75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Voir la fiche Aliens Versus Predator [2004]

Film réalisé par Paul W. S. Anderson. Etats-Unis d'Amérique


41
Staff (4)41
Membres (23)66
Date de sortie au cinéma en France : 27 octobre 2004
Avec : Lance Henriksen (Charles Weyland) , Tom Jr Woodruff (Grid) , Agathe de la Boulaye (Adele Rousseau)

Aliens Versus Predator synopsis

Un industriel millionnaire finance une expédition en Antarctique au cours de laquelle un groupe de scientifiques découvrira une ancienne pyramide où se joue une lutte ultime entre un alien et un predator.

Titre Original : AVP: Aliens vs. Predator
Aliens Versus Predator fait partie de la saga Aliens Versus Predator.
Thèmes abordés dans Aliens Versus Predator : Science-Fiction , Horreur et épouvante , Créatures imaginaires et fantastiques , Séries B , Univers Futuristes / Hightech , Extraterrestres , Angoisse / Frisson / Mystère , Thriller , Action ( Guerre , Aventures, Combat)

Photos, Images, Affiches & Vidéos de Aliens Versus Predator

  • Affiche 01
  • Image 07
  • Image 08
  • Image 09
  • avp 01
  • avp 02
  • avp 03
  • avp 04

DVD / Blu-Ray de Aliens Versus Predator

Voir toute la gamme de produits

Casting de Aliens Versus Predator

Les personnalités principales et leurs rôles dans le casting

Donnez votre avis !

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »

Commentaires des membres (23)

L'avis de la communauté SciFi-Universe.

  • je reste réserver sur ce film, car je trouve qu'avec peu de moyen on arrive a faire encore des films correctes... Sincerement, je suis par 2choses 1:le manque d'hémogolobine associer a environ 1/2heure de divertissement et 2:la civière des prédators!!(pour une race évoluer...Ca fait tache quand meme!) Sinon j'ai trouver perso l'association humain et predator sympa. bref, ca aurait pu etre pousser alors vivement la suite et en attendant je vais me mater un predator premier du nom!
    moe, le 28 octobre 2004 16:40
    -

  • Bon, j'ai enfin vu ce film après des mois d'attente angoissée et mes craintes étaient justifiées. Le film commence pas mal et il y a même un moment où je me suis dit "J'ai été injuste, je m'attendait à une grosse bouse et finalement c'est sympa", et puis tout a basculé.

    Commençons par les aliens: à mon gout ce sont les plus réussis du films, même si je les trouve trop "lourds". C'est dur à expliquer, mais pour moi un alien c'est un truc leger, en chitine, pas un cuirassé qui defonce des colonnes en granit.
    Ensuite, un peu de biologie: dans Alien, quand Cain se fait infecter il survit environ 18 heures au total, il se reveille et l'alien sort metton une petites heure après, suit une période où l'alien se cache et durant laquelle il attend sa taille adulte en à peu près 6 heures. Hors dans AvP, les aliens sortent de l'hote au grand max une heure après l'infection et atteignent leur taille adulte en environ dix minutes. Ensuite viens le problème de la reine, elle est sencé mourir après une chute dans la mer gelée. Admettons que l'eau soit à -30° maximum, on voit dans Alien que les Alien peuvent survivre dans le vide spatial, soit -273°.

    Ensuite les Predators: Le vaisseau pour commencer, quand on pas de design on peut improviser, le resultat peut être bon ou pas. Mais quand on a déjà un design, on le respecte bordel! Dans Predator 2 le vaisseau a une ambiance marron/orange organique et là on se retrouve avec des couloirs noirs et blancs digne de l'Etoile de la Mort.
    Même remarque pour les masques, ils sont pas argentés, c'est pas de chance Paul Anderson aime l'argent. Autre chose, les griffes, elles étaient pas assez longues? C'etait vraiment necessaire d'avoir des griffes d'un mètre de long? Même chose pour le disque, c'etait indispensable de rajouter des lames?
    Maintenant, voyons les predators eux mêmes: on en a trois, les deux premiers sont des brêles qui meurent tout les deux tués par le premier alien (le même en plus!) qu'ils rencontrent. Le troisième par contre assure au combat, rien à redire de ce côté là, voilà un Yaut'ja comme on en attend.
    Bon par contre il est completement con et je le trouve stupidement genereux. Qu'il laisse survivre Bishop, passe encore, mais qu'il fabrique une arme pour la nana, non, non et non! et puis quoi encore? qu'il lui fasse des petits fours pendant qu'il y est! Et en plus il l'aurait laissé avec son baton ridicule en bout d'alien, mais même pas, il se la traine tout le reste du film!
    Ensuite la fin, c'etait sympa l'idée du vaisseau predaotr, mais on avait la même dans Predator 2. Autre chose horrible: le pseudo flash-back où on voit les prédators venérés sur Terre, j'ai trouvé ça completement hors-sujet. Ensuite si on s'interresse un brin aux moeurs Yaut'ja (vrai nom des predators), on s'appreçoit qu'ils sont attorés par deux choses: la chaleur et la guerre, et en Antartique, ben il y a ni l'un ni l'autre.
    Et une dernière chose que j'ai ressenti comme un sacrilège: la vision du predator: rouge et bleu c'est pas compliqué, non? C'est la marque de fabrique du predator et anderson nous revisite ça à sa sauce suivant sa sale habitude.

