75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : Evanalda
Evanalda >

Critique du Roman : Evanalda

Avis critique rédigé par David M. le vendredi 19 mars 2010 à 1052

Haro sur l'éditeur!

Nous sommes en 2063, le futur proche, un monde qui n'aurait pas été tellement différent du nôtre s'il n'y avait eu cette énigmatique menace appelée la « Contagion », œuvre des médiums, une nouvelle génération d'humains doués de pouvoirs psychiques. Pour se défendre contre cette menace, de jeunes adultes sont envoyés dans les très sélectifs établissements du développement psychique afin qu'ils développent des mécanismes de défense contre les attaques mentales des médiums. C'est l'un de ces jeunes adultes que nous suivons.

Le récit mêle donc des éléments purement SF, d'autres plutôt fantastiques et parfois flirte même avec la Fantasy.

Partant d'une idée somme toute assez originale, le résultat final est malheureusement décevant et ce pour plusieurs raisons.

Tout d'abord, la construction linéaire de l'histoire manque cruellement de ressort dramatique. Le lecteur a beaucoup de mal à prendre conscience du danger imminent qui menace l'humanité et par conséquent il ne se sent pas très impliqué dans le récit. Il est aussi difficile d'avoir de l'empathie pour le héros.

Ensuite, après le fond, il y a beaucoup de choses à dire sur la forme. Erreurs de syntaxe et fautes d'orthographe parsèment le texte. Un personnage s'appelle tantôt Edward, tantôt Edouard. L'auteur abuse de mots savants tels que névralgie, céphalée, dyspnée, à tel point qu'on à l'impression de lire un dictionnaire médical plutôt qu'un roman.

On ne peut pas blâmer un auteur de souhaiter voir son texte publié sur un support papier, c'est le rêve de tout auteur. Malheureusement, comme un père de famille au sujet de ses enfants, l'auteur est parfois incapable de porter un jugement critique sur sa propre production. Nos enfants, on les aime, même avec leurs défauts. Par contre, on peut porter un regard très sévère sur la démarche d'une maison d'édition comme Edilivre.com, si pour eux éditer se limite à mettre un texte en page et l'imprimer, alors ils n'ont rien compris au métier d'éditeur. Dans le cas présent, il n'y a visiblement eu aucun accompagnement de l'auteur dans sa démarche et au final ce manque de professionnalisme nuit aussi bien à l'auteur (qui prend le risque de se « griller » auprès de son lectorat en lui proposant un travail inachevé) qu'à l'éditeur lui-même.

La conclusion de

Partant d’une idée originale, Evanalda est une terrible déception. Le fond et la forme auraient mérité d’être retravaillés en profondeur avant publication. La faute à l’éditeur qui n’a pas fait son boulot ou à l’auteur incapable de porter un jugement objectif sur son travail ?

Que faut-il en retenir ?

  • Idée de départ

Que faut-il oublier ?

  • Un ensemble décevant

Acheter Evanalda en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Evanalda sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+