75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : Une Princesse de Mars
Une Princesse de Mars >

Critique du Roman : Une Princesse de Mars

Avis critique rédigé par Nicolas L. le vendredi 12 septembre 2008 à 1445

Premiers pas sur Mars

Restait une chance bien mince, mais il fallait la saisir très vite! Epaulant mon étrange fusil martien, je visai et actionnai le bouton contrôlant la gâchette. Il y eu une petite explosion quand le projectile atteignit sa cible, et l'officier qui nous chargeait tomba en arrière de sa monture lancée au grand galop. Sautant sur les pieds, je fis se relever le thoat en hâte, enjoignant à Sola de prendre Dejah Thoris en croupe avec elle et de tout faire pour atteindre les collines avant que les guerriers verts ne fussent sur nous. Je savais qu'elles pouvaient trouver un endroit pour se cacher un temps dans les ravines; même si elles mouraient de faim et de soif, ce serait toujours mieux que de retomber sous les pouvoirs des Tharkiens...
Pour beaucoup de gens, Edgar Rice Burroughs est le génial géniteur de Tarzan, l'un des personnages les plus marquants de la culture pulp. Ces mêmes personnes ignorent souvent que cet écrivain très prolixe est aussi le créateur d'un genre aujourd'hui très en vogue: la science-fantasy! C'est en effet dans le début de l'année 1912 que parait dans le mensuel The All-Story les premiers épisodes d'une saga littéraire aventureuse et épique, Under the Moons of Mars (rebaptisé plus tard A Princess of Mars). Hors, malgré sa structure très classique, l'oeuvre de Burroughs présente des éléments exotiques bien particuliers car puisés dans une thématique de science-fiction. Et aujourd'hui, l'on peut se risquer à dire que sans les aventures de John Carter, l’on n’aurait peut-être pas vu naître les oeuvres de Jack Vance, de Michael Moorcok, de John Norman ou même le Star Wars de George Lucas! Du moins, pas sous la forme que l'on connaît actuellement.
John Carter est donc un héros qui se voit plongé dans un univers étranger et inhospitalier. En effet, pour une raison inconnue, il se retrouve "téléporté" sur la planète Mars. Là, en même temps que le lecteur, il va découvrir une société mélangeant des aspects médiévaux, barbares et futuristes. En effet, si les Martiens connaissent les secrets du vol motorisé, des armes à feu et qu'ils sont même en avance sur les terriens dans le domaine de la médecine, ils ont conservé une structure politique et culturelle archaïque (qui, bien sur, favorise l'exploit épique et les actes chevaleresques). Résulte de ce mélange un univers chamarré, bourré d'anachronismes et de contradictions, mais tout à fait captivant et dépaysant. En fait, la science-fantasy était née, rien que par le fait qu'au lieu de créer une "bulle historique purement romanesque" (comme l'a fait Robert E. Howard pour les aventures de Conan), il a déplacé son intrigue en un monde lointain et fantasmé.
Burroughs n'étant pas Verne, les descriptifs "scientifiques" sont, soit guère convaincants, soit rapidement expédiés. Peu importe dans le fond, car ce qui intéresse l'auteur c'est l'aventure avec un grand A au prix, bien entendu, d'une évidente naïveté dans les traits et les situations. Les personnages obéissent par exemple aux archétypes les plus usités dans le style romanesque (le preux chevalier, la princesse lascive en détresse, le cruel tyran) et présentent des profils psychologiques si caricaturaux qu'ils ne manqueront pas de faire sourire le lecteur d'aujourd'hui. John Carter est ainsi presque totalement dénué de défauts. Il est courageux, loyal et possède un grand sens de l'honneur. Il est aussi habile à l'épée qu'au tir, capable d'exploits physiques (amplifiés par le fait qu'il bénéficie de la faible pesanteur de Mars), ingénieux et même diplomate. Bref, il est si parfait qu'il en est devient presque ridicule. De plus, l'aspect "racisme", quasi omniprésent dans la littérature populaire victorienne et post-victorienne, apparaît aussi assez souvent et gène un peu aux entournures. Mais dans l'ensemble, le texte est très divertissant et les personnages assez bien dessinés. Et c'est bien cela l'essentiel.

La conclusion de

Malgré qu'il soit un peu oublié, le Cycle de Mars est l'une des pierres de fondation sur lesquelles est bâtie toute la science-fantasy moderne. Le texte peut paraître aujourd'hui un peu naïf et conventionnel mais il reste encore très divertissant et peut désormais être considéré comme un roman jeunesse de qualité. Un classique que tous néophytes et les têtes blondes devraient lire pour acquérir les bases du genre.

Que faut-il en retenir ?

  • Un grand classique à (re)découvrir
  • Très épique et aventureux
  • Une écriture abordable et bien rythmée

Que faut-il oublier ?

  • Naïf et très conventionnel
  • Personnages stéréotypés

Acheter Une Princesse de Mars en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Une Princesse de Mars sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Le Cycle de Mars

En savoir plus sur l'oeuvre Le Cycle de Mars