75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film : 300 [2007], par Nicolas L.

Avis critique rédigé par Nicolas L. le vendredi 23 mars 2007 à 01h51

Le ridicule magnifié

Bon, quitte à se faire lyncher par une partie du staff SFU, je ne vais pas y aller par quatre chemins. Pour moi, une œuvre d’art, qu’elle soit littéraire, musicale, ou cinématographique doit être jugée autant pour le fond que pour sa forme. Dans le cas de 300, il convient donc bien de marquer les différences. Quand bien même les deux ne m’ont guère convaincu, mais à des degrés divers. Tout cela pour dire que, quitte à être accusé de chier sur la table, je m’insurge en tout bien tout honneur contre mes petits camarades qui ont mis des notes effleurant la perfection, ce qui reviendrait à dire que 300 est aussi parfait, et à tous les niveaux de lecture, que Le Seigneur des Anneaux ou Excalibur !
Pour l’aspect purement visuel, je dois admettre que Zack Snyder a fait fort, très fort. Et peut-être même trop fort finalement. L’esthétisme très jeu vidéo (très agréable à l’œil dans un premier temps), agrémenté d’un ralenti par plan (astuce intéressante pour doubler la durée d’un métrage), contribue à plomber complètement la dramaturgie, accentue la distanciation du spectateur et finit par déshumaniser complètement un récit déjà égaré dans une orgie numérique. Il en ressort, pour ceux qui se s’extasient guère devant les pures performances techniques (les amateurs de belles images seront, eux, ravis de l’expérience visuelle) une lassitude grandissante, pouvant même amener l’ennui comme lors du visionnage d’une luxueuse démo - cf. mon voisin de fauteuil, qui a eu la décence de ne pas ronfler en dormant (; je lui dis merci). Par ailleurs, Je me demande comment cet homme a pu somnoler une demi-heure durant, car en plus d’être une véritable projection d’une galerie d’art de Frazetta animée sur grand écran, 300 bénéficie également d’une bande sonore exceptionnelle, avec un mixage à la limite d’une expérience du Futuroscope. Donc, il est vrai que 300 peut ne pas convaincre, mais force est de reconnaître la qualité graphique du travail effectué (avec des chorégraphie de combats parfaitement bien maîtrisées) et l’honnêteté d’un réalisateur ayant été jusqu’au bout de son idée première : construire une attraction encore jamais vue de Sons et Lumières. Ceci étant dit, passons au second point ; le fond.
Je vais tout d’abord jeter un voile pudique sur l’extrême manichéisme des protagonistes. Les péplums (même mythologiques, comme celui-ci) n’ont jamais été réputés pour leur finesse dans le domaine de la construction des personnages. Immanquablement on y trouve toujours le quartet ; vilains, gentils, traîtres et innocents. On pouvait donc admettre qu’ils soient également présents dans 300. On pouvait aussi légitiment accepter de tomber sur une véritable baudruche épique, du moment qu’elle fut remplie de testostérone et d’émotion. Hors, il n’en est rien. Car je dois le dire, on nage en plein n’importe quoi et il y a plus à rire qu’à s’émouvoir. Il y a tout d’abord cette véritable galerie de monstres ridicules et de personnages d’un kitsch absolu (le pire étant Xerxès, un Boy George géant couvert de piercings). Aucun n’est crédible, aucun n’est impressionnant, aucun n’est haïssable. Hors, comme on le sait bien, il n’y a point de récit poignant sans méchant à la hauteur.
Puis, il y a la teneur du « scénario » à proprement parler. Je ne connais pas le comic, je ne peut donc faire de comparatif, mais j’affirme que certains nanars de troisième zone bénéficient de plus de richesse que celui de 300. En prenant connaissance de ces dialogues niais, à peine digne d’une discussion de cour de récréation, ces déclarations enflammées d’un patriotisme douteux appelant à massacrer des dégénérés arabes et asiatiques (vil aglomérat notamment composé de lesbiennes, sadiques et homosexuels sadomasos) et ces lourds artifices scénaristiques (avec ce traître qui se balade devant le conseil oligarchique les poches pleines de pièces perses), on pourrait accuser Zack Snyder de faire du prosélytisme « Gibsonien ». D’ailleurs, à ce sujet, je suis très étonné que personne n’ait cité cette étonnante ressemblance dans le final avec un certain Braveheart (qui lui, au moins, avait réussi à me procurer une émotion). Bref, séquence après séquence, le réalisateur accumule les scènes d’un ridicule absolu ou symboliquement ambiguës, comme la position christique de Léonidas lors du dénouement. Ainsi, même pris au premier degré (ce que j'ai tenté de faire), j'ai trouvé que derrière ce papier numérique rutilant, cela sentait quand même de trop le moisi.
Malgré tout, j’ai trouvé quelques satisfactions à la vision de 300 (en plus de son irréprochable esthétisme). La première est le rôle de premier choix offert à la reine de Sparte, incarnée par Lena Headey. Un unique personnage féminin qui rassemble finalement les seules scènes dramatiquement correctes du film. On pourrait presque dire que pendant que les hommes s’exhibent sur la plage pour une pub de cosmétique, elle, au moins, elle joue ! Bon, cela ne vole jamais bien haut, en raison d’un méchant prévisible à souhait et particulièrement con, mais c’est déjà pas mal. Ensuite, il y a Gerard Butler, qui franchement, m’a convaincu en roi Leonidas - pour la deuxième fois de suite, après une bonne performance dans Beowulf. Il apparaît comme très à l’aise et dégage beaucoup de charisme dans ce rôle viril (guère subtil, il est vrai).Puis, pour finir, j’ai apprécié (là, c’est le passionné d’histoire qui parle) la justesse de l’équipement des Spartiates (même si leur lance n’était pas équilibrée et ne pouvait donc être lancée, qu'ils portaient des cuirasses de bronze et d'épais vétements rouges dessous) et leur posture martiale assez fidèle à la réalité historique (pour le camp adverse, laissez tomber, c’est n’importe quoi, surtout dans le cas de ces Immortels habillés en Ninjas).