    Et on finis par les humains: Nous avons un bishop assez convainquant mais pas assez fourbe à mon gout, vu son statut dans ce qui va devenir la fameuse "Companie" d'alien, je m'attendais à ce que ce soit un super traitre, sachant depuis le début sur quoi il allait tomber. Eh ben non, c'est un brave crétin amoureux de la beauté scientifique.
    L'équipe est composé à 90% de ce qu'on attendait: des crétins dont le seul but est de crever dans des souffrances attroces.
    Voyons ensuite l'heroine: elle nous fait le coup classique du "je le sens pas, etc...". Elle est armée de la façon la plus ridicule que j'ai vu depuis longtemps, mais ce qui m'a le plus choqué c'est qu'on l'associe à un predator! Qu'elle le veuille, je la comprend parfaitement, mais lui? il compromet son honneur en s'associant avec le gibier.
    Viens ensuite la scène final, où elle se fait remettre une lance predator. Qu'est ce qu'elle a fait pour merriter cet honneur? Dans le 2, le type qui a tué un predator dans un combat à la loyale n'a droit qu'à un vieux pistolet et elle, elle a droit à une super lance?

    Bref, Paul Anderson nous offre ici sa spécialité: gacher des concepts géniaux avec ses idées à la noix. Le film reste regardable, mais saborde à l'aise dans la mythologie créée par ceux qui sont passés avant lui et qui eux, ont fait de l'alien et du predator des monstres cultes. Dommage
    Valérian, le 29 octobre 2004 11:15
    40

  • Après le combat de Freddy et Jason, voici des alien qui se battent contre des predators ! g pas vu tous les aliens ni tous les predators mais je trouve ke l'aspect des deux saga est bien présent dans ce film, dans l'emsemble c un bon film, je fait court en disant que c'est un bon film.
    Devil_Dartz, le 29 octobre 2004 15:54
    80

  • lorsque j'ai vu ce film , je savais qu'il ne fallait pas que je me raccroche aux détails soigneux des films précédants , c'est une autre histoire , un autre concept , a savoir que dans le titre du film , l'on ne parle que de 2 personnages , et non pas d'un 3ieme(c'est-a-dire l'équipe d'explorat°)

    Néanmoins cet ajout est nécessaire pour dévoiler la "guerre" de nos titans
    Ne vous attendez pas a voir votre personnages humains préférés sortir vivants de l'opposit°, je cite "ns ne sommes que du bétail!"dites par notre italien archéologue

    Certaines scénes peuvent être choquantes , surtout vis a vis des enfants, voir gores(cela dépend !)

    moi j'ai aimée , mais pas assez pour en être fanatique , c'est bien dommage , l'histoire est bien penser , mais j'aurai tout de même aimer qu'il y est un lien de ce film aux autres

    donc , ce film est a voir , mais ca sera pas deux fois , en tout cas a intervale trés longt, histoire d'oublier que le film est au dessous de mes espoirs
    Kmille, le 1er novembre 2004 14:56
    -

  • Rarement je me suis autant ennuyé devant un film. Les persos sont inexistants, on attend 1 heure avant que le combat commence entre aliens et prédators... combats plutôt ratés dans l'ensemble, nombreuses incohérences par rapport aux autres films mettant en scène des aliens ou des predators, passages grotesques (notamment les accents des persos), scènes qui devraient être gore et qui sont édulcorées ou mises hors champs, etc.
    Bref ce film est une bouse intégrale et j'en déconseille vivement la vision !!!!
    Aède, le 10 novembre 2004 12:33
    10

  • Dans le genre SuperMéchant vs superméchant, c'est dure de trouver un scénario valable qui les mets ensemble.
    Le côté série B du scénario est ici un choix.
    Mieux vaut éviter le pire en ne ségarant pas dans des explications interminables
    L'essentiel c'est:
    Une baston à la hauteur avec la sensation que les protagonistes vont crever l'écran.

    Ici le contrat est atteint avec des effets spéciaux qui ne se voient pas (sauf un plan large sur l'attaque d'aliens sur la pyramide)
    .Cela change des films plus ambitieux qui ressemblent à des images de jeux vidéo.
    Altruiste, le 10 novembre 2004 15:55
    50

  • alors j'ai vraiment trop bien aimé ce film.c 'est sur il ne suis pas les autres (en parlant des predator) mais pour le monsieur au discours, monsieur critique on évolue dans le temps et je trouve le décors et le personnage très bien. d'accord l'histoire est pas terrible mais il ne fallai pa en atendre moin surtout quand on voi le jeu qu'ils en ont sortis mais quand sa parle de bèbète c'est clair c'est celui qui aime qui prend mais ou sinon j'ai rien d'autres a dire et pourvu qu'ils en reface un!!!
    Gµ!§M0, le 3 janvier 2005 18:10
    80

  • Ce film ne respecte pas l'ambiance des autres films aliens et predator. Dans le film, le predator est largement maitrisé par les aliens, et ne semble plus être le chasseur mytique des films predator.
    De nombreuses incoherences sont presentes dans ce film, comme le fait que la queue de l'aliens qui tue le premier predator mesure au moins 5 metres ( c'est un detail), ou bien que les lames du deuxieme predator fondent sur l'acide (les predators n'y avaient pas pensés)alors que le couteau ou la lance en contacte directe avec l'acide ne fondemt pas. Ce n'est pas les memes matiere...
    A la fin du film, aucun predator n'a de masque, et personne ne repere que le predator mort à un predalien a l'interieur de sont corp.
    Pour finir, dans ce film, l'embryon humain sort de l'hote au bout de minutes, alors que celui du predator mais 2 heures à sortir.
    Cela reste un bon film, mais qui ne dépasse pas l'ambiance angoissante des films sorti dans les années 80.
    Funpredator, le 25 avril 2005 10:14
    20

