75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Immortel
Immortel >

Critique du Film : Immortel

Avis critique rédigé par Gil P. le mardi 1 juin 2004 à 1317

Mortel comme la vie des dieux

Immortel Nikopol ?
Dans l’esprit des lecteurs de bandes dessinées qui connaissent les classiques francophones, Bilal reste une référence de premier plan. Que ce soit ses collaborations avec Christin qui donnèrent quelques chefs d’oeuvre comme Les Phalanges Noires ou sa trilogie Nikopol qu’il poursuit à mi-mot avec 32 Décembre, Bilal est un grand de la BD fantastique. Les thèmes qu’il abordent avec des planches qu’il peint comme si chacune était une toile à part entière sont divers et chacun trouve une résonance au fil de l’histoire qu’il construit.
Nikopol, personnage central de cette trilogie qui mit plus de dix ans à voir le jour, est en opposition avec le monde ultra-moderne dans lequel il vit, il se retrouve au sein d’un intrigue entre politique, manipulation génétique et intervention divine… De quoi marquer les esprits !Adaptation au rabais
On a longtemps reproché à Bilal de faire des films sans argent. Il voulait se lancer dans la réalisation et ces premiers essais avaient pour thème la fin d’un monde ou l’exploitation d’un anti-héros… finalement proche de ce qu’il dessinait. Les budgets ? Pas de sa faute si la science-fiction française n’était pas capable d’attirer les producteurs. La solution du huis clos ou d’un univers très léger au niveau du graphisme était toute trouvée et les amateurs de films d’auteur y trouvaient leurs comptes.
Mais pour Nikopol, il souhaitait une adaptation en grande pompe, il a donc tourné le film en anglais et a resitué l’action à New York. Paris modernisé mais foncièrement crade comme sur le dessin ou New York filmé et foncièrement crade… la différence est mince et n’est absolument pas gênante.
Ce qui change de la BD originale, ce n’est pas la portées des images qui avec un travail 3D à la hauteur et des moyens donnent une impression de lire du Bilal. Ce qui change c’est que les thèmes étranges de l’histoire originale ne sont qu’évoqués tandis que l’on assène lourdement le propos principal du film au risque de se répéter 6 fois (si,si) sur le terme qui définit bien ce qu’est le film pour la BD : un viol !

La conclusion de

Le film simplifie à l’extrême la trilogie Nikopol avec une débauche de moyen très agréable à l’oeil bien que certains rôles auraient probablement pu être tenus par des acteurs Live (surtout lorsque le physique de la représentation 3D est scrupuleusement humain). La coquille est jolie a regarder mais franchement vide.

Acheter Immortel en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Immortel sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de ad vitam Immortel

  • Voir la critique de Immortel : Immortel ? pas sûr !
    44

    Immortel - Critique du film par Richard B.

    Immortel ? pas sûr ! : Immortel est l’exemple type d’un brouillon où les éléments de bases semblent intéressants, mais qui se noie dans ses idées et ou…

En savoir plus sur l'oeuvre ad vitam Immortel