Légendes arthuriennes