  • j'ai vu ce films au moin 6 fos et je m'en suis jamais lasser. les effet speciaux sont meilleurs que les deux series,l'histoire se laisse regarder et on en apprend plus sur les PREDATORS.Pour les personnes qui se plaignent de ne connaitrent aucun acteurs dans ce film,je leurs rapellent que c'étais pareil à la sortie du premier ALIEN.Le seul petit ennuie c'est la gestation des aliens et le manque de gore.La fin laisse des chances de nous faire voir une suite et c'est pour ça que je félicite Paul Anderson d'avoir fait un film au qualités irreprochables (en un temps record!).
    Snake Arcane, le 4 août 2005 18:57
    80

  • étant un fan de la saga alien et celle de prédator je trouve que la rencontre de ces deux mythes est incroyable.Je vous conseil d'aller le voir trés vite
    djkl, le 28 août 2005 09:01
    90

  • bien réalisé c'est tres beau, mais l'histoire n'est pas respectée et dommage que les 2 premiers prédators soient des breles
    viper1, le 28 septembre 2005 15:51
    90

  • cest un bon film mais j ai été vraiment décu car je mattendais a un ultime combat entre les deux soi disant "superméchant" bon.... sinon cest pas mal mis a pars que les deux autres prédators sont des bouses parcequil ne sont meme pas restes 10 minutes dans le film ...
    nion, le 10 novembre 2005 13:23
    50

  • Pour la note j'ai mis 1 parce qu'il n'y avait pas le zero.

    Et zero c'est tout ce qu'il mérite.

    Paul Anderson en bon tacheron du cinema viend de reduire en boullie deux exelente licences de la SF. (en un seul film, c'est là que reside le seul exploit de ce film).

    Le scenario est d'un débile rarement égalé et l'ambiace des deux sagas n'est absoluement pas repectée.

    L'origne des prédators, des E.T. adorés comme des dieux par les touts petits humains, bonjour les goa'uld et le plagiat de la série stargate (Ils vont même jusqu'a construire de pyramides pour leurs Dieux/ET).
    oleg, le 13 décembre 2005 08:49
    10

  • Bon ! Mettons les choses au clair ! Ce film est génial dans son intégralité ! Je lis les avis des internautes et honnêtemment ils ont abbusés ! Pour commencer, le film est certainement le meilleur ( dans la série Predator et un tout petit peu Alien )! Pour suivre, il faut savoir que ceux qui sont déçus par le film parcequ'ils se sont imaginés autre chose, tant pis pour eux ! Quand même, le film est plein de supers effets spéciaux même si il n'ait pas très gorre ! Et d'ailleurs pourquoi le prédator devrait à chaque fois tuer les humains ? Ce film c'est Alien VS. predator et pas Humain Vs. Predator. De plus on a vu les deux premiers Predator crever lamentablement et le dernier ne s'est pas confronté dans un face à face avec Alien ( imaginez un peu ce qui se serait passer ) si les deux premiers sont mort en moins de dix minutes le 3ème ne va pas avoir plus de chance et donc il a besoin d'aide si il ne veut pas mourrir et il y a une morale dans ce film : la morale est que on a besoin toujours d'aide pour finir une action quelconque ! De plus ce film rattrape très bien le navet complet de Monsieur Jeunet alias ALIEN RESURRECTION ! Et ceux qui sont pas content n'ont rien à dire et ce film mérite au moins 15/10 !
    predator vs. alien, le 22 avril 2006 11:18
    100

  • Il faut jouer au jeu vidéo pour connaitre le plaisir d'incarner les trois races. Hélas, là où ça pèche vraiment c'est que dans le jeu ce ne sont pas de vulgaires péquins mais des marines du futer surarmés. Ce film manque donc paradoxalement de testostérone sans doute pour rendre hommage à Ripley... et au public féminin de ce film (non je rigole).
    Par contre je pense que tous les fan du prédator apprécieront, personnellement je ne me suis amusé que lorsque l'alliance humain/prédator a lieu. C'est inédit et j'ai trouvé ça très jouissif. Et puis, pourquoi le gros monstre rasta humanoïde serait-il insensible aux charmes de la belle... vous savez comment ils se reproduisent vous les prédators ?
    Roro, le 23 août 2006 16:14
    70

