75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Musique : Phénomènes BO-OST
Phénomènes BO-OST >

Critique du Musique : Phénomènes BO-OST

Avis critique rédigé par Manu B. le dimanche 5 octobre 2008 à 1802

Une BO phénoménale...

M. Night Shyamalan fidélise donc sa collaboration avec son compositeur de musique de film, puisque après le sixième sens en 1999 pour son premier film, puis Incassable en 2000, Signes en 2002, Le Village en 2004 et La jeune fille de l'eau en 2006, James Newton Howard signe une fois encore le score de Phénomènes.
Si les dénouements des scenarii de M. Night Shyamalan alternent le très bon (le sixième sens, incassable) et le moins bon (signes, la jeune fille de l'eau), on ne pourra manquer de remarquer qu'il excelle à créer une atmosphère angoissante. Le chef d'orchestre de cette réussite est sans conteste James Newton Howard qui, avec très peu d'instruments de la panoplie habituelle du compositeur, produit juste ce qu'il faut pour ternir l'humeur du spectateur le plus exalté. Il en sort maladif et angoissé. Pour cela, Howard utilise le violoncelle pour entretenir le suspense et la tension de bout en bout (dès le main titles, où la messe est dite, en fait) pour souligner l'absurdité de ce qui est en train de se passer, et la nature inconnue de ces phénomènes, et le piano pour exacerber le drame humain qui se joue dans ce genre de situation inexplicable (Inutile de rappeler que les personnages sont des gens ordinaires traversant des évènements extraordinaires). Ce thème est ensuite décliné dans la suite, soit en alternant les instruments, soit en mêlant de manière subtile le rythme ou en insistant de manière répétitive un des passages. Dans cet objectif, on remarquera certaines similitudes entre ce score et les passages les plus angoissants du sixième sens ou du village où aucun morceau n'est empreint de chaleur et tout se décline dans l'angoisse, la mélancolie ou la tension la plus palpable.
Ainsi, ce score constitue une des compositions les plus abouties dans le film à suspense de la production de ces dernières années. Hitchcock aurait certainement apprécié.

La conclusion de

Ambiance tendue et sombre, sensation de désolation et de malaise pour l'auditeur, ce score montre une fois de plus que James Newton Howard est l'un des compositeurs majeurs de l'angoisse de ce début de siècle. C'est vraiment réussi.

Acheter Phénomènes BO-OST en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Phénomènes BO-OST sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Phénomènes

  • Voir la critique de Phénomènes : T'as pas senti comme un vent?
    30

    Phénomènes - Critique du film par Nicolas L.

    T'as pas senti comme un vent? : Près de 60 millions de dollars pour filmer du vent? France 3 Corse fait aussi bien pour bien moins cher que ça. Bon ok, c'est vrai…

  • Voir la critique de Phénomènes : Pas raté, pas réussi non plus…
    40

    Phénomènes - Critique du film par Vincent L.

    Pas raté, pas réussi non plus… : Parti d’un postulat pourtant original et intrigant, Phénomènes s’avère finalement être une petite déception. Pas totalement raté m…

  • Voir la critique de Phénomènes : Shyamalan ressort de l’eau pour créer un phénomène ?
    70

    Phénomènes - Critique du film par Richard B.

    Shyamalan ressort de l’eau pour créer un phénomène ? : En ne traitant sa menace que par des théories et sans amener une réelle explication, M. Night Shymalan installe une atmosphère ang…

En savoir plus sur l'oeuvre Phénomènes