75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Les Derniers Jedi
Les Derniers Jedi >

Critique du Film : Les Derniers Jedi

Avis critique rédigé par Bastien L. le vendredi 15 décembre 2017 à 0830

Rian Johnson ne fait qu'un avec la Force

Critique de la version 3D. Cette critique spoile le premier acte du film. Vous voilà prévenus !

Star Wars est un peu l'alpha et l'omega du blokbuster. Après ses deux trilogies en 1977 et 2005, George Lucas a vendu son bébé à Disney en 2012. La firme aux grandes oreilles a alors décidé de transformer cette franchise de films indépendants (les plus chers de l'histoire quand même !) en une franchise exploitée à un rythme industriel au cinéma. Le dernier né, Les Derniers Jedi, est en cela évidemment très attendu.

La stratégie de Kathleen Kennedy (productrice et gérante de la franchise) est de confier les films à des réalisateurs assez jeunes biberonnés à Star Wars (avec une inclinaison assez forte sur la première trilogie). Le Réveil de la Force fut plutôt bien accueilli malgré des réserves sur son manque d'explication globale et son aspect remake plus ou moins prononcé. Néanmoins ce fut un triomphe au box-office, tout comme l'excellent et bien plus abouti Rogue One de Gareth Edwards. Pour l'épisode VIII, Rian Johnson a été choisi pour poursuivre la saga, notamment grâce à son travail sur le très sympathique Looper, thriller SF avec des gros morceaux de voyages dans le temps dedans. Une épreuve prise à bras le corps par le cinéaste américain qui est aussi scénariste dans une histoire voulue bien plus ambitieuse. Rian Johnson a par ailleurs su se montrer très satisfaisant aux yeux de Kennedy et de Disney car on lui a confié la préparation d'une nouvelle trilogie avant même la sortie des Derniers Jedi. Un beau cadeau, quand bien même on sait à quel point les réalisateurs Star Wars sont facilement éjectables ces derniers temps...

L'histoire des Derniers Jedi début vraiment juste après Le Réveil de la Force avec deux situations importantes : Le Premier Ordre dirigé par le Leader Suprême Snoke (Andy Serkis), secondé par son apprenti Kylo Ren (Adam Driver) et le général Hux (Domhnall Gleeson) s'apprête à exterminer les bases de la Résistance après la destruction de Starkiller. La Princesse Leia (Carrie Fisher), le pilote Poe Dameron (Oscar Isaac), son droïde BB-8 ainsi que le stormtrooper renégat Finn (John Boyega) vont sentir la violence du Premier Ordre s’abattre sur eux et devoir lutter pour éviter de disparaître alors qu'ils représentent le dernier espoir de la galaxie. En parallèle, la jeune Rey (Daisy Ridley), douée de la Force, Chewbacca (Peter Mayhew et Joonas Suotamo) et R2-D2 (Jimmy Vee) sont parvenus à retrouver Luke Skywalker (Mark Hamill), dernier maître Jedi exilée pour une raison inconnue. Rey veut que Luke la forme à devenir une Jedi capable de sauver la galaxie, mais il refuse et s'enferme dans un mutisme faisant brûler d'impatience la jeune femme. Leia, Poe, Finn et Rey vont donc devoir faire le maximum pour trouver des solutions face à un péril gigantesque tandis que les mains de Snoke s'apprêtent à dominer définitivement la galaxie. Mais l'espoir peut aussi résider en la personne de Ben Solo/Kylo Ren, dont l’obédience demeure incertaine malgré ses cruautés passées...