  • bon perso je suis fan de la bd (g tous les numeros avp, predator , alien and co) pour moi ce film n'est ni excellent ni "pourri" bref il ne merite pas le mal que la presse en dit. pour les predators le design du vaisseau est imposant et nouveau pour la bonne et simple raison qu'ici on a à faire a un vaisseau mère d'un clan yautja, l'arsenal des pred est simple mais efficace meme si on regrette l'absence de disque, la vision infrarouge n'est pas forcement celle des pred ici on est au cinema et la camera subjective sert a donner une idée de ce que voit les pred(a noter que les animaux doué de vision thermique ne la voit pas en couleur mais en noir et blanc) bref l'utilisation des derniere camera thermique est honnete! les predator se debarrasse des humains car ils sont entre eux et leurs cibles(certains puristes diront que les pred tue en camouflage optique ce qui est interdis par leur codes d'honneur, mais ici les humains ne sont pas les proie juste des élément perturbateur et ne sont donc pas soumis au code)
    coté combat dans la bd peu de predator sont efficace en combat singulier contre des aliens mais ça existe, je trouve que le deuxieme predator(le celtic) se defend pas trop mal meme si ça mort est a pleurer de rire, le troisieme quand a lui decoupe la tete d'un alien mais pas de quoi fouetter un chat apres un coup de plasma et il fait le menage(facile!)
    apres si les predator s'entraine en antartique c parce que il n'y a pas bcp d'humain et que leur activité n'eveille pas les soupçons! apres la relation avec la "nana" ne vaut pas un clou cette ersatz de "mashiko nogushi"(celle de la bd) ne tiens pas la route une seconde il faut savoir que dans la bd machiko qui vit parmis les yautjas peut rivaliser avec un en duel, alors que la pauvre actrice ne pourrai meme pas se battre contre un chien loup!
    mais c sympa d'y avoir pensé les fan de la bd se sont rappellé de bons souvenir! apres les aliens qui se dévelloppe tres vite et bien c normal en effet un alien met entre 30min et 4 jour a se devellopper dans son hote ça depend de l'hote de son age de son espece, apres sa naissance il peut devenir adulte en 1H si la nourriture est abondante bref c pas bien grave s'il gradissent si vite le grid alien tue un pred en camouflage optique et c normal car le camouflage des pred ne les dissimule pas au yeux des xenomorphes, la reine alien est tres bien faites elle bouge bien(merci la 3d)et le combat contre le couple pred/humain est assez sympa(surtout quand un pred fait un saut de 8m de haut pour lui planter son combistick a travers la tete)
    bref se film meme s'il ne captive pas tant que ça a le merite de reunir les monstres de deux franchises du cinema, avec un faible budget Paul W.S.anderson s'en sort pas mal avec de bon effet spéciaux et une histoire...qui se deroule!
    pour moi c un film divertissant qui merite sa place parmis les predators(le 2eme est pas terrible) et aussi parmis les aliens car le quatrieme est vraiment tres moyen) bref pour moi dans la franchise alien/predator avp n'est pas le pire les pred gagne en dynamisme et les aliens retrouve une reine qui merite son nom!
    un film a voir si on a aimé les precédant qui enrichit l'univers et pour ceux qui le souhaite on peut trouver la bd sur le net/ou en librairie sur ce bonne soirée a tous en attendant une suite plus poussée de ce film!
    yhan, le 28 octobre 2006 15:55
    60

  • Il y a trois choses à dire sur ce film:

    -il est super, bonne ambiance, action... Mais il ne faut pas tenir compte des alien et predator

    -il est pas très gore et c'est ce qui fait que certains déccrochent. C'est vrai que je m'attendais à beaucoup de sang vu que les deux créatures étaient réunis...

    -Il est le meilleur des alien et des predator.

    Le point très négatif qui a fait que beaucoup de gens sont déçu ou déteste est: un alien a tué sur 3 predator, deux dont le chef, celui avec son masque bizarre. Et l'autre predator résiste, arrive à survivre et meme il vit encore un peu après s'etre pris des coups de queue et un qui lui a transpercer le ventre par la queen. C'est exagéré.

    Sinon, dans sonensemble, en therme de film d'horreur-fantastique, il est bien mais il aurai pu etre meilleur!!!!
    Jijy, le 23 décembre 2007 19:51
    70

  • J'ai trouvé ce Alien VS Prédator très bien. La fin du film augure une suite et j'espère qu'il y en aura une.
    Claude CEGEHEL, le 30 décembre 2007 12:22
    90

  • Une histoire très bien trouvée (rituel sur terre, les humains dans tout ça) même si le scénario est assez brouillon et les personnages un peu tartes avec des dialogues pas terribles. Mais quand on voit les deux monstres se battre avec ce mélange de robots, de costumes et d'effets spéciaux( qui ne sont pas beaucoup présents), on est en extase! Un bon film!
    le Joker, le 2 novembre 2008 16:44
    80

  • A l’heure où on voit circuler des informations douteuses sur les créatures de l’espace ( entre autres un Predator 3 qui serait un remake du premier, et un Alien 5…), il n’est pas inutile, avec le recul, de se pencher sur le film qui a relancé les deux franchises, n’en déplaisent aux fans, pour ne pas dire aux fanatiques… Et ce film, c’est bien sûr Alien vs. Predator.

    On a entendu des choses assez désobligeantes sur ce film, ainsi que, et surtout, sur les protagonistes qui l’ont monté. Arrêtons tout de suite ce mitraillage en mettant les choses au clair.
    AVP ne serait qu’un pur produit marketing tout droit sorti des cervelles des patrons de la Fox qui ne voient que des billets verts. Certes, le propre des studios est de vouloir gagner de l’argent, pas de contribuer en premier lieu au bonheur des fans et à la beauté de l’art pour l’art. D’ailleurs, quand New Line a confié l’adaptation du Seigneur des Anneaux à Peter Jackson, l’intention n’était pas différente… Néanmoins, on ne peut résumer AVP à un baril de lessive qui lave plus blanc que blanc, et ce pour deux raisons :
    _ Alien ou Predator ont été des succès, mais n’ont jamais été des ras de marée où les dollars pleuvaient à gogo. Predator 2 a eu un petit succès, Alien 3 s’est planté, la Résurrection est rentré dans ses frais, sans plus, surtout grâce au marché français, JP jeunet oblige. D’ailleurs, AVP lui-même est rentré dans ses frais, sans décrocher la grosse timbale.
    _ Contrairement aux deux Predator et aux deux derniers Alien, Alien vs. Predator est… un film d’auteur ! Oui, j’en entends déjà qui sourit, qui rit, il n’empêche, Paul W.S. Anderson est responsable à 100% de son film, réalisateur certes, mais aussi scénariste et concepteur global de l'histoire. On peut bien sûr le critiquer pour le résultat obtenu, mais certainement pas remettre en doute son intégrité artistique. Oui, Paul W.S. Anderson est un artiste, au même titre qu’Orson Welles… ou Edward D Wood jr.

