75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Thor
Thor >

Critique du Film : Thor

Avis critique rédigé par Richard B. le samedi 23 avril 2011 à 0902

Thor débarque chez les adaptations « live » de Marvel.

Par le passé, sous le règne du fier roi Laufey, les Jotuns (nommés aussi les géants des glaces) ont violemment combattu les Asgardiens. Après sa défaite annoncée face à Odin, le souverain d’Asgard, Laufey s’est vu contraint d'accepter une trêve et de remettre « le coffret des Anciens Hivers », objet ancestral et source du pouvoir des Jotuns. Ainsi, durant de nombreuses années, il n'y eut plus aucun conflit majeur entre les deux peuples. Mais alors que Thor, fils d'Odin, s'apprête à être couronné nouveau roi d'Asgard, son intronisation est interrompue par l'arrivée de quelques Jotuns qui ont réussi à pénétrer dans le royaume. Thor, bien trop arrogant et sans avoir trop réfléchi aux futures conséquences de ses actes, décide de partir rentre visite à Laufey afin de lui donner une bonne leçon.

Thor est la première des nombreuses adaptations de comics à débarquer durant cette année 2011. Elle est aussi certainement celle pour laquelle on pouvait avoir le plus de méfiance du fait que ce comic paraissait comme le plus difficilement adaptable. D'ailleurs, dès les premières images, beaucoup crièrent que le film allait apparaitre comme un sommet du kitch. Mais cela était sous-estimé le plus shakespearien des réalisateurs. Ainsi, ceux qui règnent sur Asgard, de même que ceux qui les servent semblent tous droit sortis d'une pièce de William Shakespeare. On trouve dans ce Thor des conflits ancestraux, de la trahison, des héros qui s’interrogent et même un amour qui paraît impossible. Le réalisateur était un peu donc comme chez lui et, hormis les grosses séquences d'actions qui s'imposent, la patte du réalisateur est bel et bien présente, cela allant même jusqu'au décor de la salle du trône d'Asgard qui n'est pas loin de faire penser à une grande enceinte théâtrale.

Thor - image 1

Kenneth Branagh, n'oublie pas pour autant qu'il est dans un film de super-héros et réalise donc quatre grosses séquences d'actions, dont l'une des plus spectaculaires se situera sur Jotunheim, sorte de planète glacière. Affichant une maîtrise totale, cette séquence ravira tous les fans de films de super-héros tant elle paraît être fantasmée par des milliers d'adeptes de comics - pour la première fois dans une adaptation cinématographique Marvel, on peut suivre un combat en un autre lieu que la Terre. Ainsi, force est de reconnaître que seul déçoit le combat opposant Thor et le Destructeur, le géant métallique vu dans la bande-annonce, non pas dans sa façon d'être filmée, mais dans sa construction et son dénouement - trop prévisible et peut-être un poil maladroit.

Il paraît aussi assez impératif de concevoir cette vision de Thor comme une sorte d'univers «alternatif », les éditions Marvel ayant elles-mêmes souvent réinventé leur personnage ou encore les origines de ceux-ci. Car « OUI », Jane Foster n'est plus ici une infirmière employée par le Dr Donald Blake, mais une brillante scientifique en astrologie et « OUI », Heimdall, n'est plus de peau blanche, mais bel et bien noir. Pour le reste, il suffira de rappeler aux futurs râleurs que Nick Fury était lui-même passé de blanc à noir dans la version « ultimate » des Avengers. L'esprit des comics est donc bien là, mais le film réinvente les origines du guerrier à l'image de ce qu’avait déjà fait Marvel pour Iron Man ou encore Hulk.

Thor - image 2

Thor suit aussi la continuité des précédentes productions des studios Marvel en présentant le futur film « Avengers » avec plusieurs allusions dans les dialogues, mais aussi en amenant un nouveau personnage - à l'instar d'Iron Man 2 qui l'avait déjà fait avec la veuve noire alias Natasha Romanoff. Les fans seront donc heureux de découvrir un autre personnage clé de l'équipe. Thor n'en est pas pour autant qu'une simple introduction aux futurs gros films de la Marvel, cela même si la séquence arrivant en fin de générique paraît donner une grosse indication sur le futur film réunissant tous les super-héros. Le film se suit en fait comme une grande fresque épique dans laquelle on accompagne un héros en quête d’identité et qui apprend à assumer ses responsabilités en tant que telles, même si c'est justement là que les détracteurs pourront aussi intervenir en stipulant que ce type de films se ressemblent tous, et cela, même si Thor n'a rien d'un Spider-Man, d'un Batman ou encore d'un Iron Man.

L'une des plus belles réussites de cette adaptation se situe aussi dans le choix très judicieux de Chris Hemsworth dans le rôle de Thor. Si, à la base, voir cet acteur jouer George Kirk dans la Star Trek de J.J. Abrams, ne laissait guère entrevoir ce dernier dans la peau du fils d'Odin, force est de reconnaître que l'acteur à subit une véritable transformation physique et il est indéniable qu'il est parfait pour le rôle. Il est quasiment certain qu'après la sortie du film Chris Hemsworth va bénéficier d'un fan-club féminin. À côté de lui on retrouve un casting plutôt prestigieux avec la présence d'une Natalie Portman plus effacée et acceptant de jouer les faire-valoir du héros, même si pour une fois elle n’est pas la demoiselle en détresse ; il y a aussi une très belle prestation de Tom Hiddleston (qui avait déjà travaillé à plusieurs reprises avec Branagh) dans le rôle de Loki. Anthony Hopkins dans la peau d'Odin, Ray Stevenson en Volstagg, Colm Feore interprétant Laufrey et Rene Russo (que je n'avais pas reconnue) dans le rôle de Frigga, la mère de Thor, finissent de compléter une distribution qui me semble quasiment sans faille.

La conclusion de

Thor de Kenneth Branagh est une assez bonne surprise. Certes, la trame scénaristique s'appuie trop sur un schéma traditionnel pour vraiment surprendre, mais la patte du réalisateur est étonnamment présente et le casting est assez bien choisi. Les adeptes de films de super-héros et de blockbusters affichant une certaine personnalité peuvent donc passer un bon moment. De plus, le film ne manque ni de références pour les connaisseurs, ni d'humour et de séquences d'actions pour les spectateurs non initiés.

Que faut-il en retenir ?

  • Très bon casting, la patte de Branagh,
  • bien présente, les multiples références,
  • au final une bonne adaptation de l'esprit des comics.

Que faut-il oublier ?

  • Un schéma scénaristique prévisible, l
  • a séquence du Destructeur déçoit un peu,
  • une B.O.F. sans âme

Acheter Thor en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Thor sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Thor

En savoir plus sur l'oeuvre Thor