La conclusion de à propos du Film : 300 [2007]

Nicolas L.
50

Techniquement, ce film va sans doute marquer d’une pierre blanche l’histoire du cinéma. Pour le reste, permettez-moi d’en douter. Le fond est bien trop primaire, trop puéril, pour permettre au film de se sublimer. Il en ressort une absence d’émotion, un désintéressement total du spectateur sur le sort de ces 300 Spartiates qui affrontent de manière métronomique des vagues répétitives d’ennemis divers et variés, à la manière d’un jeu vidéo. Un film qui va probablement plaire aux passionnés des nouvelles technologies numériques mais qui risque fort de laisser froid les autres.

Que faut-il en retenir ?

  • Imagerie classieuse à souhait
  • Réalisation originale
  • Les Spartiates, vraiment balaises
  • La reine, personnage intéressant

Que faut-il oublier ?

  • Scénario et dialogues d’une pauvreté absolue
  • Adversaires ridicules
  • Quelques éléments scénaristiques d’un goût douteux
  • Absence de tension émotionnelle

Acheter le Film 300 en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de 300 sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de 300

  • Voir la critique de 300 : La naissance d'un empire [2014] : Sur les traces de Leonidas.
    40

    300 : La naissance d'un empire [2014] Critique du film par Richard B.

    Sur les traces de Leonidas. : Alors que le premier 300 était créatif, politiquement incorrect (les Perses étaient représentés comme des monstres, tant dans le f…
    Temps de lecture : 5 mn 54

  • Voir la critique de 300 : 300 guerriers d'exceptions immortalisés par l'art de Miller
    90

    300 Critique de la bande dessinée par Nicolas W.

    300 guerriers d'exceptions immortalisés par l'art de Miller : Si Frank Miller n'a plus rien à prouver au sein du monde du comics, 300 est une fois de plus la preuve indéniable de son talent. F…
    Temps de lecture : 6 mn 2

  • Voir la critique de 300 - Blu ray : Plongez au coeur de la bataille
    80

    300 - Blu ray Critique du film par David Q.

    Plongez au coeur de la bataille : Ce BluRay de 300 est une bonne réussite technique autant visuelle que sonore et ce ne sont pas les quelques défauts inhérents au d…
    Temps de lecture : 2 mn 30

  • Voir la critique de Spartatouille : Qu’ils aillent se faire voir chez les Grecs
    5

    Spartatouille Critique du film par Nicolas L.

    Qu’ils aillent se faire voir chez les Grecs : Je ne pensais pas que c’était possible. Et bien, Jason Friedberg et Aaron Seltzer y sont parvenus ! Oui, ils sont arrivés à nous …
    Temps de lecture : 4 mn 54

  • Voir la critique de 300 : Un spectacle du tonnerre !
    86

    300 Critique du film par Quakup

    Un spectacle du tonnerre ! : Pour tous les amateurs de bastons, de forces et de cruauté. Un Gérard Butler phénoménal, des décors somptueux, des effets spéciaux…
    Temps de lecture : 4 mn 7

  • Voir la critique de 300, BO-OST : En manque de créativité ?
    70

    300, BO-OST Critique du musique par Manu B.

    En manque de créativité ? : Ce score aurait pu être magnifique sans l'utilisation d'une instrumentation aussi éclectique et trop différente; et surtout si le …
    Temps de lecture : 2 mn 38

  • Voir la critique de 300 : Un péplum à mi-chemin entre bande-dessinée et jeu-vidéo
    95

    300 Critique du film par Halpheus

    Un péplum à mi-chemin entre bande-dessinée et jeu-vidéo : Pas une seule seconde on ne s'ennuie. 300 est une merveille visuelle, psychologique et rythmique. Un véritable défi filmique et te…
    Temps de lecture : 1 mn 28

  • Voir la critique de 300 : Ils partirent 300...
    99

    300 Critique du film par Jerules

    Ils partirent 300... : 300 rappelle très fortement un certain Gladiator (les champs de blés, la mère et le fils), la BD étant sortie en 1998…le film de R…
    Temps de lecture : 3 mn 4

  • Voir la critique de 300 : Spartiate, il est temps de donner du spectacle !
    85

    300 Critique du film par Richard B.

    Spartiate, il est temps de donner du spectacle ! : 300 ne fait pas dans la finesse, c’est un film barbare et avant tout visuel, porté par une distribution de grande qualité. Le film…
    Temps de lecture : 4 mn 28

  • Voir la critique de 300 : This-is-spartaaaaaa !
    90

    300 Critique du film par David Q.

    This-is-spartaaaaaa ! : 300 est un excellent film pseudo-historique, brutal et à l’esthétique hyper soignée qui vous plonge pendant 2h dans un tout autre …
    Temps de lecture : 3 mn 57

  • Voir la critique de 300, BO-OST : Un BO à écouter 300 fois ?
    65

    300, BO-OST Critique du musique par Richard B.

    Un BO à écouter 300 fois ? : Le score de 300 est globalement une musique plaisante, mais qui n’arrive pas à égaliser les maîtres du genre. Si Tyler Bates livre…
    Temps de lecture : 3 mn 50