75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film : Le Monde de Narnia #1 [2005], par Lucie M.

Avis critique rédigé par Lucie M. le lundi 26 décembre 2005 à 05h42

Narnia au cinéma, c'est pas la joie!

En ce mois de décembre 2005 et à l’approche de Noël, nous avons l’occasion de voir Le Monde de Narnia sur grand écran adapté de l’œuvre de C. S. Lewis ; écrite dès 1951 et éditée en 7 volumes sous le nom de Les Chroniques de Narnia. Réalisée par Andrew Adamson, le père de Shrek, beaucoup de moyens avaient été prévus pour faire de ce film et de ses futures suites une sorte de SDA pour enfants. Nous commençons donc cette aventure en pays de Narnia par l’adaptation du second volume portant le titre de l’Armoire Magique ; le premier volume, Le Neveu du Magicien, étant la genèse des futurs tomes, même si écrit bien après.
L’histoire se déroule pendant la seconde guerre mondiale et débute avec le départ de Londres de quatre frères et sœurs – Lucy, Edmund, Susan et Peter – envoyés par leur mère à la campagne, afin de fuir les raids aériens. Début tragique qui nous fait ressentir le désespoir de cette mère voyant partir ses enfants, tout en pensant encore plus à l'absence de son mari, parti sur les champs de bataille. A travers ces premières scènes, nous pouvons également découvrir le caractère des différents protagonistes de l’histoire qui sont Lucy, petite fille fragile mais pleine de pep, Edmund, le cadet des frères, rebelle et courageux, Peter, l’aîné des garçons, responsable des autres et enfin Susan, sœur aînée, douce et protectrice. Tous quatre se retrouveront dans une grande maison habitée par un Professeur énigmatique et une sévère gouvernante. Et ce sera à cause – ou grâce – d'une partie de cache-cache qu’ils découvriront un merveilleux et terrible monde parallèle, celui de Narnia, par le biais d’un passage se trouvant dans une Armoire magique. Le seul problème est que la guerre est également de mise là-bas et cela à cause de la tyrannique Jadis, la sorcière blanche règnant sur les terres de Narnia. Seulement, il existe une prophétie connue de tous les habitants de ce monde parallèle: un jour deux filles d’Eve et deux fils d’Adam viendront libérer Narnia ; l’hiver éternel quittera ces lieux et par la même occasion sera vaincu l’ignoble Jadis.
Œuvre de fantasy aux accents religieux, ces Chroniques de Narnia sont un véritable classique de la littérature enfantine outre-Atlantique. Le père fondateur de ces chroniques, Clive S. Lewis, fut professeur universitaire - spécialisé dans la littérature anglaise -, écrivain et ami intime de J. R. R. Tolkien. Sa foi envers la religion catholique vint très tardivement et c’est pour cela que son œuvre en est pleine de références car ce fut sûrement un réel manque durant son enfance. Mais en cette époque troublée par de nombreuses guerres, c'est certainement de l'espoir qu'il a voulu donner aux enfants déstabilisés par ces atrocités, en essayant de leur inculquer de solides bases religieuses en guise de repaire. On peut même dire qu’il a voulu donner à ces enfants un moment d’évasion en calquant la guerre dans un monde parallèle, imaginaire, comme si il avait voulu les rendre plus forts en leur montrant qu'eux aussi pouvaient être courageux.
De nos jours cette œuvre est enfin adaptée sur grand écran et elle est malheureusement trop lisse pour des yeux d’adulte. Le côté moralisateur gêne quelque peu le spectateur avisé et même si l’univers surnaturel du Monde de Narnia raconte une histoire aux accents magiques on a du mal à s’y laisser prendre. Bien sûr, ceci n’est qu’une vision personnelle, celle d’un adulte. Malgré tout j’espère que les enfants trouveront dans cette mise en scène, quelque peu classique, un heureux moment de bien être et de rêve. Néanmoins les chiffres parlent d’eux mêmes ; Le Monde de Narnia réalise en ce mois de décembre un nombre d'entrées conséquent ainsi qu'un record puisqu’il obtient le meilleur démarrage de l'histoire pour un film Disney en France avec 375 000 entrées . D’ailleurs Andrew Adamson pense déjà à réaliser la suite des Chroniques de Narnia !
Niveau distribution, nous sommes réellement enchantés par le jeu pétillant de la petite Georgie Henley interprètant Lucy, la sœur cadette, qui nous fait des mimiques réellement craquantes. D’autre part c’est son premier film et nous imaginons bien que ce ne sera pas son dernier. Ensuite un petit coup de cœur pour Mr Tumnus, le Faune, interprété par James McAvoy qui dégage quelque chose de magique dans sa tenue de créature mi-homme mi-bouc. Malheureusement grande déception pour l’interprétation de Tilda Swinton qu’on voit sous les traits de la terrible sorcière Jadis. Cette dernière a certes un port altier et ses costumes lui vont à ravir sauf que son jeu d’actrice théâtral est très déplacé au sein d'un film destiné aux enfants. D'ailleurs le personnage littéraire de Jadis est bien plus charismatique. Pour ce qui concerne le reste du casting, il suit son cours et n'est pas tellement remarquable.
En ce qui concerne les effets spéciaux, ils sont assurés par quatre studios de grandes renommées que sont ILM (Harry Potter et la Coupe de Feu, Star Wars), Weta Digital (King Kong, le Seigneur des Anneaux), KNB EFX Group (Sin City, Kill Bill) et Rythm & Hues (Le Seigneur des Anneaux, Harry Potter à l’école des sorciers). Le rendu numérique des animaux est très bien réalisé que ce soit leur fourrure, leur trait réaliste et le mouvement de leur bouche quand ils s’expriment. Par contre pour le maquillage de certaines créatures, cela fait un peu trop patte à mâchée. Quelques petits points négatifs également au sujet de l’incrustation trop visible de certains personnages ou même de certains décors dans le paysage de Narnia. La scène de la bataille est assez plate et la prétention qu’ont les quatre frères et sœurs à savoir se battre contre des bêtes féroces, sans avoir eu beaucoup d’apprentissage, nous déconcerte. Et cela même si nous sommes dans un monde magique !

La conclusion de à propos du Film : Le Monde de Narnia #1 [2005]

Lucie M.
45

Une adaptation trop plate à cause d’une mise en scène déjà vue maintes fois. Andrew Adamson ne nous surprend pas et on se dit qu’il n’a pas voulu prendre de risque. Même si ce film est destiné à nos chères têtes blondes on a quand même une désagréable frustration en sortant de la salle. On sait très bien que le film est produit par Walt Disney et que l’esprit moralisateur de l’écrivain Clive S. Lewis plane sur son œuvre. Pourtant la lecture des romans, même si il y a ce côté moralisateur, s’avère plus enchanteresse et le côté enfantin est réellement bien rendu grâce à certaines répliques des protagonistes. Dommage, c’est avec une réelle déception que l'on sort de la salle et même si nous sommes adulte nous avons encore besoin de rêver !

Acheter le Film Le Monde de Narnia en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le Monde de Narnia sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Les chroniques de Narnia