75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : La Nuit au musée 2
La Nuit au musée 2 >

Critique du Film : La Nuit au musée 2

Avis critique rédigé par Richard B. le samedi 16 mai 2009 à 1456

Larry reprend du service comme gardien de musée.

La Nuit au musée étant un énorme succès au box-office, il était évident qu'une suite verrait très vite le jour. Il faut dire que le film de Shawn Levy réussit aisément à déclencher le rire chez le spectateur, mais parvient aussi à donner naissance à une sorte d’aura féerique. Ce qui, au final, en fait un programme familial parfait, capable de convenir à tous les âges.

Ici, on reprend « presque » les mêmes et on recommence. La stratégie de la « parfaite suite » consiste à reprendre exactement le même plat en le saupoudrant de garnitures et La nuit au Musée 2 n’y fait pas exception, en essayant d'appliquer au mieux la recette. Dans ce numéro deux, le spectateur va se voir offrir encore plus de gags, encore plus d'effets visuels, et encore plus de personnages historiques… bref, encore plus de tout… Sauf qu'au passage les scénaristes ont oublié de construire une histoire… Non pas que le premier film méritait une palme du meilleur scénario, mais derrière il y avait une structure et une évolution dans les péripéties que vivait le personnage de Larry.


 

Pour ce deuxième volet, Robert Ben Garant et Thomas Lennom ont rédigé un scénario prétexte, pour que derrière tout le monde puisse faire son « show ». Le point positif est que cela marche plutôt bien et, pendant un temps, on pense plus à rire qu'à prêter attention au script. Mais il arrive forcément un moment où l’on se demande où est bien passé le côté « magique » du premier film. En alignant le métrage, comme une succession de courtes scènes dans lesquels chacun fait son petit sketch, à force de surdosage, tout ce qui rendait « merveilleux » les aventures de Larry se transforme en artifices visuels et bouffonneries, certes jamais désagréables, mais fatalement sans âme.

La faute en revient principalement à la présence d’un trop grand nombre de personnages, tous sous-exploités, C'est simple, on retrouve exactement les mêmes, le président Roosevelt, Attila, T-rex, ou bien encore Octavius et Jedediah. Mais à ceux-ci, il se rajoute désormais, Amelia Eaehart, le général Custer, Ivan le Terrible, Al Capone, Napoléon, et le grand méchant de l'histoire, Kahmumrah, frère d'Akhmerah (l'égyptien du premier opus), rêvant de vengeance en s'emparant de la tablette magique pour ouvrir la porte des enfers.

Architecte efficace, parfaitement capable de répondre aux exigences des studios, tout en amenant une réalisation propre à séduire le public, Shawn Levy reste égal à lui-même et ne surprend pas - tout comme il ne déçoit pas. De plus, le cinéaste n’hésite pas à agrémenter sa mise en scène avec  quelques "mises en situation références", avec, par exemple, cette séquence dans le pur style "300" (Zack Snyder) ;  réadaptée à sa manière, elle se transforme en une séquence hilarante.

La nuit au musée 2 doit aussi beaucoup à son casting avec la présence de comédiens de haut niveau dans le registre "comique", Ben Stiller en tête de liste. Le personnage de "Larry" n'ayant bénéficié d’aucune évolution par rapport au premier film, certains pourront parler de régression. Mais Ben Stiller arrive parfaitement à jouer de ses acquis et, malgré le fait qu'il a tendance à se servir de son répertoire de gags, tel un magicien qui maîtrise bien son tour (pourtant déjà vu), on se marre toujours autant. Ajoutons une mention spéciale au duo Owen Wilson et Steve Coogan, qui fonctionne à merveille et à qui on devra certainement les plus grosses rigolades. Quant à Alain Chabat, s’il amuse et si l’on prend grand plaisir lors de ses apparitions, son personnage reste plutôt en retrait à l'instar de Jon Bernthal et Christopher Guest.

La conclusion de

"La nuit au musée 2" est un bon divertissement où l’on rie souvent. On prend plaisir à retrouver quelques personnages attachants, mais cette séquelle perd un peu de la magie du premier et surtout souffre de l'absence d'un scénario. Un très bon spectacle familial, un bon "pop'corn movies", mais rien de plus. Mais n'est-ce pas l'essentiel ?

Que faut-il en retenir ?

  • Le duo Owen Wilson et Steve Coogan,
  • quelques gags vraiment très drôles,
  • des effets spéciaux à la hauteur,
  • le plaisir de voir Alain Chabat en Napoléon,
  • une réalisation soignée.

Que faut-il oublier ?

  • un scénario fourre-tout,
  • pas mal de réchauffé,
  • le côté « merveilleux » amoindri,
  • Pas assez de Napoléon !

Acheter La Nuit au musée 2 en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de La Nuit au musée 2 sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de La nuit au musée

En savoir plus sur l'oeuvre La nuit au musée