75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du roman : Le Navire aux Esclaves #2 [2001], par Lujayne M.

Avis critique rédigé par Lujayne M. le vendredi 31 octobre 2008 à 09h56

Un bon moment

La Vivacia est éveillée, mais le commandement est passé à Kyle. Althéa s'est enfuie et Hiemain est embarqué de force par son père pour qu'il y ait un membre de la famille Vestrit à bord. Pendant ce temps, le pirate Kennit se fie à sa légendaire chance pour mener à bien son projet fou : capturer une vivenef...
Les personnages s'approfondissent dans ce deuxième tome, qui sent toujours autant les embruns et le grand large. Ils s'approfondissent même un peu vite pour certains : on pouvait presque comprendre Kyle dans le premier tome, ici il apparait sous son vrai visage. Quant à Kennit, il est toujours aussi antipathique... Althéa, embauchée comme matelos sur un navire-abattoir, apprend à la dure que le metier de matelos n'est pas aussi simple qu'il y paraissait sur le navire de son père, quant à Hiemain, il apprend petit à petit à vivre comme un mousse... Apparait aussi un nouveau personnage, Parangon, vivenef folle abandonnée sur une plage...
Du coté des personnes restées à terre, on en apprend plus sur les Marchands de TerrilVille, et avec eux s'épaissit un nouveau mystère : le fleuve du Désert des Pluies, ses habitants et ses artefacts mystérieux...

La conclusion de à propos du Roman : Le Navire aux Esclaves #2 [2001]

Lujayne M.
78

Hobb tient ses promesses avec ce deuxième tome, et l'on suit avec beaucoup de plaisir ses différents protagonistes, ceux qui se battent contre leur destin, ceux qui essaient de s'en accommoder et ceux qui en font un jeu. Pas de magie sauf celle parfois évoquée avec crainte à propos des marchands du Fleuve, mais une ambiance "rhum et matelots" très plaisante ! A suivre !!

Que faut-il en retenir ?

  • l'ambiance

Que faut-il oublier ?

  • l'ambivalence que l'on sentait chez certains personnages a disparu

Acheter le Roman Le Navire aux Esclaves en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le Navire aux Esclaves sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Le Royaume des Anciens