    Ainsi donc, AVP n’est pas un film à tiroir caisse ( ce n’est pas un film à tiroir non plus direz vous…). Si la fox avait voulu se faire de l’argent facile, le studio aurait fait le film plus tôt, sans se préoccuper du moindre soucis de cohérence ou de qualité. Il n’en est rien. La franchise AVP est née avant même Predator 2 et la fameuse scène du crâne de xénomorphe au mur, et il a fallu attendre 14 ans pour qu’elle débarque sur les écrans. Ils n’ont même pas fait ce film après l’échec financier de Alien 3. Non, ils ont fait Alien Resurrection, où Jeunet s’est contenté de la mise en scène, et il a fallu attendre encore sept ans. Non, on ne peut pas dire qu’AVP soit un projet fait en soit dans la précipitation pour l’argent.
    On appréciera donc ou pas le résultat, mais Paul W.S. Anderson est un cinéaste intègre qui a fait le film qu’il voulait avec un petit budget ( le même que Jurassic Park sortit 10 ans plus tôt. Aujourd’hui, 65 millions de dollars n’est rien quand on en dépense 200 pour T3, ou 300 pour Spiderman 3).
    Le grand mérite qu’on peut lui reconnaître est de s’être approprié les deux mythologies et de s’être détaché de ce qui existait déjà, à savoir les comics et les jeux vidéo, pour créer une œuvre propre à son auteur et qui soit cohérente avec les œuvres préexistantes d’autres artistes. C’est une démarche d’une grande maturité, n’en déplaisent à ceux qui pensent que les artistes doivent être au service des fans et doivent pondre pour le coup un pur produit marketing qui répondent à leur attente, sans la moindre personnalité qui risquerait de les froisser. Et oui, les intégristes ne sont pas les amis de l’art, mais les complices du marketing !

    Ainsi donc, Paul W.S. Anderson avait deux options. Soit faire de ce crossover une suite, soit en faire une préquelle. Il a laissé le champ libre, consciemment ou non, aux éventuelles suites d’Alien 4, ce qui n’empêche d’ailleurs pas non plus des suite à Predator 2. Là où les comics et les jeux amenaient des predators dans un univers très Alien, Paul W.S. Anderson surprend en plaçant des aliens dans un univers Predator, à savoir un film contemporain, voire légèrement d’anticipation ( Predator 2 sorti en 1990 se passe en 1997, l’action d’AVP se déroulant quelques mois après la sortie du film). Et si c’est tout à son mérite, c’est bien ce que la plupart des fans( ?) lui reproche. Pour eux, c’est évident, un Alien doit se passer au XXIIIème siècle dans l’espace, sur une planète colonie où des marines se font dézinguer ! Evidemment ceux là en sont pour leur frais ! Cela fait-il d’AVP un mauvais film pour autant ? Non ! Il suffit qu’il soit cohérent avec le reste des films et n’empêche pas le Huitième Passager d’être Alien 1. Et justement, le scripte d’Anderson est respectueux de cela. Comment ? Mais c’est bien simple !

    En regardant le film de Scott, des indices sont parsemés qui laissent à penser que la compagnie Weyland-Yutani ait connaissance du xénomorphe ( sans le connaître très exactement). Le Nostromo a été dérouté exprès de sa route de retour sur Terre pour répondre au ‘signal de détresse’ sur LV 426. Le médecin original qui devait travailler avec l’équipage de Dallas a été remplacé à la dernière minute par Ash ( dont personne ne sait que c’est en fait un robot), qui fait tout pour que la navette se pose sur la planète et qu’une équipe aille dans le vaisseau des ‘pilotes’ ( non ce ne sont pas des Predators). D’ailleurs c’est lui qui fait entrer la bête, et alors qu’il voit Kane se faire implanter, il refuse de bouger et ne fera rien le reste du temps, sauf à vouloir empêcher les survivants de se débarrasser du monstre. La compagnie a donc tout organisé avant le départ du Nostromo pour que celui-ci ramène le xénomorphe, en envoyant expressément un androïde pour mener à bien le vraie mission. C’est donc que la compagnie avait connaissance avant cela de l’existence d’une telle créature. Il n’est donc pas complètement idiot de réaliser une préquelle à Alien, et pourquoi pas sur Terre. Le tout étant que ce film ne débouche pas sur un apocalypse où tout le monde se retrouverait au courant de l’existence du monstre.
    Le scénario, ainsi, nous introduit l’une des composantes de la compagnie, Weyland industries, qui fait connaissance du xénomorphe, sans que cela corrompt la suite des films. On ne peut donc rien reprocher au cinéaste à ce niveau là.

