75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : Commando Imperial : La 501e
Commando Imperial : La 501e >

Critique du Roman : Commando Imperial : La 501e

Avis critique rédigé par Bastien L. le mercredi 11 février 2015 à 1816

L'adieu des clones

« J'ai le regret de devoir rendre compte que des menaces contre la sécurité du nouvel Empire demeurent non résolues.
Parmi elles, un petit – mais néanmoins inquiétant – nombre de désertions de soldats des anciennes Forces Spéciales de la République. Nous considérons comme improbable le fait qu'il s'agisse de victimes non signalées en raison de schémas d'association. »

Cinquième, et probablement dernier, roman sur les clones pour Karen Traviss. Un roman qui reprend ses personnages fétiches face à la mise en place de l'Empire et la poursuite de la Purge des Jedi...

Cela fait maintenant près de 1 500 pages qu'on suit les aventures des clones commandos sous la houlette du sergent-instructeur Kal Skirata. Ce dernier, les considérant comme ses fils, a construit un havre de paix sur Mandalore pour ceux ayant déserté avec leurs familles. On y trouve aussi quelques invités/prisonniers censés aider à trouver un moyen de stopper le vieillissement accéléré des clones. On suit donc son groupe hétéroclite dans la campagne de la planète isolée de Mandalore mais aussi les clones Darman et Nine restés sur Coruscant comme membres des commandos du nouvel Empire. Darman est fou de douleur depuis la mort de sa femme Etain, tuée par une Jedi alors qu'elle protégeait un clone lors du début de la Purge. Nine très gravement blessée ne fut pas abandonné par son camarade et les deux se retrouvent seuls avec l'équipe Delta dans la 501ème, prestigieuse division des commandos impériaux.

Leurs missions vont donc être de poursuivre et d'éliminer les Jedi fugitifs mais aussi de se mêler à la politique interne du gouvernement impérial qui instaure la paranoïa partout. Un état impérial qui n'apprécie guère les clones déserteurs et les anciens instructeurs choisis par Jango Fett pour les former. Ainsi Skirata et les siens font parti de la liste des traîtres à éliminer. Ils n'arrangent en plus pas leur cas en continuant d'accueillir des fugitifs dont des Jedi... Ce qui augmente les tension étant donné la présence de Kad, le fils biologique de Darman (un clone) et Etain (une Jedi) dont l'existence doit pourtant rester secrète. Darman, transformé par son dueil, est sensible aux idées de croisade contre tous les utilisateurs de la Force coupables à ses yeux de vouloir s'en prendre à son fils.

Karen Traviss a construit au fur et à mesure des romans successifs une excellente galerie de personnages aux psychologies travaillées avec de bonnes alchimies entre eux. Les retrouver est toujours un plaisir, surtout dans un contexte aussi bouillant. Les œuvres faisant directement suite à La revanche des Sith sont sombres à souhait à l'image de l'excellent Dark Lord, l'ascension de Dark Vador ou la série de comics Dark Times. La mise en place du régime totalitaire dans la galaxie est une toile de fond bien amenée par l'auteur. Les personnages sont vivants et aucun n'est un vrai héros. On assiste à de nombreuses divergences d'opinion, des erreurs et des changements de point de vue. Certains dialogues sont un régal à suivre et on ne se perd jamais dans la profusion des personnages secondaires qui réussissent tous à légitimer leur présence dans l'intrigue. En s'intéressant à des rebuts de la galaxie Star Wars, Traviss a tissé une saga indispensable n'hésitant pas à écorner les images que l'on avait des différentes organisations avec une excellente logique. Ses réflexions sur le thème du clonage de masse d'un seul être sont aussi par moment passionnantes.

Mais ce roman comporte finalement trop de « mais »... Tout d'abord si Star Wars n'est pas forcément que de l'action, il en faut quand même. Et elle est quasiment absente du roman faisant que certains passages sont assez ennuyeux alors que l'on connaît le talent de l'auteur pour nous faire vivre des combats. Seules quelques chasses de Jedi isolés apportent un peu d'adrénaline mais rien de comparable à ce dont on a l'habitude. De même si on suit avec plaisir les différentes scènes, on ne peut qu'être déçus en terminant les 560 pages du roman. On a la sensation que la situation n'a presque pas évolué tout au long de l'histoire si ce n'est des micro-évènements pas vraiment lourds en conséquences... Et l'évolution du personnage de Darman s'avère finalement assez ratée et surtout peu compréhensible, seule fausse note au niveau des personnages. Enfin, le style de Traviss est toujours aussi répétitif et ce roman est clairement fait pour ceux ayant aimé ses précédents tant il s'affiche comme une suite...

Petite précision au moment de la publication de cette critique (février 2015) : Ce roman devait avoir une suite qui semble très compromise. En effet, Karen Traviss a déclaré que La 501e était son dernier roman dans l'univers Star Wars. De leurs côtés, les éditeurs responsable de la saga ont annoncé ne pas vouloir remplacer l'auteur britannique et le fin mot de cette histoire apparaîtra peut-être dans d'autres œuvres... De plus le rachat de LucasFilms par Disney a eu pour conséquence de rendre toutes les intrigues des livres existant avant le rachat "non-officielles"...

La conclusion de

Un roman au final décevant de la part de Karen Traviss qui s'intéresse trop à la vie rurale de son groupe de réfugiés et oublie de nous divertir avec de l'action ou des événements plus importants. On est loin de l'intensité dramatique de Ordre 66 malgré un véritable plaisir de retrouver tous ses personnages. On salut encore une fois la prouesse de rendre si attachant et singuliers des personnages qui se ressemblent tous pour la plupart...

 

Acheter Commando Imperial : La 501e en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Commando Imperial : La 501e sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Star Wars

En savoir plus sur l'oeuvre Star Wars