Les Derniers Jedi est le Star Wars le plus long jamais produit, lui permettant d'avoir un scénario bien moins linéaire que celui du Réveil de la Force. Rian Johnson a donc pu donner la profondeur nécessaire à son film, qui permet enfin de mieux comprendre les enjeux galactiques tout en restant bien concentré sur les héros. Le film s'avère aussi spectaculaire en ce qui concerne les actions de Poe ou Finn ou plus intimiste quant on s'intéresse aux relations entre Luke et Rey ou aux introspections de Kylo Ren. Le film mélange ainsi parfaitement l'épique et l'intime, offrant à beaucoup de personnages une bonne épaisseur et des changements de psychologie appréciables. Sans trop en révéler, le film s'avère véritablement un voyage pour tous les personnages principaux dont les actions sont souvent surprenantes les rendant bien plus attachant. Le scénario n'idéalise jamais les personnages n'hésitant pas à nous surprendre et donner quelques coups de pied dans la fourmilière. Les différentes péripéties s'enchaînent avec un malin plaisir dans un film vraiment généreux où l'on apprécie surtout que les personnages ne soient pas sacrifiés sur l'autel de l'action, grandiose par ailleurs.

Une des principales peurs avant de voir le film était de se retrouver avec ce sentiment d'un remake déguisé de L'Empire contre-attaque, et le sentiment n'est pas totalement effacé pendant le film même si l'on sent que Rian Johnson en joue quand même beaucoup. On a le droit, comme dans l'épisode 5, à la contre-attaque implacable du Premier Ordre et la formation d'un nouveau Jedi qui doit s'affranchir de l'obscurité tout en voulant aller sauver ses amis... Mais cela s'explique par la fin de l'épisode précédant dont on ne peut complètement s'affranchir, et c'est globalement moins gênant que pour Le Réveil de la Force. On apprécie beaucoup plus les thèmes exploités par le film qui parle évidemment d'espoir, d'harmonie entre les êtres vivants en présentant une belle facette de la lutte entre le bien et le mal en démontrant vraiment les zones de gris qui existent comme le prouvent les personnages de Kylo Ren, Luke Skywalker et surtout le personnage du voleur/craqueur DJ (Benicio Del Toro) à l'origine d'une des meilleurs scènes du film.

Malheureusement le film n'est pas sans défauts à commencer par son humour qui fait rarement mouche et paraît parfois trop forcé. On sent que le film se force parfois à être un divertissement familial en insufflant un bon esprit qui n'est pas toujours raccord avec l'intrigue. Quelques gags fonctionnent néanmoins... Cela démontre aussi à quel point le film a du mal à se démarquer de quelques réflexes d'un blockbuster lambda que ce soit dans cet humour en forme de soupape ou encore quelques dialogues clichés. A ce niveau ce sont les personnages de Finn et Rose (Kelly Marie Tran) qui en sont les premières victimes. On sent que Rian Johnson a quand même été soumis à un cahier des charges par Kathleen Kennedy ou Disney, à moins qu'il ne se le soit imposé lui-même. Même les créatures toutes mignonnes du film paraissent parfois hors de propos, n'amenant pas grand chose au métrage. De mon point de vue, le film souffre quand même de quelques incohérences, mais je chipote car cela n’entache pas le plaisir que l'on peut avoir en voyant le film. Enfin, le film a quand même quelques longueurs qui sont effectivement le résultat de sa générosité mais quelques péripéties sont au final dispensables nuisant légèrement à la tension que veut offrir le film.

Les Derniers Jedi n'est clairement pas l'épisode qui convertira ceux qui sont réfractaires à l'univers Star Wars, mais il caresse les fans dans le sens du poil tout comme les amateurs de space-opera et de science-fiction plus généralement. Le film est sublime en tous points avant tout grâce à une direction artistique qui reprend ce que la Trilogie Originale avait de mieux en apportant assez de neuf et de bonnes idées pour éviter les redites. Les designs des vaisseaux, les armures, les costumes et les décors variés sont un réel plaisir de bout en bout. Rian Johnson offre des tons rouges assez sublimes à ce film (cela en devient la couleur référence). On apprécie ainsi les différentes planètes visitées et la présence de nombreuses créatures venant enrichir le vaste bestiaire Star Wars. Un mot enfin sur la musique de John Williams, vraiment sublimes : on sent ce grand monsieur bien plus inspiré que sur Le Réveil de la Force. Bref, tout ce qui habille le film est grandiose grâce à un travail d'orfèvre permettant aux fans de SF d'en prendre plein les yeux. Le tout aussi grâce à des effets-spéciaux extrêmement bien réussis.

