75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Phénomènes
Phénomènes >

Critique du Film : Phénomènes

Avis critique rédigé par Nicolas L. le mercredi 10 décembre 2008 à 1403

T'as pas senti comme un vent?

Vous prenez comme thème une préoccupation d'actualité - l'écologie - et par le biais d'un scénario minimaliste, vous construisez le plus improbable et le plus poussif des thrillers de science-fiction. Une fois mis tout cela en boîte, vous vous rendez compte qu'il n'y aura jamais assez de matière pour construire un long métrage donc vous y rajoutez une étape, la visite chez une vieille harpie qui n'apporte strictement rien à l'intrigue mais... pas grave, ça meuble.
Voilà la recette utilisée par M. Night Shyamalan pour mettre en forme son dernier film. un film qui parle de vent, et qui en remue beaucoup pour rien. Toute la relative efficacité repose en fait sur le seul élément "shocker" qui est le phénomène du suicide de masse, une idée déjà explorée par plusieurs artistes et notamment, dernièrement, par Stephen King dans son Cellular.


Le scénario se contente donc de suivre la fuite de réfugiés devant une menace invisible, portée par les courants d'air (les mêmes que ceux qui circulent dans la tête des scénaristes de ce navet). Ici, contrairement à son habitude, M. Night Shyamalan ne cache pas vraiment l'origine du mal et ne travaille aucun twist. Un aspect un peu ennuyeux si l'on prend en compte que l'intérêt de ses films ne repose souvent que sur cet artifice narratif. Enfin, pour tenter de donner du relief à une histoire aussi plate que l'encéphalogramme d'un mollusque sous Tranxene, le réalisateur booste ses séquences avec une musique envahissante, des effets sonores ridicules et quelques plans horrifiques gratuits aptes à faire frissonner les ménagères et les gamins de moins de dix ans.
Plombé par un script indigent, extrêmement linéaire et prévisible, manquant cruellement de rythme, le film alterne les moments involontairement comiques (le suicide des ouvriers) ou volontairement potaches (le mec dans la fosse aux fauves, la tondeuse à gazon) et les scènes d'exposition mettant en scène des comédiens apathiques et au jeu extrêmement surligné et figé (notamment l'expression faciale "stupéfaction", un art parfaitement maîtrisé par Zooey Deschanel). A leur décharge, il est honnête de signaler le ridicule des dialogues, qui amène des situations parfois assez marrantes comme quand la jeune épouse avoue son "infidélité" et sa gourmandise à un mari qui reste aussi stoïque qu'un Garde de la Reine en faction à Buckingham (c'est vrai que trompé par un tiramisu, ça désarme). D'ailleurs, taquin, M. Night Shyamalan insiste dans le désatre "no acting" en abusant de plans fixes serrés sur Mark Wahlberg et Zooey Deschanel (qui a de très, très, beaux yeux), les plongeant dans la panade la plus totale et les rendant aussi naturels que ces comédiens cachetonnant dans les Feux de l'Amour ou les shows TV brésiliens.

En plein milieu du métrage se positionne une parenthèse narrative avec l'étape chez Mme Jones, une vieille dame acariâtre (et finalement psychopathe) qui tape sur la main des petites filles gourmandes et qui se met à baver quand on tripote sa poupée. Là encore, il ne se passe strictement rien... enfin, pas grand chose de plus que quand nos amis fuient des « terrifiants » champs de blé frémissant sous la brise.
Décidemment, il semblerait que depuis Incassable, M. Night Shyamalan n’ait plus rien d’intéressant à nous raconter…

La conclusion de

Près de 60 millions de dollars pour filmer du vent? France 3 Corse fait aussi bien pour bien moins cher que ça. Bon ok, c'est vrai, j'avoue qu'ici il y a quelques mouvements de caméra sympas (cf le travelling sur la jeep qui fonce dans l'arbre) et un petit lot de gags potaches un brin gore, mais tant de publicité pour un navet pareil, je trouve ça un peu poussé. Le pire se situe sûrement dans le jeu d'acteur; tout simplement lamentable.

Que faut-il en retenir ?

  • Techniquement abouti
  • Un humour qui parvient parfois à fonctionner

Que faut-il oublier ?

  • Script indigent
  • Jeu d'acteur lamentable
  • Aucun suspens, pas terrifiant pour un sou

Acheter Phénomènes en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Phénomènes sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Phénomènes

En savoir plus sur l'oeuvre Phénomènes