75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la bande dessinée : Mercenaire #5 [2009], par Richard B.

Avis critique rédigé par Richard B. le vendredi 9 avril 2010 à 18h04

Fin magistrale pour ce cinquième Code McCallum


Le cinquième tome de Code Mc Callum est enfin disponible ! Fred Duval et Didier Cassegrain allaient-ils réussir à clôturer en beauté ce qu’ils ont si bien commencé il y a maintenant 5 ans ?

Ce cinquième et ultime tome de cette série dérivée des aventures de Carmen Mc Callum nous amène à découvrir une Carmen désormais mariée (à Maxime de Mérimée) et presque heureuse… mais pas suffisamment pour lui faire oublier son désir de vengeance vis-à-vis du spectre.  Lors d’une réception organisée par la famille Ivanov, la belle doit rencontrer un mystérieux informateur qui pourrait bien lui apporter les preuves qu’elle recherche et ainsi, lui permettre de régler définitivement ses comptes.

La boucle est désormais bouclée, Fred Duval a non seulement réussi à recoller les morceaux avec la série mère, mais en plus il est parvenu à faire du dernier opus de ce spin-off un album digne du premier cycle de Carmen, voire même à le surpasser. Depuis le début du Code McCallum, les personnages apparaissent comme remarquablement bien écrits et dévoilent différentes facettes de leur personnalité. Tous mènent presque un double jeu, il y a de la trahison potentielle dans chaque camp, et cela depuis les premiers moments. Désormais, les pièces s’assemblent et le scénariste parvient à clôturer son récit à la manière d’un véritable chef d’orchestre. Ainsi, même si l’issue est quasiment certaine - on devine aisément que l’aventure se terminera sur le début de «L’Affaire Sonoda » - Fred Duval arrive durant ce temps de lecture à nous faire oublier nos certitudes pour que, tout au long de la lecture, l’on soit captivé par cette issue qui se montre très loin des «fins heureuses espérées ». Il nous conduit vers un dénouement logique, plutôt tragique, même si la vengeance à bel et bien lieu. Bref, un sans faute de Fred Duval que l’on ne remerciera jamais assez d’avoir pensé à raconter les origines de cette fille née à Barcelone et promue à l’avenir qu’on lui connait.

Du côté de l’illustration, Didier Cassegrain conserve un style graphique, facilement identifiable par son côté crayonné, qui me séduit pleinement. Je trouve que Cassegrain arrive à créer une remarquable ambiance, en particulier par sa façon de cadrer ses plans, mais aussi dans sa manière de gérer le dynamisme de ses personnages. Comme le dessinateur applique lui-même ses couleurs, autant dire que l’ensemble se lie à merveille.

La conclusion de à propos de la Bande Dessinée : Mercenaire #5 [2009]

Richard B.
90

« Code McCallum 5, Mercenaire » clôture avec Brio ce qu’il a très bien commencé et confirme tout le bien que l’on pensait déjà de ce cycle à l’époque du premier tome. Plus de doute à avoir sur cette série dérivée qui en plus de se montrer à la hauteur, arrive même à surpasser celle d’origine. En fait, si l’on n’est ravi d’avoir le fin mot de l’histoire, on est presque triste de se dire que Code McCallum, c’est fini.

Acheter la Bande Dessinée Mercenaire en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Mercenaire sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Carmen Mc Callum