75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du roman : Le voyageur imprudent [1996], par Bastien L.

Avis critique rédigé par Bastien L. le dimanche 22 juillet 2007 à 16h34

Les méandres du temps

Ecrit en 1943, ce roman reprend l’idée des voyages dans le temps dans la lignée de l’œuvre de H. G. Wells. On a ici le droit à toutes les situations pour le naïf héros Pierre Saint-Menoux : Entre voyage dans le passé avec incidence sur le présent, voyage dans le futur ou encore la rencontre avec soi-même. Pierre est un soldat qui perdu dans les Pyrénées durant la guerre en 1940, rencontre Noël Essaillon et sa fille Annette. Essaillon lui explique qu’il a réussi à créer une substance, la noëllite qui permet d’agir sur le temps. On peut ainsi se projeter dans le futur en ayant le souvenir de ce qu’on a vécu en accéléré ou revenir dans le passé pour rattraper une erreur. Pierre décide de devenir l’assistant de Noël et ce dernier l’attend à Paris en 1942 pour lui présenter un scaphandre vert avec lequel il pourra voyager tout entier dans le temps. Barjavel s’épargne les explications scientifiques pour se concentrer sur le rapport au temps, la légitimité de le changer ou se limiter à une étude pure et simple. On assiste aussi à une sorte de suite à Ravage avec l’achèvement de sa vision lors du voyage dans le monde fascinant de l’an 100 000. On pourra néanmoins trouver le héros un peu bête mais la pureté de sa relation avec Annette est bien rendue grâce à l’innocence de cette dernière. Pour les autres personnages, le savant jovial et la pieuse gouvernante sont des pions nécessaire pour rendre l’intrigue plus dramatique. En clair, le parcours de Saint-Menoux émerveille et fait réfléchir et ses voyages dans le passé avec les retours au présent sont des bonnes idées allant jusqu’au fameux paradoxe du grand-père. Dommage que se soit si court.

La conclusion de à propos du Roman : Le voyageur imprudent [1996]

Bastien L.
75

Au final un court roman qui pourra en divertir plus d’un !

Acheter le Roman Le voyageur imprudent en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le voyageur imprudent sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Le voyageur imprudent