    Le scénario tend donc la perche à la saga alien, mais est-il bon pour autant ? Au fait, qu’est-ce qu’un bon scénario ? Un scénario est une structuration dramatique d’un sujet. De fait, le sujet d’AVP n’est pas mauvais. Des humains trop curieux et trop avides se précipitent sur un hot spot où ils espèrent tirer quelques profits ( rengaine des films alien) qui se révèle en fin de compte un piège où de jeunes predators viennent chasser de l’alien pour qui les humains sont des incubateurs. Et un jeu de massacre s’en suit. Celui qui survit a gagné ! Ce n’est pas là un sujet plus bête que nombre d’autres films qui ont des ambitions intellectuelles ( ce que Paul W.S. Anderson n’a jamais soutenu). Il y a un nombre d’éléments à mettre en place : découverte du phénomène, montage de l’expédition, découverte de l’équipe, préparation des chasseurs, rencontre avec le phénomène, et fermeture du piège. Tout ses éléments sont bien présents et s’enchaînent. Comme tout film catastrophe, une mise en place de l’intrigue prend une place importante. C’est d’ailleurs l’un des reproches les plus courants fait au film : il ne se passe pas grand chose pendant la première moitié du film. Il est vrai qu’une partie du public d’aujourd’hui est absolument impatient de tout voir tout de suite. Pourtant ce choix délibéré ne va pas dans le sens contraire des deux sagas.
    Alien Resurrection avait pour le moins un scénario bizarrement écrit ( alors que le sujet est excitant et qu’il regorge de bonnes idées), Alien 3 aussi, mais vu la genèse du projet, on ne s’en étonnera pas, enfin Predator 2 est un film policier avec des scènes de crimes qui nous présente le tueur tout de suite. Toutefois, Alien, Aliens et Alien vs. Predator ont en commun une structure narrative semblable, à savoir que l’intrigue est scindée en deux partie, une première partie exposant la situation, jusqu’à un point précis où les éléments se rencontrent, avant de basculer dans un second acte où les paroles font place à l’action. Ainsi, pour le huitième Passager, il faut attendre une demi-heure pour voir le face-ugger sortir de son œuf, puis une demi-heure pour qu’ait lieu l’expulsion thoracique, après cela on aura droit à une deuxième heure démente de chasse au cafard à travers le Nostromo. De même pour Aliens. Dès lors, comment peut-on objectivement jeter la pierre à Paul W.S. Anderson pour son introduction ? Rappelons que pendant cinquante minutes, il ne se passe rien chez Cameron non plus ! Il faut attendre presque la moitié du film pour voir (si on peut dire…) un alien dans le complexe colonial, avec une fusillade d’enfer. Il en va de même pour Predator où il faut attendre pour voir une fusillade, où la présence du monstre est à peine suggérée. Predator, maître étalon du genre survival, plonge vraiment dans la chasse à l’homme dans sa deuxième partie, comme d’ailleurs les Chasses du Comte Zaroff. Aussi en va-t-il ainsi d’AVP, ce qui est un choix qui n’a rien de répréhensible en soit.

    A ce propos, cette première partie est loin d’être dépourvue d’action : la découverte du village de pêcheurs, la découverte de la pyramide après la descente aux enfers à travers un gouffre mystérieux, l’arrivée des Predators, le réveil de la reine…C’est finalement cette partie qui scénaristiquement est la plus riche, car le gros défaut du scénario, et par là-même du film, c’est que la film est coupé en deux, avec une scène centrale capitale, et que cette scène passée il ne se passe plus grand chose ! On a une impression de vide, toutes les bonnes idées mises en place ou présentées passent à la trappe. Quarante minutes se sont écoulées pour avoir droit à un combat homérique entre aliens et predators et puis plus rien ! Un predator se fait tué sans rien avoir fait dans le film, puis un deuxième passe de vie à trépas au court de son combat contre le même grid alien. Pourquoi trois predators si un seul survit pour la deuxième partie ? D’ailleurs celui-là ne fait pas grand chose à part découper un face-ugger et un alien.

    L’un des points curieux est la motivation des predators. Ils viennent chasser l’alien, mais passent leur temps à courir après leur sèche cheveux à plasma ! D’ailleurs Scar ne sait pas faire grand chose sans son canon !
    Si le sujet n’était pas mauvais, si la première partie du scénario était classique, le gros problème du film, c’est donc bien que le reste du film s’enfonce dans une course poursuite où le seul but est de sortir de cette fameuse pyramide. Que ce soit le but des humains, cela est bien normal, mais que ce soit celui du Predator rescapé, ça n’a pas de sens ! Il aurait donc fait tout ce chemin uniquement pour couper une tête et balancer trois rasades de plasma ? Comme guerrier dont la chasse est le pivot central de sa culture c’est un peu limite !

