75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Percy Jackson et le voleur de foudre
Percy Jackson et le voleur de foudre >

Critique du Film : Percy Jackson et le voleur de foudre

Avis critique rédigé par Richard B. le lundi 1 février 2010 à 1334

Aucun coup de foudre à l'horizon!

Depuis le phénomène Harry Potter, le moindre succès de la littérature jeunesse semble désormais destiné à être adapté pour le cinéma. Percy Jackson, Le Voleur de foudre, de Rick Riordan, ne fait donc pas exception, d'autant que l'œuvre s’étend déjà sur cinq tomes, une aubaine pour décliner la franchise en cas de succès.

Percy Jackson, jeune homme de 17 ans et fils de Poséidon, n'a pas vraiment conscience de ses origines. Il aime bien passer son temps à s'entrainer dans des exercices d’apnée en piscine, mais hormis cela sa vie serait presque celle d'un adolescent lambda - si ce n'est que son beau-père est un poivrot qui passe son temps avachi sur un fauteuil et que sa mère se laisse traiter comme une moins que rien. Le destin va cependant faire évoluer quelque peu les choses lorsque du côté de l'Empire State Building, Zeus, qui n'est pas très content, convoque Poséidon pour lui apprendre qu'il soupçonne son fils d'avoir volé la foudre divine. Si le jeune homme ne rapporte pas d'ici quelques jours ce qu'il est censé avoir volé, ce sera la guerre entre les dieux, ce qui signifie ici bas la grosse pagaille pour nous, pauvres humains, qui nous trouverions en plein milieu de ce conflit.

A travers son roman, Rick Riordan, ancien enseignant de mythologie grecque, s’est amusé à actualiser les dieux et légendes du passé. Pourquoi pas ? L'idée peut, au final, paraître assez séduisante. Reste que l'on peut se poser la question sur les raison qui ont poussé ces derniers a quitté la Grèce pour se nicher au-dessus des États-Unis, et plus particulièrement au faîte de l'Empire State Building. Mise de côté cette interrogation qui démontre un certain nombrilisme, retrouver des créatures telles que la Méduse, le Centaure, les nymphes et surtout l'Hydre a de quoi faire plaisir. D’ailleurs on peut se demander pourquoi le cinéma a attendu si longtemps pour nous ressortir ces légendes si palpitantes (Le choc des titans sortant lui aussi cette année).

Après nous avoir gâté au scénario de quelques petites perles du cinéma familial (Gremlins, Goonies, Secret de la pyramide), Chris Columbus semble aujourd’hui avoir perdu, hélas, de sa superbe. Ainsi, même si ce dernier coscénarise avec Craig Titley (treize à la douzaine 2), on est quelque peu déçu par le résultat. Où est passée la magie qu'il avait si bien réussi à insuffler par le passé ? Est-ce dans la réalisation, dans le script ou dans le montage que le film échoue tant à émouvoir ? Difficile à dire mais la réponse se situe peut-être dans le fait que le film accumule les accroches publicitaires, presque autant que les scènes à grand spectacle. À peine sommes-nous captivés par l'allure plutôt sympathique d'Uma Thurman et de ses serpents sur la tête, que le héros trouve le moyen de l'affronter grâce à son « Iphone ». Cela fait avec un tel culot que l'on finalement déconnecté de l'irréel pour se retrouver face à la dure réalité du marketing grossier présent de plus en plus dans les films et atteignant ici un summum pour séduire le jeune spectateur avec des produits « cools » tels que la PS3, le MacBook, ou bien le père dévoué amenant son fils vers la puissante « Maserati ».

Mais le manque d'émotion ne se situe pas seulement dans ce premier point évoqué. En effet la pseudo-mort de l'un des personnages manque cruellement de tragédie, le héros semblant se préoccuper plus à maîtriser son talent de demi-dieu pour impressionner Annabeth, fille d'Athéna (Alexandra Daddario). A sa décharge, il faut dire que la fillette sait y faire pour séduire, elle a une maîtrise totale de la garde de son épée, sait quant ralentir ses mouvements, relever sa chevelure brune et dévoiler ses ravissants yeux bleus.

Malgré son nombre impressionnant de maladresses de mise en scènes, ou autres défauts bel et bien présents, trois éléments apparaissent en faveur du long-métrage. Tout d'abord, comme mentionné un peu plus haut, il y a la galerie de créatures, toutes plus impressionnante les unes que les autres avec une belle préférence pour la séquence de l'Hydre qui laissent rêveur sur une potentielle « vraie » adaptation de la mythologie grecque. Il y a aussi cette idée, ici assez bien pensée, de transposer le monde des nymphes dans le royaume des casinos de Las Vegas. Puis, signalons que dans l'ensemble on ne s'ennuie pas; les événements et séquences s'enchaînent à grande vitesse et le rythme ne faiblit quasiment jamais. Enfin, pour terminer, il fait dire que les seconds rôles sont plutôt réussis, dû certainement au fait que le casting est tout de même riche de quelques grands noms (Pierce Brosnan, Sean Bean, Catherine Keener, Kevin McKidd..).

La conclusion de

Percy Jackson, Le Voleur de foudre est un film grand spectacle qui part sur une base intéressante – celle de transposer la mythologie à notre époque – mais qui, par manque de personnalité, à cause d'un certain nombre de maladresses, et surtout par son manque d'émotion, est au final un produit sans saveur. Les effets spéciaux et les scènes d'actions feront cependant que les spectateurs ne s'ennuieront pas. Avertissement aux parents : à la sortie du cinéma, il est probable que certains de vos enfants aient des envies de dépenses, et pas forcément situées du côté cinéma !

Que faut-il en retenir ?

  • Des effets spéciaux de qualités,
  • de temps à autre, des bonnes idées qui émergent,
  • les créatures mythologiques,
  • les seconds rôles.

Que faut-il oublier ?

  • Un quota de pub écœurant,
  • le manque d'émotion,
  • aucune personnalité dans la mise en scène,
  • ais-je dis que le quota de pub était écœurant ?

Acheter Percy Jackson et le voleur de foudre en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Percy Jackson et le voleur de foudre sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Percy Jackson

En savoir plus sur l'oeuvre Percy Jackson