Star Wars étant une grosse production, on est évidemment exigeant en ce qui concerne les effets spéciaux. Rien que les premières minutes devraient vous rassurer tant on est plongé dans le film avec une grande maestria et une débauche d'effets visuels extrêmement réussis. Une bataille spatiale de toute beauté dont le rendu en 3D est vraiment excellent apportant beaucoup à l'immersion. Quelques plans m'ont même donné la sensation d'être plongé en plein Star Tours ! Même si, de mon point de vue, le film manque de combats au sabre, les affrontement sont bien chorégraphiés. Les créatures créées numériquement fonctionnent très bien, tout comme les effets réalisés sur le plateau à l'aide marionnettes qui donnent un vrai cachet au film. Rian Johnson livre aussi une mise en scène vraiment solide offrant son sens visuel avec des plans très bien construits. Il sait magnifier son propos avec une réalisation inventive, fluide et toujours bien lisible malgré le nombre d'enjeux. Il a su par ailleurs bien s'entourer à la photographie comme au montage. Quelques plans imprimeront vos rétines pendant un moment...

Si le film fonctionne autant, c'est qu'il repose sur un casting vraiment bien inspiré à commencr par le retour tant attendu de Mark Hamill (Un Nouvel Espoir, l'Empire contre-attaque...) qui offre de nombreux registres permettant d'épaissir le personnage de Luke Skywalker, bien moins lisse qu'auparavant. A ses côtés, Daisy Ridley (Le Réveil de la Force, Le Crime de l'Orient Express...) rend toujours aussi attachante la déterminée Rey, qui n'hésite pas à flotter en eaux troubles aux côtés d'Adam Driver (Le Réveil de la Force, Midnight Special...) dont le Kylo Ren est définitivement un des meilleurs personnages de cette trilogie. On citera aussi volontiers Oscar Isaac (Le Réveil de la Force, Ex Machina...) offrant son charisme à Poe Dameron. Les nouveaux venus s’intègrent parfaitement à l'ensemble grâce aux expérimentés Laura Dern (Blue Velvet, Jurassic Park...) et surtout Benicio Del Toro (Sin City, Savages...) génial en DJ. Les mauvaises notes reviennent à John Boyega (Le Réveil de la Force, Détroit...) en Finn, la débutante Kelly Marie Tran en Rose et Domhnall Gleeson (Le Réveil de la Force, Ex Machina...) en général Hux ; ceci dit, reconnaissons que ces trois rôles sont quand même les moins bien écrits. Enfin, c'est le cœur serré qu'on dit adieu à Carrie Fisher (Un Nouvel Espoir, l'Empire contre-attaque, The Blues Brothers, Le Retour du Jedi, Quand Harry rencontre Sally...) qui illumine chacune de ses apparitions de sa classe, sa sagesse, sa fermeté et sa justesse...

La conclusion de

Les Derniers Jedi est une véritable satisfaction, à même de faire battre comme jamais le cœur des fans de Star Wars pour diverses raisons. Le scénario est aussi prenant que profond, l'action est dantesques, les personnages vivants, les effets spéciaux de grande qualité, la mise en scène inspirée et la direction artistique somptueuse. Un divertissement de qualité servi par un casting solide. Rian Johnson a réussi son pari, quand bien même son film n'est pas exempt de défauts car Les Derniers Jedi n'arrive pas toujours à s'extirper du moule des blockbusters produits à la chaîne par Disney.

Acheter Les Derniers Jedi en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Les Derniers Jedi sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Star Wars

En savoir plus sur l'oeuvre Star Wars