    Heureusement, cette frustration sera compensée par un flash-back absolument grandiose et un final ébouriffant.
    Ces deux éléments sont la démonstration que Paul W.S. Anderson sait faire preuve de talent ( Event Horizon l’était déjà, sans doute son meilleur film). C’est un faiseur d’image capable de créer des plans grandioses, même si hélas ils ne portent pas le film sur toute sa durée. C’est une qualité qu’on doit lui reconnaître à l’heure où le moindre tâcheron passe pour un génie quand il balance sa caméra comme dans une essoreuse. Triste époque que celle où il ne faut pas montrer d’image pour être un grand cinéaste ! Justement, AVP est gorgé de très beaux plans, ne serait-ce que celui ouvrant le film, où on croit voir une reine en apesanteur, le travelling arrière à partir de la Lune pour découvrir les masques des chasseurs, la reine congelée qui sort de son sommeil électrocutée, les ombres chinoises lors du combat entre grid et Celtic...
    Hélas, si c’est un faiseur d’image, il ne sait pas trop quoi en faire pour raconter une histoire. Le scénario prend le temps de présenter les personnages, mais on sait finalement peu de chose sur eux et on ne s’y attache pas. Qu’ils meurent, on s’en fiche ! Dès lors on croit que les acteurs sont mauvais, mais non, c’est leurs personnages qui sont mal traités :
    _ Sanaa Lathan joue une pro de la glace, mis à part la voir trois secondes grimper une falaise, elle ne le démontre pas. Surtout, elle est une équivalente de Ripley, elle joue la femme dure, monolithique, elle en oublie d’être sympathique, elle est même franchement antipathique.
    _ Lance Herisken (toujours excellent !) joue un Charles Bishop Weyland dont les motivations ne sont pas clairement exposés. On sait peu de chose sur lui. Ce n’est qu’à travers un plan furtif en hélicoptère où, sur la première page d’un magazine on apprend qu’il est pionnier de la robotique. Bonne idée, mais ça passe complètement inaperçu.
    _ Il y a un archéologue italien qui n’a plus de financement, oui, mais comme on sait pas ce qu’il cherche au juste, on s’en fiche !
    _ Agathe de La Boulaye campe on ne sait qui ( un commando féminin ?) aux répliques cinglantes, mais sa présence lumineuse à l’écran est bien trop courte.
    Malgré de bonne idées, le film échoue à nous emporter entièrement par son traitement des personnages, et en particulier les personnages principaux, à savoir les créatures.

    Les aliens ne sont pas mauvaisement traités. Ils ne sont plus vu comme une émanation de la Mort, un croquemitaine, mais juste comme des animaux. En allaient-ils autrement pour Aliens ? Ce n’étaient que des marionnettes suspendues et dégommées par les marines, ou écrasées à fond de cinquième par Ripley. Pourquoi en vouloir à Anderson de ne pas en faire un ange de la Mort comme Fincher ? Si le cycle de développent des aliens n’a pas une durée claire ( problème de notion du temps à l’écran…), Paul W.S. Anderson rend en revanche un vibrant hommage à leur reine. Ligotée dans un simple rôle de pondeuse par les predators, elle s’évade pour montrer qu’elle est une des plus redoutables créatures de la galaxie. Son apparition finale est impressionnante, et son combat contre le Predator, où elle est en furie tel un T-Rex, vaut de rester dans son fauteuil jusqu’à la fin. C’est d’autant plus vrai que les effets spéciaux sont remarquables et font des aliens, des poupées de mousse plus vraies que certains acteurs.

    Ce n’est hélas pas le cas des predators, et c’est bien là la plus grande faiblesse du film.
    L’idée d’en faire des dieux n’était pas mauvaise. Pour ceux qui croient que ces dieux venus des étoiles et qui font construire des pyramides à leur gloire sont honteusement pompés sur Stargate, ils ont bien tort. Paul W.S. Anderson, ne copie pas Roland Emmerich, il s’inspire tout simplement de la même source, à savoir l’Histoire non orthodoxe de Graham Hancock et consort, qui dit que la civilisation est bien plus ancienne que ce que nous en dit les scientifiques, où l’on trouve le mythe de l’Atlantide ( l’Antarctique pour certains, d’ailleurs l’un des personnages fait référence à une fameuse carte du XVIème siècle indiquant l’emplacement de l’Antarctique sans glace, trois siècle avant sa découverte), et des extraterrestres ayant inspiré les premiers dieux… Ca vous rappelle pas AVP ?…
    Tout cela est bien joli, mais ceci mis à part, les predators sont complètement ratés ! Le studio ADI travaille depuis longtemps sur les aliens, leurs premiers predators ne furent pas aussi réussis que ceux de Stan Winston. Leur look a quelque chose de balourd, avec des gros biscottos, une démarche de catcheur bodybuildé… Question interprétation, Ian Whyte échoue là où Kevin Peter Hall avait réussi à donner une vraie vie au monstre. Passe encore pour leur armure ‘grand froid’ loin du filet de pêche d’origine, mais quel drôle d’idée de les avoir dotés de canon plasma aussi énorme ? Surtout pour l’usage qu’ils en font ! Une fois démasqué, Scar a une drôle de tête. Ses mandibules ne bouge pas avec grâce, la peau qui les relie est bien trop épaisse ( elle ondule !) et ses yeux où l’on voit trop de blanc ont tendance à loucher.
    Passons sur le look, le plus dramatique est leur absence total de talent à la chasse. Celtic livre un combat central contre grid en étant bien lourdingue. D’ailleurs il se fait tué sans trop résister. Quant à Scar, il n’a qu’une idée, récupérer son canon. Après ça ? il se sauve ! Encore fait-il ami-ami avec l’alpiniste qui a embroché un alien. Et là, on a du mal à digérer. Qu’il ne la tue pas, soit : il n’avait rien contre elle, si ce n’est récupérer son arme, il n’est pas là pour la chasser, et elle a droit à son respect pour avoir tué un xénomorphe. Mais de là à s’allier avec elle dans sa lutte ? Une métaphore du cinéaste nous réservant le refrain l’union fait la force, les ennemis d’hier sont les amis d’aujourd’hui, on peut toujours compter sur ses amis en cas de besoin…, et je ne sais quoi d’autre ? Certes, mais le ciment manque cruellement d’ingrédients et de temps pour prendre. Le cadeau final est bien plus justifié dans la mesure où elle combat au côté de Scar contre la reine, elle a donc droit à son trophée. En revanche, le voir faire de la luge avec elle, propulsé à travers le tunnel et courir au milieu des flammes est proprement ridicule.
    C’est bien ce traitement des predators qui plombe le film, dont le niveau aurait pu être plus élevé avec une deuxième partie moins plate.

