75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Godzilla
Godzilla >

Critique du Film : Godzilla

Avis critique rédigé par David Q. le mardi 20 mai 2014 à 2241

Un monstre dopé aux radiations

Nombreux sont les fans de Godzilla et tout aussi nombreuses sont les versions mettant en scène ce géant du cinéma. La dernière en date la plus connue avait plus de 15 ans (Godzilla de Roland Emmerich), il était temps d'en faire un reboot. Après une première réaction mitigée qui a ensuite laissée sa place à la curiosité et l'envie, l'annonce d'un reboot et le film qui en découle est au final une excellente chose.

Godzilla est passé par ici

Autant le dire tout de suite, ce nouveau Godzilla est une belle tuerie. Le film nous plonge dans l'ambiance très rapidement, sans même trop s'attarder sur les personnages tout en nous proposant de belles prises de vues. Ces trois points, sans caricaturer le film, représentent bien l'œuvre de Gareth Edwards. On ressort de la séance avec une sorte de satisfaction enfantine d'avoir pu manger des bonbons pendant 2h sans complexes.

L'ambiance du film est bien pesante. De nombreuses scènes catastrophiques se passent sous nos yeux - raz de marée, accident dans une centrale nucléaire, destruction de villes, morts en cascade - et pourtant on prend un malin plaisir à y assister. Quelques scènes de tension nous font penser à Cloverfield ou The Descent sans pour autant les copier, la culture japonaise très présente dans le film permet de se différencier des autres films de monstres. Car le Godzilla est considéré comme une sorte de demi-Dieu, un produit de la Nature contre lequel il ne fait pas lutter car l'humain n'est pas de taille. On est donc loin de la vision très manichéenne de la version américaine qui réduisait le monstre à un gros dinosaure à abattre. Le film d'Edwards est bien plus subtil. Sous couvert des combats, on pourra y trouver quelques messages écologistes et d'autres moins subtils sur les liens familiaux. Un peu de théologie et le tour est joué. Ce saupoudrage suffit à assaisonner le film et le rendre encore plus goûtu. Le reste n'est que pur bonheur et action.

Alerte au monstre

Pas de Godzilla sans destruction. Et pas d'inquiétude à avoir, le film en propose à foison. Une des choses les plus intéressantes de cette destruction est que le monstre se fiche totalement de ce qui se passe autour. Les humains ont beau lui balancer des missiles ou des milliers de balles, le monstre bronche à peine et continue de s'occuper de ses propres affaires, un peu comme le ferait un humain qui écrase une colonie de fourmis sans la voir. Cela donne un sentiment de voir un autre film dans le film, comme une réalité alternative. On pourra regretter de ne pas voir plus de destruction, le film se contente parfois de nous montrer les résultats du ravage du gros dino, mais l'avantage c'est qu'on à plus de temps pour des choses plus intéressantes que des bâtiments qui s'effondrent et c'est tant mieux.

Certaines séquences sont visuellement superbes. Et alors qu'on s'attende plutôt à prendre du plaisir à voir des villes réduites en cendres par le lézard radioactif, force est de constater que ces moments intenses arrivent là où on ne les attendait pas. La façon de filmer, qui transforme certaines séquences en plans volés, apporte beaucoup au film, le rendant plus réaliste - si on peut l'exprimer ainsi -, plus proche de nous et en définitive plus fort d'un point de vue impact émotif. C'est beau, efficace et bien géré.

Godzilla n'en fait qu'à sa tête

Le design de la créature est superbe et rend hommage à la bête. On a cette impression de faire du neuf avec du vieux. Sa crête et la texture de sa peau sont sans conteste préhistoriques alors que l'animation et sa liberté de mouvements sont nouvelles. Certaines postures ou certains gestes ont des consonances résolument humaines, ce qui renforce le côté divin de la créature. Mais c'est surtout son cri qui est magnifiquement terrifiant. Une seule écoute suffit à nous glacer le sang. Et si les bandes annonces ne faisaient que nous évoquer la puissance de la bête sans vraiment la voir, rassurez-vous, le film vous la montrera sous tous les angles.

Pour terminer, sachez que le film réserve quelques bonnes surprises, surtout pour ceux qui n'ont pas cherché à dénicher la moindre rumeur. La bande annonce est très loin de tout dévoiler et deux surprises majeures renforcent l'intérêt du film. Je vous encourage à aller voir le film pour les découvrir. Attention cependant car Godzilla reste un film à réserver à un public averti. N'y cherchez pas l'aventure, la romance ou un message philosophique trop profond. Godzilla est un film d'action très masculin, un modèle de ce qu'aurait dû être la série des Transformers, un film à grand spectacle divertissant et intriguant, qui donne matière à réfléchir et procure de bonnes sensations.

La conclusion de

Gareth Edwards a réussi son pari de faire un reboot de Godzilla en gardant les éléments fondateurs de l'œuvre tout en rajeunissant la franchise. Ce Godzilla voit plus loin qu'un simple monstre à éliminer et nous renvoi à nos propres conditions sur fond de morale écologique subtile mais présente. Un divertissement grandiose qui nous fera réfléchir sur le nucléaire.

Que faut-il en retenir ?

  • Intrigue de départ intéressante
    Des combats spectaculaires
    Bruitages réussis
    Le design des monstres
    L'impression d'impuissance face aux géants
  •  

Que faut-il oublier ?

  • Des personnages pas franchement attachants

Acheter Godzilla en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Godzilla sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Godzilla

En savoir plus sur l'oeuvre Godzilla