    Côté technique en effet, le film n’a pas à rougir. Cette co-production canado-germano-tchèque, réalisé à Prague par un Anglais avec des acteurs italiens, français, scandinaves (où sont donc les américains derrière ce film ?) est un miracle de spectacle pour une si petite somme : 10 millions de moins que Alien Resurrection. Les effets spéciaux sont de grande qualité, de même que les décors très variés. Ceux-ci souffrent cependant d’une utilisation outrancière de motifs alien ou predator (masque, face ugger, chestbuster…), qui donne parfois l’impression d’être dans un parc d’attraction. Quant à la photographie, d’un bleu très froid, elle met bien en valeur les créatures, mais en éclairant un peu trop le décor, les images ne donnent dès lors plus l’impression de claustrophobie recherché.

    En somme, pour tirer une conclusion, bien entendue non définitive, disons que le film, vu au cinéma sans grand espoir de voir un chef d’œuvre, a surpris agréablement. Ce n’était pas le naufrage attendu, mais bien au contraire un budy movie sans prise de tête avec des scènes très rythmées, un spectacle honnête sans prétention.
    Avec le recul, ce film laisse une impression d’œuvre inachevée qui aurait pu ( dû ?) être meilleure. De très bons éléments, une évidente énergie et volonté de bien faire, des plans magnifiques, un superbe combat central, une fin ébouriffante. Mais aussi de très mauvaises choses, une seconde partie vide, des predators balourds, des scène ridicules, des dialogues histoire de faire causer des personnages qui auraient dû se taire…
    Reste un sentiment mitigé de n’avoir vu ni un chef d’œuvre, ni un nanar, mais un essai de film en attendant autre chose. Et si cet autre film n’était autre qu’une version longue de cet élément central qui mérite à lui seul la vision du film, cet apocalyptique ellipse où des dizaines de milliers d’aliens gravissent une pyramide défendu par un seul Predator, jusqu’à la chute inéluctable ?
    Cette scène grandiose n’est elle pas une critique du cinéma où le fan, seul contre l’armée des gens d’Hollywood, n’a d’autre choix que de se consumer, faute de pouvoir faire le grand film qu’il veut…
    Nous attendons tous le grand AVP que aliens et predators méritent, mais a-t-il seulement la chance de voir le jour, les films ne justifiant pas l’investissement nécessaire par leur succès modeste. D’autant que le concept même d’un film muet, où les seuls personnages sont des extraterrestres, n’est pas a priori une formule à succès.
    Gageons que le succès de WALL.E, muet et joué par des robots, démontre que le public est prêt à recevoir un tel film…
    guitou, le 13 mars 2009 11:54
    50

  • L'un des meilleur films au monde.
    Ray, le 11 juillet 2011 13:09
    100

  • Paul W. S. Anderson est un réalisateur incompris. À l'instar de Roger Corman dont les œuvres à petit budget étaient traitées comme une insulte faite au septième art, Anderson nous propose régulièrement des productions efficaces et sans prétentions. Aliens vs Predator ne cherche nullement à égaler l'excellence de la saga Alien mais à nous offrir un divertissement simple et sans détour. Je tiens à rappeler que le film Predator aussi culte soit-il baigne totalement dans la série B en nous racontant les pérégrinations de mercenaires stéréotypés en proie au méchant vilain pas beau chasseur extraterrestre. Le film d'Anderson ne nous épargne lui non plus aucun cliché, avec ses humains dénués de QI, ses Aliens sans finesse et ses Predators puériles. Néanmoins comme souvent avec ce réalisateur la sauce prend grâce à d'excellents effets spéciaux et à une réalisation fluide, sans surenchère. Anderson n'est pas un génie mais ce qu'il fait il le fait en général avec justesse. En conclusion Aliens vs Predator n'est pas un grand film mais s'avère bien plus convainquant que nombre de films de monstres actuels.
    G7K, le 14 mai 2013 00:48
    80

  • Paul W.S. Anderson est un réalisateur mal aimé et pourtant ses séries B ne sont pas aussi indigestes que ce que l'on veut bien nous faire croire. Alien vs Predator fait partie de ses bonnes séries B, avec une bonne réalisation, bénéficiant d'effets spéciaux solides et d'un scénario astucieux qui exploite convenablement le mythe de ces deux monstres cultes. Les acteurs ne brillent pas particulièrement mais le film fonctionne sans accrocs et se savoure avec plaisir, en particulier si on aime Alien et Predator.
    G7K, le 23 novembre 2016 02:34
    80

Autres films du même auteur Paul W. S. Anderson

  • Voir la fiche Event Horizon, le vaisseau de l'au-delà [1998]
  • Voir la fiche Resident Evil : Retribution [2012]
  • Voir la fiche Soldier [1998]
  • Voir la fiche Death Race : Course à la mort [2008]
  • Voir la fiche Resident Evil : Afterlife 3D [2010]
  • Voir la fiche Les trois mousquetaires [2011]
  • Voir la fiche Resident Evil [2002]
  • Voir la fiche Mortal Kombat [1995]

Autres films de la même oeuvre Aliens Versus Predator

  • Voir la fiche Aliens Versus Predator : Aliens vs. Predator Requiem [2008]

Informations complémentaires sur Aliens Versus Predator